BFMTV

Vaccination: le délai possible entre deux injections réduit à trois semaines en France

Un phamarcien injecte une dose du vaccin Moderna contre le Covid-19, le 4 juin 2021 à Paris

Un phamarcien injecte une dose du vaccin Moderna contre le Covid-19, le 4 juin 2021 à Paris - STEPHANE DE SAKUTIN © 2019 AFP

Olivier Véran a annoncé, ce mardi, que le délai d'administration entre les deux doses de vaccin contre le Covid-19 allait devenir plus flexible en France. La seconde dose sera ainsi administrable entre "21 et 49 jours après la 1ere injection".

Le ministre de la Santé Olivier Véran a promis, ce mardi, plus de souplesse dans l'administration du rappel des vaccins contre le Covid-19, afin d'accroître les prises de rendez-vous de première dose et accélérer la vaccination. Au détour d'un tweet ce mardi après-midi, il a fait savoir que "les systèmes de rendez-vous" de vaccination étaient sur le point d'être modifiés de manière à ce que la 2e dose soit administrable "entre 21 et 49 jours après la 1ere injection". 

"Vous hésitez à vous faire vacciner en juin parce que vous serez en vacances en juillet? N'hésitez plus", écrit le ministre de la Santé sur le réseau social. "Nous modifions les systèmes de rendez-vous pour vous permettre de programmer votre rappel entre 21 et 49 jours après la 1ere injection.

"La campagne ne doit pas ralentir en période estivale"

Du côté de l'exécutif, on veut faire passer le message que "la campagne de vaccination ne doit absolument pas ralentir en période estivale, avec le variant (Delta, indien) qui inquiète". Une source au sein de l'exécutif confie à BFMTV que "l'effet variant contraint aussi à faire en sorte que les gens soient vaccinés à plein", car "la résistance aux variants est bien meilleure avec deux doses".

Pour cela, le gouvernement souhaite donc "jouer sur deux tableaux": d'un côté, en adaptant le délai entre les deux doses pour permettre aux gens d'adapter leur 2e rendez-vous à leurs vacances. Dans un second temps, l'exécutif compte sur un effet "renfort" du côté des lieux à forte fréquentation touristique, "même si ce n'est pas la partie la plus importante".

"Nous mettons en place une souplesse pour l'écart entre deux doses d'ARN messager", a aussi indiqué le ministère de la Santé à l'AFP lors d'un point-presse hebdomadaire. Les délais avaient déjà été élargis récemment d'un minimum de 35 à 49 jours, et l'écart va être "encore réduit dans la limite des 21 jours" prévus par les recommandations des laboratoires qui produisent ces vaccins, selon la même source.

L'objectif est d'"aller le plus vite possible dans les primo-injections" et de "ne pas freiner l'accès à la première dose à cause des vacances", a-t-on souligné. Le ministère veut accélérer aussi le mouvement sur les deuxièmes injections pour "protéger le mieux possible" la population, notamment de variants comme le Delta (auparavant dit indien).

Anne Saurat-Dubois avec Jeanne Bulant avec AFP