BFMTV

Nouvelle journée de grève des médecins généralistes

Depuis décembre, les médecins ont engagé un mouvement de grève contre le projet de loi de santé.

Depuis décembre, les médecins ont engagé un mouvement de grève contre le projet de loi de santé. - Philippe Huguen - AFP

Le principal syndicat des médecins appellent les généralistes à fermer leur cabinet ce jeudi. Les médecins protestent contre le projet de loi de santé de Marisol Tourraine.

Le bras de fer se poursuit entre les médecins et le gouvernement. Les médecins généralistes sont en grève et s’opposent notamment à la généralisation du tiers payant prévu dans la le projet de loi de santé. Ils réclament également une revalorisation du prix de la consultation.

Depuis décembre, les médecins multiplient les grèves. Pourtant, "il n’y a pas eu d’avancée (…) depuis qu’on a commencé ce mouvement de mobilisation en fin d’année dernière, a souligné Jacques Battistoni, secrétaire général de MG France. Ce serait irresponsable de cesser la pression alors qu’on n’a rien obtenu concrètement".

La grippe pourrait freiner la grève

Mais en pleine épidémie de grippe, de nombreux praticiens, surchargés pourraient décider de ne pas fermer leur cabinet. Pour renouer le dialogue, la ministre de la santé a lancé le mois dernier des groupes de travail visant à réécrire les points litigieux, notamment le tiers payant généralisé, qui dispenserait les patients d’avancer les frais.

Les médecins craignent une déresponsabilisation des patients et une surcharge administrative. Les médecins ne seraient en effet plus payés directement par les malades mais par l’assurance-maladie. Jusqu’à présent les groupes de travail n’ont pas permis d’arriver à un accord.

Revalorisation de la consultation à 25 euros

Autre point de crispation, les généralistes regrettent l’absence de revalorisation des consultations depuis 2011. Ils réclament une consultation à 25 euros contre 23 actuellement, comme c’est déjà le cas pour les médecins spécialistes. Mais l’assurance maladie et le gouvernement excluent toute négociation sur le sujet avant la tenue des élections professionnelles, attendues pour la fin de l’année.

La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) a menacé mercredi de quitter les groupes de travail en l’absence de "réponses claires et acceptables, dans les 8 jours", sur le tiers payant. Tous, appellent à poursuivre la grève administrative lancée début janvier, qui s’est traduite par une « baisse modérée » des télétransmissions de feuilles de soin, selon l’Assurance maladie. Les internes ont eux aussi prévu de faire grève aux côtés des généralistes. Le principal syndicat d’inters

C. B avec AFP