BFMTV

Matière, forme, lavage: comment fabriquer et entretenir son masque maison

Le gouvernement vient d'annoncer que les distributions de masques barrières débuteront le 4 mai. En attendant, ou en cas de rupture de stocks, il reste toujours le masque "fait maison" qui doit répondre à certaines normes pour être protecteur. BFMTV.com fait le point.

Les distributions de masques barrières débuteront le 4 mai. C'est ce qu'a annoncé le gouvernement qui envisage de plus en plus fortement d'imposer le port de cette protection dans les espaces publics lors du déconfinement des Français. Mais les stocks de masques grand public produit à la demande des pouvoirs publics pourraient ne pas être suffisants dans un premier temps.

Nombre de Français se sont donc lancés dans la conception de masques "fait maison". De nombreuses initiatives ont fleuri pour la création de ces masques qui, à l'inverse des masques chirurgicaux ou FFP2, ne sont pas certifiés. Ces masques maison servent, en plus des gestes barrières et de la distanciation sociale, à apporter une protection supplémentaire en empêchant à la fois l'inhalation de gouttelettes infectieuses et leur expiration.

Ils doivent toutefois respecter quelques consignes.

> En quelle matière fabriquer son masque?

Drap, jean, t-shirt, n'importe quel bout de tissu peut être utilisé pour fabriquer son masque.

"Vous possédez du tissu en coton, de la feutrine, des rubans, des élastiques, des aiguilles et du fil…", note l'Afnor, l'association française des normes.

Il est recommandé d'utiliser deux ou trois couches d'étoffes serrées, permettant tout de même à l'air de passer pour respirer, suffisamment souple, pas trop chaudes et non irritantes.

Toutefois, certaines matières seraient plus filtrantes que d'autres. Une étude scientifique américaine menée en 2013 sur l'efficacité de différents tissus pour limiter la propagation d'une maladie infectieuse a conclu que "les taies d'oreiller et le t-shirt 100% coton se sont révélés être les matériaux ménagers les plus appropriés pour un masque facial improvisé". Avec une légère préférence pour le t-shirt en coton plus souple et qui s'ajuste mieux à la forme du visage.

L'Académie de médecine a également relayé la vidéo explicative du professeur Daniel Garin, ancien chef du département de virologie du Centre de Recherche du Service de Santé des Armées, pour fabriquer un masque. Le scientifique conseille lui d'utiliser une serviette en papier, des élastiques et des agrafes pour confectionner un masque barrière.

> Deux modèles de masques

Chaque personne étant différente, il est recommandé d'adapter le patron à la taille du visage de la personne qui le portera. Il existe également deux modèle masques barrières: le masque "bec de canard" et le masque "à plis". L'Afnor a mis en ligne des patrons pour réaliser ces deux modèles.

Le professeur Garin fournit ainsi un tutoriel pour fabriquer son masque. C'est aussi le cas du CHU de Grenoble ou de Montélimar. Le site stop-postillons recense également de nombreux tutoriels.

> Peut-on laver son masque maison?

Les masques grand public qui seront distribués à partir du 4 mai sont issus d'une filière de fabrication de protection "en textile, le plus souvent lavables et réutilisables", a souligné le gouvernement. Selon l'Afnor, les masques fabriqués de manière artisanale doivent pouvoir résister à au moins 5 lavages à une température de 60°C au moins 30 minutes.

"Il n’est pas recommandé d’utiliser des produits spécifiques autres que la lessive habituelle sans s’être assuré auparavant de leur non toxicité par des résidus inhalés, et que leur utilisation ne dégrade pas les matériaux", insiste également l'agence des normes.

Concernant le séchage, il doit être réalisé dans les deux heures suivant le lavage. Il est donc recommandé d'utiliser un séchoir ou encore un sèche-cheveux.

> Peut-on ajouter un filtre au masque?

L'Afnor met en garde. Il faut oublier les filtres à café ou les sacs d'aspirateur lorsque l'on fabrique un masque à la maison. Le risque encouru en utilisant ces matériaux est supérieur au bénéfice envisagé.

"Ces matériaux sont susceptibles de libérer dans l’air inhalé des substances irritantes pouvant causer un risque d’allergie (en particulier de graves crises d’asthme) et/ou de toxicité", explique l'association de normalisation. "De plus, ces types de filtres ne présentent pas de bons résultats en termes de respirabilité. Cette configuration ne permet peut-être pas d’avoir un masque lavable en fonction des matériaux envisagés."

> Comment assurer une bonne fixation?

Il est possible d'ajouter des barrettes nasales au masque maison pour que sa forme soit la plus adhésive au visage.

"Il convient d’être vigilant à plusieurs points: la barrette doit être protégée afin de ne pas risquer un contact avec le porteur et le matériau doit supporter le cycle de lavage (cycle coton à 60°C)", rappelle encore l'Afnor, qui indique que ses experts donneront plus de précisions dans les prochaines semaines.

> Comment bien porter son masque?

Pour qu'il soit efficace, des mesures de précautions sont à prendre lors de l'utilisation du masque. Un lavage des mains à l’eau et au savon ou avec du gel hydroalcoolique doit précéder toute manipulation du masque. Il faut ensuite bien positionner le masque au niveau du nez puis "tenir le masque barrière de l’extérieur et passer les élastiques ou les liens de part et d’autre des oreilles, sans les croiser", explique l'Afnor. Abaisser ensuite le bas du masque sur le menton.

Une fois positionné, l'usager ne doit pas toucher le masque avec ses mains. Après l'avoir retiré, le masque doit être lavé ou jeté s'il est en papier.

Justine Chevalier