BFMTV
Santé

Ouverture de la vaccination contre le Covid-19 aux personnes obèses: qui est concerné?

En France, selon les dernières données du ministère de la Santé, 17% de la population adulte souffre d'obésité, soit un peu plus de 8 millions de personnes.

En France, selon les dernières données du ministère de la Santé, 17% de la population adulte souffre d'obésité, soit un peu plus de 8 millions de personnes. - AFP

En France, selon les dernières données du ministère de la Santé, 17% de la population adulte souffre d'obésité, soit un peu plus de 8 millions de personnes.

La vaccination sera étendue "à partir du 1er mai" à toutes les personnes de plus de 18 ans en "surcharge pondérale sérieuse", a annoncé Emmanuel Macron dans un entretien à la presse régionale rendu public ce jeudi.

"J'invite les 2,3 millions de Français concernés à se rendre dans les centres de vaccination dès ce week-end", y affirme le chef de l'État. Les personnes obèses de plus de 55 ans étaient déjà prioritaires pour la vaccination.

Qui est concerné?

Dans le détail, cela concerne toutes les personnes dont l'indice de masse corporelle est supérieur à 30 (IMC). Le diagnostic clinique de l’obésité passe en effet notamment par le calcul de cet indice qui correspond au poids (en kg) divisé par le carré de la taille (en mètres).

Selon la classification de l’OMS, on parle de surpoids lorsque l’IMC est supérieur à 25 et d’obésité lorsqu’il dépasse 30. Chez l’enfant, il faut se référer aux courbes de croissance présentes dans les carnets de santé.

En France, selon les dernières données du ministère de la Santé, 17% de la population adulte souffre d'obésité, soit un peu plus de 8 millions de personnes.

Un appel à la vaccination de longue date

Depuis plusieurs semaines, alors que le gouvernement ouvrait progressivement l'accès aux vaccins aux personnes sans comorbidité, les voix s'élevaient pour que toutes les personnes adultes souffrant d'obésité puissent se faire vacciner.

Selon la Fédération mondiale de l'obésité, les personnes atteintes de cette pathologie ont deux fois plus de risques d'êtres hospitalisées et sont davantage susceptibles de contracter une forme grave du coronavirus. Le Collectif national des associations d’obèses estime pour sa part que les personnes obèses représentent près de 40% des décès et 47% des admis en réanimation.

Cyrielle Cabot Journaliste BFMTV