BFMTV

Pourquoi le coronavirus n'est pas une simple grippe

Représentation 3D du SARS-CoV-2.

Représentation 3D du SARS-CoV-2. - Folding@Home

La propagation et les effets du Covid-19 ont régulièrement été mis en parallèle avec les épidémies saisonnières de grippe. Mais ce nouveau coronavirus s'avère être plus virulent que ces épidémies annuelles.

"Le Covid-19 n'est pas la grippe". Sûrement en raison de symptômes semblables et d'un phénomène épidémique hivernal, le Covid-19 a été, et est encore, vu à travers le prisme de la grippe saisonnière. Mais "le Covid-19 n'est pas la grippe, c'est un nouveau virus avec ses propres caractéristiques", souligne un rapport de l'Organisation Mondiale de la Santé publié fin février par un comité d'experts.

Ce nouveau coronavirus est "très contagieux, peut se propager rapidement et il faut prendre en compte les impacts sanitaires, économiques et sociétaux énormes qu'il peut avoir", écrit l'organisation.

>> Coronavirus: suivez l'évolution de l'épidémie en France et dans le monde dans notre direct

  • Des symptômes similaires

Du côté de la grippe, l'Institut Pasteur note des signes tels que "l’apparition brutale d’une fièvre, de douleurs musculaires, de maux de tête, d’une sensation de profond malaise, de signes respiratoires (toux sèche, gorge irritée, rhinite)". À noter qu'il existe 3 types de grippe différentes infectant l'homme.

Les symptômes du nouveau coronavirus sont "la fièvre et des signes respiratoires de type, toux, sensation d'oppression et/ou douleur thoracique, avec parfois dyspnée (essoufflement)", explique l'Institut Pasteur. Dans certains cas pour le Covid-19, une diarrhée et des vomissements peuvent aussi apparaître.

De plus "80% des gens ne font pas ou peu de symptômes, donc c'est un virus qui est asymptomatique ou bénin chez l'immense majorité des Français", expliquait lundi le ministre de la Santé sur BFMTV, ce qui n'est pas le cas pour la grippe.
  • Le Covid-19 plus mortel que la grippe

Dans les cas les plus graves, les personnes contaminées par le Covid-19 peuvent "être atteintes d’un syndrome de détresse respiratoire aiguë, d’une insuffisance rénale aiguë, voire d’une défaillance multi-viscérale pouvant entraîner le décès", écrit l'Institut Pasteur. La grippe peut également entraîner des complications mortelles avec "la décompensation d’une pathologie chronique sous-jacente (diabète, asthme, maladie cardiaque, insuffisance rénale, etc.)", explique Santé Publique France.

Après plusieurs semaines de contamination, les autorités peuvent déclarer que le nouveau coronavirus "a un taux de mortalité qui apparaît comme bien plus élevé que celui de la grippe, il a une mortalité qui est entre 1 et 2%", déclare le ministre de la Santé Olivier Véran. Selon les derniers chiffres, 1606 personnes ont été contaminées par le Covid-19 en France, et trente personnes en sont mortes.

Selon Santé Publique France, 2 à 6 millions de cas de grippe sont enregistrés chaque année en France, dont environ 10.000 décès, soit une mortalité de 0,1% à 0,5%. 

  • Pas les mêmes populations touchées

Le Covid-19 s'attaque, en revanche, moins aux personnes âgées que la grippe. "Environ 86% des personnes qui décèdent de la grippe ont plus de 70 ans mais elles ne sont que 50% avec le coronavirus. Du point de vue individuel, c’est plus inquiétant", explique le professeur Xavier Lescure, infectiologue à l’hôpital Bichat, dans le quotidien Libération.

D'après le rapport de l'OMS, l'âge médian des personnes contaminées par le Covid-19 est de 51 ans, avec une majorité de malades entre 30 et 69 ans.

"La plupart des décès [dus au coronavirus] que nous avons à constater en France concernait des personnes de plus de 80 ans, qui étaient déjà porteuses de maladies", déclare Olivier Véran. "Mais on a constaté dans le monde, et y compris en Italie, qu'il y avait des gens qui étaient plus jeunes et qui faisaient des complications"
  • La grippe moins contagieuse

Le taux de contagion du coronavirus (appelé R zéro) va de 2 à 2,5, selon les estimations actuelles, ce qui signifie qu'une personne porteuse et contagieuse peut transmettre le virus à plus de deux personnes. La grippe a elle un R0 tournant autour de 1, un chiffre plutôt bas, qui est en partie dû aux campagnes de vaccination, qui limitent le nombre d'infectés potentiels. Il n'existe en effet pas encore de traitement officiel contre le Covid-19.

Mardi dernier, Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, a déclaré dans son point quotidien qu'il était "assez peu probable" que les personnes asymptomatiques soient contagieuses. En revanche plusieurs études ont démontré qu'une personne atteinte du coronavirus pouvait être contagieuse avant que des symptômes apparaissent.

Pour le nouveau coronavirus, la durée de l'incubation [délai entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes d'une maladie] a été estimée à 6 jours mais peut aller jusqu'à 14 jours. Du côté de la grippe, les symptômes apparaissent de 1 à 4 jours après la contamination.

  • Le Covid-19 encore mal connu

Le Covid-19 étant un nouveau coronavirus, les scientifiques apprennent à découvrir ses limites et ses effets. "En France métropolitaine, l’épidémie [de grippe] survient chaque année, généralement entre les mois de novembre et avril", soit quand la météo baisse, rappelle Santé Publique France, "elle dure en moyenne 10 à 11 semaines" et est favorisée par des conditions froides et sèches.

Mais difficile de savoir côté coronavirus quel facteur environnemental jouera sur sa disparition. François Bricaire, infectiologue, expliquait début mars à BFMTV.com qu'actuellement, "si une personne infectée par ce coronavirus met sa main sur une barre de métro et la contamine, on ne sait pas combien de temps le coronavirus va y survivre pour le moment".

Salomé Vincendon