BFMTV

Japon: des candidates en fac de médecine demandent réparation pour discrimination

L'Université de médecine de Tokyo.

L'Université de médecine de Tokyo. - Kazuhiro NOGI / AFP

Mercredi, une vingtaine de Japonaises, anciennes candidates au concours pour entrer à l'Université de médecine de Tokyo, ont demandé réparation pour discrimination.

Une vingtaine de Japonaises réclament des dommages et intérêts à l'Université de médecine de Tokyo, qui a récemment admis avoir sciemment falsifié des résultats à son concours d'entrée afin de limiter la proportion féminine dans ses effectifs.

Préjudice moral

Les avocats de ces anciennes candidates ont annoncé mercredi qu'elles déposeraient la requête auprès de l'établissement concerné en début de semaine prochaine.

Les plaignantes ont passé les examens d'entrée après 2006 et ont été recalées. Elles reconnaissent ne pas pouvoir prouver que leurs résultats ont été faussés mais le doute existe et elles exigent de l'université de les publier.

Elles souhaitent en outre une indemnité de 100.000 yens (environ 770 euros) chacune pour préjudice moral, ainsi que le remboursement des frais engagés pour se présenter aux examens (droits d'inscription, hébergement, transport, etc.).

Plusieurs établissements concernés 

L'Université de médecine de Tokyo a reconnu il y a plusieurs semaines avoir volontairement disqualifié des candidates au concours d'admission.

Le comité de sélection s'arrangeait pour que les femmes ne représentent pas plus de 30% du nombre total d'élèves reçus au motif que, même si elles deviennent médecins, elles quittent ensuite souvent leur poste pour se marier et avoir des enfants, ont justifié des sources auprès des médias locaux.

A la suite de ce scandale, les autorités ont commencé d'enquêter sur le terrain auprès des 81 établissements publics et privés de médecine du pays afin d'étudier précisément la façon dont sont conduits les examens d'entrée. Une trentaine d'établissements ont pour le moment été passés au crible et les autorités ont annoncé mardi avoir découvert des problèmes du même ordre dans plusieurs d'entre eux.

Le ministère n'a pas publié les noms des universités incriminées, mais il espère qu'elles se dénonceront elles-mêmes et corrigeront leurs méthodes "pour que les candidats puissent se présenter en toute quiétude aux examens". 

Pour le moment, seules les universités de médecine sont concernées mais "l'enquête serait élargie si des pratiques inappropriées étaient découvertes dans d'autres types d'établissements", selon un fonctionnaire du ministère de l'Education.

B.L. avec AFP