BFMTV

Une nouvelle étude remet en cause l'efficacité des compléments alimentaires

Une étude remet en cause l'efficacité des compléments alimentaires

Une étude remet en cause l'efficacité des compléments alimentaires - -

Prendre des compléments alimentaires serait inoffensif mais inefficace, conclut une nouvelle étude canadienne publiée ce mardi.

Booster son système immunitaire, favoriser le bronzage ou renforcer sa mémoire: la promesse des compléments alimentaires est alléchante. A travers leurs nouvelle étude, les chercheurs canadiens de l’American College of Cardiology viennent pourtant de sérieusement remettre en cause leur efficacité. S'ils ne sont heureusement pas nocifs pour la santé, les compléments alimentaires ne seraient pas bénéfiques sur la prévention des maladies.

Les produits-stars des pharmacies

En observant les résultats de 179 études publiées entre janvier 2012 et octobre 2017 menées sur l'utilisation des vitamines et minéraux en compléments alimentaire, les chercheurs sont parvenus à la conclusion que les quatre suppléments les plus couramment utilisés comme la vitamine D, le calcium ou encore la vitamine C, ne présentaient pas de véritable avantage pour la santé. 

Le docteur David Jenkins, principal investigateur de l'étude, le concède "Nous avons été surpris d'observer aussi peu d'effets positifs concernant les compléments alimentaires qui sont consommés par la population".

Pourtant, le Syndicat national des compléments alimentaires (Synadiet) avait publié en mars dernier un sondage expliquant l'essor de tous ces produits. En France le marché a grimpé à 1,8 milliard d'euros en 2017, soit une croissance de près de 6%, d'après le Synadiet, contre un milliard d'euros en 2010. 

Les français "pas informés" sur le sujet 

Si la majorité des français se disent spontanément convaincus par l'efficacité des compléments alimentaires, près de deux tiers des Français avouent ne pas bien connaître le sujet. Le sondage commandé par Synadiet et réalisé par OpinionWay auprès de 1.000 Français révèle que 45% sont "peu informés", et 20% à ne sont "pas du tout informés" sur le sujet. 

L'Agence nationale de sécurité sanitaire et de l'alimentation (Anses) avait alerté à de multiples reprises sur ces produits qui, contrairement aux médicaments, ne sont soumis à aucune une autorisation de mise sur le marché.

Le spécialiste de l'Université de Toronto, lui, insiste: l'essentiel est de modifier son alimentation. 

"Seule une alimentation équilibrée protège des maladies cardiovasculaires, de l'accident vasculaire cérébral (AVC) ou encore de l'infarctus. Avoir une alimentation saine pour faire le plein de vitamines et de minéraux est meilleur pour la santé. Jusqu'à présent, aucune recherche sur les compléments alimentaires n’a mis en avant quoi que ce soit de mieux qu’une alimentation équilibrée et moins transformée, comprenant notamment des légumes, des fruits et des noix".
Jeanne Bulant