BFMTV

Des Français recherchés pour participer pendant huit mois à la simulation d'une mission sur la Lune

Vue de la lune

Vue de la lune - NASA via Wikimedia Creative Commons

L'objectif principal de l'expérience est d'étudier l'impact du confinement et de l'isolation sur les participants, en prévision de réelles missions futures.

Si vous avez toujours rêvé de partir sur la Lune, l'Institut supérieur de l'aéronautique et de l'espace (ISAE-SUPAERO), basé à Toulouse, pourrait bien exaucer votre vœu. Enfin, en partie. En partenariat avec l'Institut des Problèmes Biomédicaux de Moscou (l'IPBM) et le CNES, l'ISAE-SUPAERO est à la recherche de deux volontaires français pour participer à une simulation de voyage sur la Lune qui durera huit mois, a fait savoir France Inter.

L'un des deux candidats choisis rejoindra un équipage franco-russe de cinq personnes dans un module similaire à ceux de la Station spatiale internationale et installé dans la banlieue de Moscou. Il y vivra durant huit mois. Le second Français sélectionné prendra la place du titulaire si ce dernier se retrouve finalement dans l'impossibilité de participer à l'expérience.

Étudier l'impact de l'isolation sur les astronautes

Voyage jusqu'à la Lune, alunissage, exploration du satellite de la Terre, réalisations d'expériences sur place... Les passagers effectueront tout un panel d'actions que de vrais astronautes exécuteraient s'ils étaient réellement en mission sur la Lune.

L'objectif de l'expérience est ainsi d'étudier "l’impact du confinement et de l’isolation sur les performances des équipages", a expliqué à France Inter Stéphanie Lizy-Destrez, enseignante-chercheuse à l'ISAE-SUPAERO et chargée du recrutement des volontaires.

"Sur une mission telle que celle-là, il y a des activités 'critiques' qui demandent beaucoup de concentration, de précision et de rapidité. On cherche à savoir si ces compétences évoluent dans le temps": est-ce qu’on est plus performant au début de la mission, parce qu’on est enthousiaste? Au milieu, parce qu’on a de l’entraînement, ou à la fin parce qu’on est pressé de rentrer?", se demande-t-elle.

Pour participer à cette expérience, il faut donc être prêt à vivre confiné dans un endroit sans lumière naturelle et sans fenêtre pendant huit mois. Et surtout à être surveillé 24h/24. "Ils porteront sur eux des équipements de mesure sans jamais les enlever. (...) Même lorsqu'ils dormiront, on surveillera leur sommeil", décrit l'enseignante à France Inter.

Toutes les données récoltées lors de ce "faux voyage" sur la Lune permettront à l'ISAE-SUPAERO, l'IPBM et le CNES de savoir comment se comporteront les astronautes destinés à partir véritablement en mission sur le satellite de la Terre dans le futur.

Des pré-requis pour candidater

Avant de déposer votre candidature, sachez que quelques pré-requis sont exigés de la part des postulants: avoir entre 28 et 55 ans, mesurer moins d'un mètre 80, avoir un indice de masse corporelle compris entre 18,5 et 30, avoir une bonne connaissance de la langue et de la culture russe et française, être capable de réaliser les expériences demandées, être diplômé en sciences aérospatiales et pouvoir se libérer durant onze mois (deux mois d'entraînement, huit mois de mission et un mois d'analyses post-expérience).

Votre candidature est en revanche inutile si vous avez déjà eu une maladie cardiovasculaire ou neurologique, si vous avez des troubles du sommeil, des troubles gastro-intestinaux, des troubles oculaires ou si vous avez des antécédents judiciaires.

Si vous pensez avoir le profil, vous pouvez déposer votre candidature jusqu'au 9 décembre 2019 sur le site le site de l'Isae. La constitution de l'équipage sera annoncée à l'été 2020.

Juliette Mitoyen