BFMTV

Baisse des prix des carburants : marge de manoeuvre étroite pour le gouvernement

BFMTV
Le gouvernement s'est engagé à faire baisser les prix des carburants dans les jours qui viennent mais les professionnels, incités à faire un effort, rappellent que leur marge de manoeuvre est réduite. Les associations de consommateurs, quant à elles, redoutent des mesures de surface.

Alors que les prix à la pompe se rapprochent dangereusement de leur record du printemps, le gouvernement, qui avait promis des mesures avant la rentrée, hâte le pas. Samedi, le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a pris tout le monde de court en annonçant une baisse des prix à la pompe dès la semaine prochaine par un "effort partagé".

Toutefois sur la notion de "partage", rien n'est encore conclu et les rencontres avec les professionnels mardi s'annoncent complexes même si les industriels ont tenu à donner des signes de bonne volonté.

"Nous sommes prêts à accompagner l'effort du gouvernement de façon à ce que cette baisse ou atténuation soit sensible pour l'automobiliste", a déclaré Jean-Louis Schilansky, président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip).

Mais ce dernier s'est tout de suite empressé d'ajouter "qu'il n'y aurait pas de miracle" pour cause de marges très serrées. "La flexibilité au niveau de la distribution est très, très faible après avoir payé 8 ou 9 centimes de frais pour distribuer les produits pétroliers il reste aux distributeurs de l'ordre de 1 centime d'euro du litre", a-t-il expliqué.

Du côté des enseignes de la grande distribution (Carrefour, Auchan, Casino et Cora qui distribuent près de 25% des carburants en France), les propos étaient même encore plus prudents.