BFMTV

Tests salivaires: environ 1% des élèves testés positifs dans deux écoles des Hauts-de-Seine

Des écoliers attendent pour passer un test salivaire, le 25 février 2021 à Eysines, près de Bordeaux

Des écoliers attendent pour passer un test salivaire, le 25 février 2021 à Eysines, près de Bordeaux - Philippe LOPEZ © 2019 AFP

Pour l'heure, il est encore prématuré de tirer des conclusions sur les données annoncées par la commune de Bourg-la-Reine, l'échantillon étant relativement faible.

Quelques jours seulement après le début de leur utilisation en milieu scolaire, un premier bilan peut-il être tiré des tests salivaires? Ce jeudi, le cabinet du maire de Bourg-la-Reine, dans les Hauts-de-Seine, a annoncé à BFM Paris que sur 651 tests réalisés sur les écoliers de deux établissements primaires de la ville, seuls 8 avaient été testés positifs, soit 1% des élèves, confirmant une information initiale d'Europe 1.

Contacté par BFMTV.com, Jean-Stéphane Dhersin, spécialiste de la modélisation des épidémies au CNRS, souligne toutefois que l'échantillon utilisé ici "est trop petit pour en tirer des conclusions", et qu'il convient d'être patient afin de connaître la gravité ou non de ces chiffres.

Petit cluster?

Si le nombre d'enfants contaminés paraît faible en valeur absolue, sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes se sont alertés de la proportion de tests positifs. Certains ont même estimé qu'il correspondrait à un taux d'incidence chez les enfants supérieur à 1000 quand, selon les statistiques de Santé publique France relayées par Covid Tracker, le taux officiel d'incidence chez les 0-9 ans dans les Hauts-de-Seine est seulement de 121.

Là encore, Jean-Stéphane Dhersin a tenu à tempérer, rappelant que "le taux d'incidence est le nombre de nouveaux cas positifs par 100.000 habitants sur une semaine" et que dans ce cas précis, il était encore difficile à réellement estimer sur la seule base de ces deux écoles et 651 tests. Pour lui, il est en revanche possible que dans le cas des écoles de Bourg-la-Reine, un "petit cluster" ait été détecté.

Lundi passé, jour de rentrée scolaire, le déploiement des tests salivaires avait été supervisé par le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer, qui en faisait un atout pour garder les écoles ouvertes ces prochaines semaines, ce qui est considéré comme un objectif "fondamental" par les autorités. Comme l'avait annoncé le Premier ministre Jean Castex il y a maintenant plusieurs semaines, l'ambitieux objectif de 300.000 tests salivaires hebdomadaire avait été avancé.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV