BFMTV

De nombreuses empreintes de dinosaures découvertes au sud du Royaume-Uni

Une empreinte d'ankylosaure, avec des traces de peau et de griffes, découverte près d'Hastings au Royaume-Uni.

Une empreinte d'ankylosaure, avec des traces de peau et de griffes, découverte près d'Hastings au Royaume-Uni. - Neil Davies - University of Cambridge

Plus de 80 empreintes de dinosaures ont été découvertes par des chercheurs de l'université de Cambridge sur la côte sud du Royaume-Uni. Remarquablement conservées, elles permettent de voir des traces de griffes et des détails de la peau.

Plus de 85 empreintes venues d'un tout autre temps. Certaines font à peine deux centimètres, d'autres plus de 60. Toutes ont un point commun: elles sont les témoins de la présence, il y a plus de 100 millions d'années, de nombreux dinosaures dans la région de Hastings au sud de l'Angleterre.

Ces quatre derniers hivers, une équipe de chercheurs de Cambridge s'est affairée dans cette région déjà connue pour ses multiples fossiles. Des tempêtes et montées brusques des eaux ont causé des éboulements et affaissements de roches et d'argile dans les falaises, ce qui a permis aux scientifiques de découvrir ces nombreuses nouvelles empreintes.

Vue des falaises près de Hastings, où les empreintes ont été découvertes.
Vue des falaises près de Hastings, où les empreintes ont été découvertes. © Neil Davies - University of Cambridge

Iguanodons, ankylosaurus et stégosaures

Les scientifiques mettent d'ordinaire la main uniquement sur "de petites pièces", et non des fossiles complets, issus du corps des animaux. "Cela ne vous dit pas grand chose du mode de vie du dinosaure", explique à l'université de Cambridge Anthony Shillito, un étudiant doctorant du département des Sciences de la Terre, co-auteur de l'étude qui a résulté de cette récente découverte.

En revanche, "une telle collection d'empreintes aide à remplir certaines cases manquantes et à déduire quels dinosaures vivaient au même endroit au même moment", poursuit-il.

Dans ce cas précis, les empreintes datent d'entre 100 et 145 millions d'années. Elles montrent la présence d'iguanodons, d'ankylosaurus, de stégosaures non identifiés, éventuellement des sauropodes et des théropodes (un vast sous-ordre qui regroupe de nombreux dinosaures carnivores).

Deux grandes empreintes d'iguanodons, avec des traces de peau et de griffes.
Deux grandes empreintes d'iguanodons, avec des traces de peau et de griffes. © Neil Davies - University of Cambridge

Les griffes, les écailles et la peau visibles

"Pour que les empreintes se conservent, il faut un environnement adéquat", note le Dr Neil Davies, le second auteur de cette étude à paraître dans le volume de janvier 2019 du journal Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology. "Le sol doit être assez 'collant' pour que le pied laisse une trace, mais pas trop humide, pour que l'empreinte ne disparaisse pas", décrit-il sur le site de son université.

Les empreintes sont dans un tel état qu'elles permettent de voir la texture de la peau, les écailles et même les traces de griffes, ce qui est "extrêmement rare" selon Anthony Shillito. Elles sont aussi des indices pour comprendre comment de si gros animaux pouvaient influencer leur environnement, notamment en bordure des rivières.

D'autres empreintes sont sans doute encore dissimulées dans le grès du Sussex, relève l'université de Cambridge, mais ne seront peut-être jamais mises au jour en raison de la construction de dispositifs anti-érosion sur les côtes.

Une petite empreinte de théropode.
Une petite empreinte de théropode. © Neil Davies - University of Cambridge
Liv Audigane