BFMTV

"L'immunité collective n'est pas possible" avec le variant Delta, avertissent des chercheurs britanniques

Des personnes attendent pour se faire vacciner contre le Covid-19 au Tate Modern, le 16 juillet 2021 à Londres

Des personnes attendent pour se faire vacciner contre le Covid-19 au Tate Modern, le 16 juillet 2021 à Londres - Tolga Akmen © 2019 AFP

Les scientifiques interrogés soulignent qu'une personne vaccinée, même si elle a beaucoup moins de chance de faire des cas graves, peut toujours attraper et transmettre le Covid-19.

Avec le variant Delta "l'immunité collective n'est pas possible", a déclaré mardi le professeur Andrew Pollard, à la tête de l'Oxford Vaccine Group, lors d'une réunion avec les parlementaires britanniques.

"Je pense que nous sommes dans une situation, avec ce variant où l'immunité collective n'est pas possible, car il infecte toujours les individus vaccinés", a-t-il déclaré, repris par The Guardian. "Nous savons très clairement avec le coronavirus que le variant Delta infectera toujours les personnes vaccinées, et cela signifie que toute personne encore non vaccinée à un moment donné rencontrera le virus".

Un objectif "irréalisable"

L'immunité collective est depuis le début de l'épidémie le Graal sanitaire à atteindre pour en finir avec le virus. Elle "correspond au pourcentage d’une population donnée qui est immunisée/protégée contre une infection à partir duquel un sujet infecté introduit dans cette population va transmettre le pathogène à moins d’une personne en moyenne, amenant de fait l’épidémie à l’extinction, car le pathogène rencontre trop de sujets protégés", explique l'Institut Pasteur.

"L'Organisation mondiale de la Santé parle de l'immunité collective comme une protection indirecte des personnes qui n'ont pas été immunisées", explique, au cours de la même réunion, Paul Hunter, médecin de santé publique britannique. Et selon lui, cette immunité collective avec le Covid-19 "est irréalisable, car nous savons que l'infection peut se propager dans les populations vaccinées".

Selon les données dont on dispose actuellement, "lorsque vous êtes vaccinés, vous avez au moins quatre fois moins de risque d'attraper le Covid", déclarait le ministre de la Santé Olivier Véran courant juillet.

L'Imperial College London a de son côté observé dans sa dernière étude que les infections "étaient trois fois plus faibles chez les personnes complètement vaccinées que chez les personnes non vaccinées". Les données "suggèrent également que les personnes complètement vaccinées étaient moins susceptibles de transmettre le virus à d'autres, en raison d'une charge virale plus faible en moyenne et donc d'une excrétion de virus moins importante".

"Nous n'avons rien qui puisse arrêter cette transmission"

Si elle est grandement affaiblie avec le vaccin, la possibilité d'attraper et de transmettre le virus existe donc toujours même après deux doses, c'est d'ailleurs pour cette raison qu'il est toujours question de respecter les gestes barrières dans la population.

Dans cette optique, le Covid-19 circulera toujours, et il semble donc compliqué pour ces scientifiques britanniques d'atteindre une immunité collective. L'objectif actuel avec la vaccination est plutôt d'éviter que les infections contractées entrainent des hospitalisations, car le vaccin diminue d'environ 90% la possibilité de faire des Covid graves.

Mais "nous n'avons rien qui puisse arrêter cette transmission à d'autres personnes", explique Andrew Pollard. "Maintenant, la seule chose que le vaccin peut faire, c'est ralentir un peu le processus de cette transmission".

Il reste toutefois très sceptique quand à la possibilité d'une immunité collective prochaine grâce au vaccin et déclare même penser que "le virus produira prochainement une variant qui sera peut-être meilleur pour se propager dans les populations vaccinées".

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV