BFMTV

La sonde Juno révèle les surprises de Jupiter

Le pôle Sud de Jupiter, photographié par la sonde Juno en février 2017.

Le pôle Sud de Jupiter, photographié par la sonde Juno en février 2017. - NASA/JPL-Caltech/SwRI/MSSS/Betsy Asher Hall/Gervasio Robles

La sonde, en orbite autour de Jupiter depuis juillet 2016, révèle une planète tumultueuse, traversée par des ouragans de la taille de la Terre et des colonnes de nuages d'ammoniac.

Plus la sonde Juno étudie Jupiter, plus le mystère semble s’épaissir autour de la plus grosse planète du système solaire. Jeudi 25 mai, la NASA a publié deux premières études scientifiques dans la revue Science et dévoilé de nouvelles photos de la lointaine planète.

Et les surprises sont nombreuses.

"Il y a tellement d’informations auxquelles nous ne nous attendions pas que nous devons prendre du recul et commencer à envisager Jupiter sous un angle complètement nouveau", a confirmé Scott Bolton, le responsable scientifique de la mission Juno. 

Déjà, Jupiter est une planète beaucoup plus agitée que ce qu’ils soupçonnaient. Ses pôles apparaissent recouverts de cyclones qui peuvent atteindre "la taille de la Terre", avec des racines qui plongent au coeur de la planète gazeuse, même si les principaux cyclones observés ne font "que" 1.400 km de diamètre.

Jupiter présente aussi des tours de nuages gargantuesques, hautes de 50 km et larges d’autant (soit bien plus que sur Terre).

"Sur Jupiter, des nuages aussi hauts sont quasi-certainement composés d’eau et/ou de glace d’ammoniac, et pourraient être la source d’éclairs", explique la NASA.

Un champ magnétique irrégulier

Les aurores boréales et australes observées sur Jupiter sont très différentes de leurs homologues terriennes. Les observations révèlent une sorte de circuit électrique complexe, constitué de particules aspirées au pôle Nord, intégrées à la ionosphère et voyageant jusqu’au pôle Sud, résume ABC News.

Si les scientifiques savaient déjà que le champ magnétique de Jupiter était le plus fort du système solaire, les observations de Juno montrent qu’il est même supérieur à ce que les calculs prédisaient (environ dix fois plus puissant que celui de la Terre). Sa forme est irrégulière, ce qui suggère aussi une dynamique différente.

Avez-vous déjà écouté Jupiter?

En parallèle, la NASA a dévoilé des sons enregistrés par la sonde à l’approche de la planète gazeuse. C’est en réalité l’enregistrement du plasma présent dans la ionosphère de Jupiter, ralenti 60 fois pour que ce soit audible à l’oreille humaine. Les scientifiques ne savent d’ailleurs pas d’où proviennent les bips qu’on peut entendre dans l’enregistrement.

La sonde Juno est en orbite autour de Jupiter, mais elle en est assez éloignée la plupart du temps. Tous les 53 jours cependant, sa trajectoire s'approche de Jupiter par le pôle Nord, à partir duquel elle rejoint le pôle Sud en deux heures. Le 11 juillet prochain, elle survolera ainsi la Grande tache rouge, un anticyclone un peu plus gros que la Terre.

Liv Audigane