BFMTV

La consommation de légumineuses et de viande devrait progresser d'ici 10 ans

Des petits pois

Des petits pois - NARINDER NANU / AFP

La consommation de légumineuses, racines et tubercules devrait progresser de 1,9% par an dans le monde d'ici à 2028, selon un rapport de référence publié ce lundi, qui prédit aussi une poursuite de la hausse de la consommation mondiale de viande.

Selon ce rapport "perspectives agricoles" pour la période 2019-2028 publié par l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) et l'OCDE, la prévision de croissance des légumineuses, sources de protéines, est la plus importante parmi les grands produits alimentaires de base. La consommation de viande devrait également augmenter.

La consommation mondiale des céréales devrait croître de seulement 1,2% par an sur la décennie, celle des produits animaux, viandes et produits laitiers de 1,7% et celle du sucre et des huiles végétales de 1,8%.

Mais le rapport souligne aussi "qu'au cours des dix prochaines années, la demande de produits agricoles dépendra surtout des besoins (...) d'une population mondiale croissante et plus aisée".

5 kg de viande par an et par habitant en plus en Asie d'ici à 2028

Ainsi en Asie, où le revenu par habitant devrait fortement augmenter d'ici à 2028, la consommation de viande devrait progresser de 5 kg par an et par habitant en Chine et de 4 kg en Asie du sud-est, notent les experts.

Cette expansion concernera surtout la volaille et le porc, les deux viandes les plus consommées de la région. La consommation de boeuf devrait, elle, progresser de 0,5 kg par an et par habitant au cours des dix prochaines années, avec 4 kg en moyenne par habitant.

En Asie du sud en revanche, la croissance des revenus sera plutôt associée à une hausse de la demande de produits laitiers, de sucre et d'huile végétale. Les produits laitiers et les légumineuses resteront les principales sources de protéines dans cette région.

C'est au Pakistan que la croissance de la consommation de produits laitiers devrait être la plus forte au monde, avec une progression attendue de 42 kg par habitant d'ici à 2028.

Alexandra Jaegy avec AFP