BFMTV

Nord-Pas-de-Calais: les soignants des hôpitaux toucheront bien une prime de 1500 euros

-

- - AFP

Ces départements avaient été écartés des 33 les plus touchés par l'épidémie de Covid-19, ne donnant le droit aux soignants qu'à une prime de 500 euros. Face au tollé, le gouvernement a fait marche-arrière.

Une polémique, puis une mise au point. Dans un courrier rendu public mardi et adressé au ministre de la Santé Olivier Véran, les présidents du Nord, du Pas-de-Calais ainsi que le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand s'étaient offusqués du fait que les soignants des hôpitaux de ces départements ne toucheraient qu'une prime de 500 euros. Un montant bien inférieur aux 1500 euros versés à leurs homologues des trente-trois départements considérés comme les plus touchés par l'épidémie de Covid-19.

"Cette différence de traitement entre les départements de la région Hauts-de-France est incompréhensible alors même que la solidarité intra-régionale a été essentielle dans la gestion de l'épidémie", ont-ils écrit.

Le décret étendu au Nord-Pas-de-Calais

Après avoir écarté les soignants du Nord et du Pas-de-Calais de cette prime, le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a finalement annoncé que les intéressés toucheraient bien une prime de 1500 euros, identique à leurs confères des autres départements de la région.

"Les personnels des établissements hospitaliers de tous les départements de la région Hauts-de-France pourront bien bénéficier de la prime de 1500 euros. Ils ont fait preuve depuis le début de cette crise d’un engagement exceptionnel", a tweeté le ministre mardi.

Le ministre de la Santé a lui aussi confirmé dans un tweet que les soignants hospitaliers du Nord-Pas-de-Calais toucheraient ces 1500 euros. "Je vous confirme que le décret à paraître étend bien le bénéfice de la prime aux personnels des hôpitaux de tous les départements de la région", a écrit Olivier Véran.

Interrogée ce mardi sur RTL, la maire de Lille Martine Aubry a salué la marche-arrière du gouvernement sur cette question. "Il était tout à fait juste que l’ensemble des soignants soient classés en secteur 1 et touchent 1500 euros", a-t-elle estimé.

Juliette Mitoyen