BFMTV

Tests PCR, isolement: les conditions d'entrée renforcées dans plusieurs départements d'outre-mer

Une plage du Gosier en Guadeloupe en mars 2020. (Photo d'illustration)

Une plage du Gosier en Guadeloupe en mars 2020. (Photo d'illustration) - Cedrick Isham CALVADOS

Les conditions d'entrée en Martinique, en Guadeloupe, à la Réunion, à Mayotte ou encore en Guyane se durcissent, en raison de la crainte d'une propagation des nouveaux variatns du Covid-19.

Les territoires d'outre-mer jouent la prudence, face à la menace de la propagation des nouveaux variants du Covid-19. Devant la crainte d'une résurgence du virus liée à l'arrivée de touristes métropolitains, les collectivités d'outre-mer annoncent une à une le renforcement des conditions d'entrée sur leur sol.

Après la détection de cas du variant sud-africain à Mayotte et à la Réunion, les liaisons maritimes et aériennes ont été suspendues et les déplacements entre Mayotte, la métropole et La Réunion ne sont désormais autorisés que pour "motifs impérieux". En Guyane, toutes les liaisons maritimes et aériennes avec les Antilles françaises ont été suspendues par crainte de propager le variant brésilien.

En Guadeloupe et en Martinique, un test PCR négatif est désormais obligatoire à l'arrivée et une quarantaine de 7 jours est désormais imposée aux personnes provenant de la métropole. Nous faisons le point sur ces nouvelles restrictions.

Dans un entretien à Ouest-France ce dimanche soir, le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu a annoncé l'application d'"une septaine" pour tous les voyageurs se rendant dans un territoire ultramarin français, et ce à partir de lundi.

· Martinique: test PCR négatif et 7 jours d'isolement

La Martinique a décidé de durcir à partir de lundi les conditions d'entrée sur son territoire en soumettant les voyageurs de toutes provenances à un isolement de sept jours, en plus d'un test PCR négatif au Covid-19, a confirmé le préfet Stanislas Cazelles ce dimanche sur BFMTV.

Désormais "les voyageurs de toutes les provenances notamment de l'Hexagone et de la Guyane" devront, en plus du test PCR négatif obligatoire, "rester au domicile pendant 7 jours, réduire les sorties au strict minimum (courses alimentaires, rendez-vous médical), réaliser un test 7 jours après l'arrivée sur le territoire", selon un communiqué du préfet.

Pour le préfet, il s'agit surtout "d'éviter l'introduction du 'variant anglais' par un voyageur qui serait porteur du virus mais qui n'aurait pas été testé positivement au départ". Seuls les voyageurs en provenance de Guadeloupe ou s'y rendant depuis la Martinique n'auront pas à suivre ces nouvelles mesures.

· Guadeloupe: test PCR négatif et 7 jours d'isolement

Dans la foulée, la préfecture de Guadeloupe a elle-aussi annoncé dimanche l'instauration d'une quarantaine obligatoire de sept jours pour tout voyageur arrivant sur l'île. Celle-ci prendra effet à partir de lundi, et les seules exceptions concerneront les rendez-vous d'ordre médicaux et les achats de première nécessité.

Comme pour la Martinique, un test PCR négatif réalisé dans les 72 heures avant le vol sera également requis à l'arrivée en Guadeloupe, ainsi qu'un autre au terme des 7 jours d'isolement.

"Nous voulons éviter que les variants ne puissent parvenir aux Antilles", a expliqué Alexandre Rochatte, préfet de Guadeloupe dimanche sur BFMTV, assurant travailler "en parfaite cohérence avec la Martinique". Et de défendre: "L'idée est d'adopter une attitude de prudence, de faire le dos rond le temps que la vaccination augmente."

Compte tenu de la situation sanitaire qui s'aggrave en Guyane, les mesures sanitaires ont également été renforcées à l'entrée sur le territoire. À compter de lundi, les flux aériens entre la Martinique et "la Guyane seront restreints". Les déplacements aériens depuis ou en direction de Guadeloupe et de Martinique ne sont désormais autorisés qu'en cas de motif familial, professionnel ou de santé impérieux.

Par ailleurs, un test PCR réalisé moins de 72h avant l’embarquement est obligatoire pour ces déplacements aériens. À partir de lundi, les tests antigéniques ne seront plus acceptés, en raison de leur non-détection de formes variantes du virus. Par ailleurs, le contrôle des frontières a été renforcé.

Le passage routier des postes de contrôle routier d’Iracoubo et Régina est interdit, à l’exception des déplacements pour les motifs suivants et sur présentation d’un justificatif.

· La Réunion: test négatif, isolement obligatoire

Un cas positif au variant sud-africain du Covid-19 ayant été détecté ce dimanche à La Réunion, la préfecture de l'île a indiqué qu'elle exigeait, à partir de ce dimanche, un test RT-PCR "à toute personne ayant voyagé à Mayotte, aux Comores et au Mozambique ces 14 derniers jours".

À compter de lundi, la préfecture a fait savoir que "seules les personnes justifiant d’un motif impérieux d’ordre personnel ou familial, un motif de santé ou un motif professionnel de pouvant être différé sont autorisées à se déplacer par transport public aérien sur des vols en partance de Mayotte et à destination de la Réunion", et inversement.

Et de la même manière qu'en Guadeloupe ou en Martinique, toutes les personnes arrivant sur le sol de la Réunion devront présenter un test PCR négatif et s'isoler pendant 7 jours à partir de lundi.

Le Premier ministre Jean Castex avait annoncé jeudi la mise en place de mesures de restrictions d'urgence supplémentaires à la Réunion, en Guyane ainsi qu'à Mayotte pour les protéger des variants à risque du Covid-19 qui circulent dans ces régions.

· Mayotte: liaisons maritimes et aériennes suspendues

L'île de Mayotte, elle, est barricadée. La préfecture a suspendu les liaisons maritimes et aériennes internationales pour au moins 15 jours, après la découverte samedi d'un cas positif au variant d'Afrique du Sud sur l'île. Les déplacements entre Mayotte, la Métropole et La Réunion ne sont donc désormais autorisés que pour "motifs impérieux", a ajouté la préfecture dans un communiqué.

"En raison de l'évolution sanitaire, le préfet décide donc de suspendre les liaisons maritimes et aériennes internationales à compter du dimanche 17 janvier pour une durée de 15 jours", selon cette source.

La préfecture de Mayotte rappelle qu'en raison de suspicions de présence dans la région du variant "du SARS-CoV-2 501.V2 apparu en Afrique du Sud, des mesures de protection" avaient déjà été prises, dont le dépistage au moyen de tests antigéniques de tous les passagers des vols et liaisons maritimes en provenance de l'étranger depuis le 10 janvier.

Jeanne Bulant Journaliste BFMTV