BFMTV

L'opération des deux sœurs siamoises camerounaises programmée mercredi

L'opération, initialement prévue le 7 novembre dernier, avait été reportée à cause d'un virus contracté par les deux petites filles.

Bissie et Eyenga vont enfin être opérées. Les deux petites filles siamoises vont pouvoir être séparées lors d'une intervention chirurgicale complexe programmée mercredi à l'hôpital Femme-Mère-Enfant de Lyon. 

Initialement prévue le 7 novembre, l'opération avait été reportée en raison de l'état de santé des deux petites filles âgées d'à peine un an. Toutes les deux avaient contracté un virus respiratoire, selon l'hôpital. 

Deux équipes chirurgicales

Les deux sœurs sont arrivées à Lyon au début du mois de novembre, accompagnées de leur maman. Elles ont passé de multiples tests pour affiner le diagnostic et la stratégie opératoire. Deux équipes chirurgicales vont être mobilisées pour procéder à la séparation des bébés et la reconstruction. 

"Elles vont parfaitement bien, elles sont souriantes. Une fois qu'elles seront séparées, toutes les précautions seront prises pour que les soins post-opératoires soient les mieux adaptés possible", expliquait sur BFM Lyon le professeur Pierre-Yves Mure le 31 octobre dernier, avant leur arrivée. 

Convalescence en familles d'accueil

Les équipes de l'hôpital ont notamment mis l'accent sur l'aspect psychologique après l'opération. Les deux petites filles doivent rester très proches l'une de l'autre.

"On a prévu de les mettre pratiquement dans le même lit, même en réanimation pédiatrique", a précisé le professeur Pierre-Yves Mure, ajoutant qu'elles seraient "réveillées ensemble avec leur maman à côté".

Après plusieurs jours d’hospitalisation, les enfants passeront ensuite leur convalescence en familles d’accueil à Lyon avec un suivi médical pendant quatre à six semaines. C’est seulement après cette période et avec l’assurance que tout se passe bien, qu’elles pourront rentrer chez elles au Cameroun.

Cette opération a été rendue possible grâce à un formidable élan de générosité. Interpellé sur ce cas alors qu'il se trouvait en mission à l'hôpital de Yaoundé, le médecin Pierre-Yves Mure avait ensuite sollicité La Chaîne de l'Espoir, reconnue pour son expertise en matière de transfert et de prise en charge de jeunes patients venus notamment d'Afrique. L'association, les HCL et l'État camerounais se sont engagés financièrement à la prise en charge des enfants. 

Benjamin Rieth