BFMTV

#ImpactFrance: pourquoi l'idée qu'un astéroïde va frapper Marseille est un canular

Vue d'artiste d'un astéroïde géocroiseur.

Vue d'artiste d'un astéroïde géocroiseur. - Nasa

La rumeur s'est propagée comme une traînée de poudre: "un astéroïde de la taille d'un demi-terrain de football" va frapper la cité phocéenne en mars. Qu'on se rassure, cette prédiction catastrophiste relève tout simplement d'un canular.

Qu'est-ce qui fait une bonne rumeur? Un énorme cocktail de fantasmes et de mensonges. Comme la sardine qui voudrait boucher son port, une rumeur prédisant un sort funeste à Marseille s'est propagée ces derniers jours sur Internet et les réseaux sociaux. Le quotidien La Provence la résume ainsi: "Le 5 mars prochain, à 23h26 précises, un astéroïde grand comme un demi-terrain de football va frapper la cité phocéenne en plein cœur".

L'origine de la fausse rumeur remonterait à un forum du site JeuxVidéo.com. Elle s'est ensuite largement répandue sur les réseaux sociaux et notamment sur Twitter avec le mot dièse #ImpactFrance.

Ce canular relève pourtant comme le soulignent nos confrères de France Info du "cas d'école". Tout d'abord, il mêle un peu de vérité à beaucoup de mystification, au besoin en produisant des faux.

Un petit fond de vérité

La vérité est qu'un astéroïde va "frôler" la Terre le 5 mars prochain. Nous vous en informions le 9 février: "Selon la Nasa, 2013 TX68 passera près de la Terre le 5 mars 2016, mais les calculs de trajectoires ne laissent guère de place au doute: le risque d'une collision avec notre planète n'est que de 1 sur 250 millions. Qui plus est, sa taille comprise entre 20 et 30 mètres ferait qu'il se désintégrerait en traversant l'atmosphère".

D'une part, donc, le risque de collision est deux fois moins important que la chance de gagner à l'Euromillions qui est de 1 sur 116.531.800. Ensuite, 2013 TX68 est un petit astéroïde qui, selon toute vraisemblance, serait de toute façon détruit lors de la traversée de notre atmosphère.

Un étonnant travail de faussaire

Si la rumeur a pris, c'est surtout grâce à l'étonnant travail de falsification auquel se sont livrés les auteurs du canular. Ils ont poussé la plaisanterie jusqu'à inventer de faux articles. L'un chez 20 Minutes, et l'autre de RTL créé grâce à clonezone.

Le faux article de RTL faisant état de la prochaine collision et créé avec clonezone. Averstissement: la publicité pornographique a été floutée.
Le faux article de RTL faisant état de la prochaine collision et créé avec clonezone. Averstissement: la publicité pornographique a été floutée. © Capture d'écran.

Dans le même ordre idée, les faussaires ont invoqué un faux scientifique de la Nasa du nom de Stephen Everton. Dans un tweet, il établit "la probabilité d'un impact à 96,4%", schéma à l'appui.

Au final, l'entreprise de désinformation a plutôt bien fonctionné. Et la démonstration d'un engouement pour les thèses complotistes également.

David Namias