BFMTV

Exploration spatiale : l'ESA pour une coopération internationale sur les lanceurs

La station spatiale internationale (ISS).

La station spatiale internationale (ISS). - -

Le directeur général de l'Agence spatiale européenne (ESA) plaide pour que les prochains lanceurs des missions d'exploration de la Lune et de Mars soient construits en coopération internationale.

Mutualiser les systèmes de transport vers l'espace ? C'est l'idée du directeur général de l'Agence spatiale européenne (ESA), Jean-Jacques Dordain. Selon lui, les prochains lanceurs des missions d'exploration de la Lune et de Mars devraient être construits en coopération internationale.

Un objectif "essentiel" selon le patron de l'ESA, afin d'éviter de répéter "l'erreur monumentale de la station spatiale" internationale (ISS).

Jean-Jacques Dordain déplore notamment qu'Américains, Russes, Européens et Japonais aient tous développé leur propre véhicule de transport pour accéder à la station spatiale. Un résultat désastreux selon lui, puisqu'on "a tous des systèmes pour y aller et on n'a plus de systèmes pour en revenir".

"On ne va pas se battre sur les camions !"

"Coopérons sur ce qui ne sert pas à grand-chose, le transport, qui représente 50 % des coûts des programmes d'exploration et faisons la compétition sur les technologies à la surface de la lune, de Mars ou des astéroïdes", a déclaré le patron de l'agence.

"Utiliser le même camion me semble la moindre des choses. On ne va pas se battre sur les camions !", a-t-il lancé. Jean-Jacques Dordain a déjà annoncé à la NASA, l'agence spatiale américaine, sa prochaine venue à Washington pour parler de cette idée.

Et le directeur de l'ESA compte s'appuyer sur un premier élément concret. Les Européens doivent apporter le système de navigation et de propulsion du vaisseau spatial Orion que la NASA projette d'envoyer vers la lune d'ici 2020. "Ca veut dire qu'on coopère sur le système de transport et donc essayons d'aller plus loin", espère-t-il.