BFMTV

Les Français plébiscitent le maintien du remboursement de l'homéopathie

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration) - GUILLAUME SOUVANT / AFP

Dans son édition de ce vendredi, Le Parisien relaie un sondage commandé par plusieurs laboratoires montrant que l'homéopathie recueille un large assentiment auprès des Français.

Ces temps-ci, dans le monde de la santé, la pomme de discorde ressemble à un tube de cachets. Mais, alors que les médecins homéopathes et les autres praticiens s'opposent depuis des mois au sujet de la légitimité de la discipline des premiers, et que le gouvernement est résolu à trancher le débat en demandant à la Haute autorité de santé de juger de l'efficacité de l'homéopathie et donc de l'opportunité de continuer à la rembourser, il apparaît que les Français ne veulent pas entendre parler de déremboursement. Selon un sondage Ipsos pour les laboratoires homéopathiques Boiron, Weleda et Lehning, donc directement intéressés à la question, ils apportent largement leur soutien à cette méthode de soin. 

Un vaste soutien 

Dans cette enquête d'opinion relayée ce vendredi par Le Parisien, 77% d'entre eux déclarent avoir déjà eu recours à l'homéopathie, et surtout 74% se disent opposés à la fin de son remboursement et affirment que la chose est efficace. Pour le moment, les produits homéopathiques sont pris en charge à hauteur de 30% de leur coût. Les Français sont encore 71% à considérer qu'il s'agit d'une médication de complément et non de remplacement, et 70% l'emploient dès l'apparition des premiers symptômes. 

L'homéopathie, vieille comme la fin du XVIIIe siècle, se fonde sur deux postulats: une substance générant un symptôme chez l'individu peut aussi stimuler le corps du souffrant et le mettre sur la voie de la guérison moyennant sa dilution et son absorption par petites doses. 

Extension du domaine de la lutte 

Seulement voilà, ces principes ne convainquent pas tous les professionnels de santé. A la fin du mois de juillet dernier, 124 d'entre eux signaient une tribune "contre les médecines alternatives", dont l'homéopathie, dans Le Figaro. Depuis, la contre-offensive a eu lieu, rappelle le quotidien francilien: le syndicat national des médecins homéopathes a déposé une dizaine de plaintes contre ses détracteurs. 

La controverse s'est étendue au champ universitaire. En septembre dernier, la faculté de médecine de Lille a ainsi suspendu la délivrance de son diplôme d'homéopathie. 

Robin Verner