BFMTV

Blanquer vante les tests salivaires pour garder les écoles ouvertes, "l'objectif fondamental"

Le ministre de l'Éducation nationale a souligné qu'il était important d'avoir "un maximum de tests" afin de garantir la sécurité des élèves.

En déplacement ce lundi dans une école élémentaire de Vesoul (Haute-Saône) afin d'y superviser le déploiement des tests salivaires en cette journée de rentrée scolaire, le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a rappelé les objectifs du gouvernement, alors que les contaminations augmentent rapidement dans le pays.

"Comme vous le savez nous avons des objectifs ambitieux, partagés entre le ministère de la Santé et de l’Éducation nationale, et cela fait partie des facteurs qui vont nous permettre d’accomplir l’objectif fondamental qui est que les écoles de France restent ouvertes", a-t-il expliqué, évoquant ces tests aux prélèvements plus aisés chez un public plus jeune.

Des tests moins désagréables

Dans la suite de son propos, le ministre a souligné qu'il était important, en cette période de rentrée, d'avoir "un maximum de tests".

"Depuis plusieurs mois, nous accomplissons des tests antigéniques, naso-pharyngés, mais c’était surtout pour l’enseignement supérieur, car il y a une petite douleur et ce n’était pas toujours évident de le déployer pleinement", a indiqué Jean-Michel Blanquer.

Ces test salivaires, eux, ont en effet l'avantage d'être moins désagréables que les PCR "classiques" qui nécessitent l'introduction d'un écouvillon dans le nez: seule la salive sera récupérée, par un crachat dans un flacon ou, chez les plus petits, via une pipette sous la langue.

Objectif: 300.000 tests par semaine d'ici mi-mars

Comme l'avait annoncé le Premier ministre Jean Castex il y a maintenant plusieurs semaines, l'ambitieux objectif de 300.000 tests salivaires hebdomadaire est toujours d'actualité.

"Nous voulons avoir, avec les tests salivaires, une capacité à faire plus et à le faire notamment vers l’école primaire comme vous le voyez ici, où le test salivaire se passe bien", a-t-il commenté. "Plus de 90% des familles ont été volontaires et nous avons une montée progressive planifiée avec le ministère de la Santé qui doit nous permettre d’arriver à notre objectif, vers la mi-mars, de 300.000 tests par semaine."

Jean-Michel Blanquer a assuré avoir "les moyens logistiques" nécessaires pour l'atteindre, même si c’est une montée en puissance progressive qui se réalise."

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV