BFMTV

La campagne de vaccination contre la grippe débute ce mardi

Soixante-quinze députés de la majorité lancent un appel à se faire vacciner "massivement" contre la grippe, un "acte citoyen"

Soixante-quinze députés de la majorité lancent un appel à se faire vacciner "massivement" contre la grippe, un "acte citoyen" - PHILIPPE HUGUEN © 2019 AFP

16 millions de personnes à risque, ainsi que l'ensemble des professionnels de santé sont prioritaires pour aller se faire vacciner. Les autorités craignent une pénurie de dose, en parallèle de la deuxième vague de l'épidémie de coronavirus.

Ce mardi démarre la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière, dans le contexte particulier de la deuxième vague du Covid-19. Elle se poursuivra jusqu'au 31 janvier et s'adresse, dans un premier temps, en priorité au public à risque.

16 millions de personnes à risque

Comme le rappelle le calendrier vaccinal de l'Assurance maladie, les personnes prioritaires sont celles âgées de 65 ans et plus, souffrant de certaines pathologies chroniques ou d'obésité sévère ainsi que les femmes enceintes. Au total, cela concerne, près de 16 millions de personnes.

De même, les 316.060 professionnels de santé - médecin généraliste, pédiatre, gynécologue, sage-femme, infirmier, pharmacien, masseur-kinésithérapeute, pédicure-podologue et chirurgien-dentiste - sont également prioritaires.

Pour ces deux catégories de bénéficiaires, l'Assurance Maladie a déjà envoyé un bon de prise en charge du vaccin, permettant un remboursement à 100%.

Entre 8000 et 14.500 morts

La grippe saisonnière touche chaque hiver 2 à 6 millions de Français et entraîne un grand nombre de passages aux urgences et d'hospitalisations. Elle est responsable de 8000 à 14.500 morts au cours des trois dernières saisons grippales, dont la très grande majorité chez des personnes vulnérables.

La Haute autorité de santé a maintes fois rappelé "l'importance d'augmenter la couverture vaccinale dans les populations cibles".

Chez les sujets à risque de forme grave de grippe, elle était de 48% en 2019-2020, très loin de l'objectif de 75%.

Attention à la "psychose"

Toutefois, le lancement de la campagne démarre alors que se pose la question de savoir s'il y aura suffisamment de vaccin pour tout le monde. En effet, les appels à se faire vacciner sont nombreux pour éviter que l'épidémie de grippe ne s'ajoute à celle du Covid-19.

Tout en rappelant la nécessité de la vaccination, l'Académie nationale de pharmacie a donc mis en garde contre "une psychose qui pourrait, via une demande trop importante, entraîner des ruptures".

Face à ce risque de pénurie, l'État a commandé un surplus de vaccins.

"Pour la première fois, en plus des commandes des officines, nous avons procédé à des sécurisations de commandes d'État et nous avons 30% de doses de vaccins en plus que les années précédentes", avait annoncé Olivier Véran lors d'une audition au Sénat le 24 septembre.
Esther Paolini avec AFP Journaliste BFMTV