BFMTV

Un membre de l'Académie de médecine appelle à "oublier le mot déconfinement" pour les mois à venir

"Il faut tirer les leçons du passé, quand on déconfine le virus circule toujours", prévient le président du groupe Covid-19 à l’Académie nationale de médecine.

Que va-t-il se passer au terme de ce deuxième confinement? Alors que l'exécutif a décidé de la mise en place de cette mesure coercitive jusqu'à minimum début décembre, les questions quant à l'après-confinement se posent déjà. Invité de BFMTV ce mardi, Yves Buisson, épidémiologiste et président du groupe Covid-19 à l’Académie nationale de médecine a appelé à ne pas reproduire les erreurs du premier déconfinement, qui avait débuté le 11 mai dernier.

"Je crois qu’il y a un mot qu’il faut oublier, c’est le mot déconfinement. Il n’est plus question de déconfiner, il est question d’adapter le confinement pour les mois qui viennent. On l’a bien compris et il faut tirer les leçons du passé. Quand on déconfine le virus circule toujours, on va avoir un rebond épidémique", analyse-t-il.

>> EN DIRECT - Covid-19: bientôt un vaccin? Suivez les dernières informations

"L'épidémie repartira"

Pour lui, le fait de ne pas reproduire les erreurs de mai passe par la mise en place d'un déconfinement partiel, qui pourrait permettre "à la vie économique de repartir."

"Il faut aménager le confinement de façon à se permettre une vie normale, aux commerces de fonctionner, à la vie économique de repartir, mais ne pas déconfiner largement et n’importe comment comme cela a été fait, car on est sûrs du résultat, l’épidémie repartira", ajoute-t-il encore.

Ces dernières semaines, face à la dégradation de la situation sanitaire en France, plusieurs spécialistes s'étaient déjà interrogé sur les conséquences du premier déconfinement sur l'évcolution de l'épidémie.

"Clairement ça n’a pas marché, a n’a pas suffi", soulignait en juillet dernier le docteur Martin Blachier, médecin de santé publique, auprès de BFMTV, pointant du doigt l'échec de la stratégie du "tester-tracer-isoler" voulue par le gouvernement pour briser les chaînes de contamination.
https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV