BFMTV

Vague de chaleur et Covid-19: le double défi des Ehpad

A risques face au Covid-19 et aux pics de chaleurs, les personnes âgées devront être particulièrement surveillées dans les prochains jours et semaines.

Un pic de chaleur est attendu à la fin de cette semaine sur l'Hexagone, avec des températures pouvant atteindre les 40°C par endroits. En parallèle de ce mercure en hausse, le nombre de cas de coronavirus augmente. Une concomitance qui inquiète dans les maisons de retraite, où les personnes âgées sont à la fois en danger face à la trop grande chaleur, mais aussi au Covid-19.

"Il faut faire coïncider les protocoles liés au Covid-19 et les protocoles que l'on a habituellement pour la canicule, donc effectivement ce n'est pas évident", explique ce mardi sur BFMTV Eric Fregona, directeur adjoint de l'association des directeurs au service des personnes âgées. De plus, "ça demande de travailler beaucoup avec un personnel qui est épuisé, car il a dû faire face à une crise très importante et sans précédent".

"Ça fait déjà plusieurs mois que nous y réfléchissons"

Une personne âgée est particulièrement à risques en cas de grosses chaleurs, car elle "présente une capacité réduite d’adaptation à la chaleur", écrit Santé Publique France. Elle subit une réduction de "la perception de la chaleur, des capacités de transpiration" ou encore "de la sensation de soif".

De son côté, le taux de mortalité du coronavirus est particulièrement élevé chez les personnes âgées. Sur les 30.209 morts du coronavirus - selon le dernier bilan lundi - 10.516 ont été recensés en Ehpad (établissement d'hébergement pour personnes âgées) et EMS (établissements médico-sociaux).

Afin de protéger les personnes âgées, ces établissements s'arment donc pour lutter contre la chaleur, tout en appliquant les mesures barrières et la distanciation physique permettant d'éviter la propagation du Covid-19.

"Ça fait déjà plusieurs semaines, voire plusieurs mois que nous y réfléchissons, puisqu'on avait eu des premiers épisodes de chaleur qui nous avaient rendu perplexes en mars/avril", expliquait fin juin sur BFMTV Florence Arnaiz-Maumé, déléguée générale du Synerpa (Syndicat national des établissements et résidences privés pour personnes âgées).

Le gouvernement avait publié fin mai plusieurs recommandations spécifiques à cette problématique de la chaleur et du coronavirus à l'attention des directeurs d'Ehpad, notamment pour les établissements disposant d'un système de climatisation collective centralisée, qui peut être problématique dans la diffusion du coronavirus.

La question des clims et ventilos

"Les ventilateurs, ils ne font que brasser l'air intérieur, ils ne permettent pas d'évacuer l'air vers l'extérieur contrairement à des climatiseurs, donc c'est vrai que cela propage les petites particules, et potentiellement si il y a du virus, ça propage le virus un petit peu partout", explique mardi sur BFMTV Lucie Reilhac, infirmière coordinatrice dans un Ehpad de Haute-Garonne.

Pour rappel, une étude chinoise avait mis en cause la climatisation dans la propagation du coronavirus à trois familles, toutes assises sous le même projecteur d'air dans un restaurant. Dans un avis sur l'épidémie de Covid-19 et les vagues de chaleur publié début mai, le Haut Conseil de la santé publique soulignait la nécessaire gestion de la force de l'air projetée par les systèmes de ventilation, mais aussi de la surveillance des filtres qui doivent être "performants et correctement entretenus".

"Il faut absolument vérifier les climatisations au niveau des filtres", abonde Eric Fregona, et dès lors que quelqu'un "entre dans le logement d'une personne âgée, il faut qu'elle ferme le ventilateur pour éviter les projections du virus".

"Chaque résident contaminé par le COVID-19, ou présentant des signes d’une possible infection COVID-19 reste seul dans sa chambre", recommande aux Ehpad le gouvernement. Et dans ces chambres, le résident ne peut avoir un ventilateur individuel que si sa chambre ferme correctement, et s'il est capable de l'éteindre dès qu'une personne entre, afin d'éviter des projections de virus.

Veiller à la bonne hydratation des résidents

Dans les lieux communs, Florence Arnaiz-Maumé explique que pour palier ces problématiques, les établissements peuvent "rafraîchir la pièce le matin, puis ensuite par exemple pour la salle de restaurant faire venir les convives et cesser la climatisation pendant qu'ils sont présents. On peut jouer comme ça avec des arrêts et des mises en route des climatisations".

Les nuits restants assez fraîches, "on peu aérer le soir et le matin" en ouvrant les fenêtres pour rafraîchir les pièces, note Eric Fregona. Le gouvernement recommande en effet "d'aérer la chambre au moins 2 fois par jour dès lors que la température extérieure est inférieure à la température intérieure, en ouvrant en grand les fenêtres 10 à 15 minutes et en gardant la porte fermée". Il est également bon de "fermer les volets aux heures les plus chaudes de la journée".

En parallèle, l'hydratation est primordiale en cas de grosses chaleurs, la mise à disposition d'eau et l'incitation à boire régulièrement le sont donc aussi.

Pour rafraîchir, il faut également "humidifier le corps", rappelle Eric Fregona. L'utilisation de brumisateurs, de gants d’eau fraîche, de draps humides ou encore de poches de glace est préconisée.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV