BFMTV

INFOGRAPHIES. Covid-19: qui sont les Français qui ne sont pas encore vaccinés?

À l'inverse, 35% des adultes n'ont pour l'heure reçu aucune dose. Des disparités importantes existent selon les classes d'âge, mais aussi parmi les soignants, qui vont être concernés par l'obligation vaccinale.

"En fonction de l'évolution de la situation, nous devrons sans doute nous poser la question de la vaccination obligatoire pour tous les Français." Au lendemain de la prise de parole d'Emmanuel Macron, au cours de laquelle plusieurs annonces ont été faites à propos de l'immunisation, plusieurs questions se posent encore quant à la réaction et l'acceptabilité des Français à ce sujet.

Si les prises de rendez-vous ont explosé ces dernièrs heures, dans la foulée de l'annonce de l'extension du pass sanitaire, 51,3% des Français - tous âges confondus - ont à ce jour recu au moins une première dose de vaccin, soit un peu moins de 36 millions de personnes, selon les données des autorités sanitaires.

À l'inverse, 35% des adultes n'ont pour l'heure reçu aucune dose, une proportion qui baisse à 16% chez les plus de 55 ans, plus vulnérables face au Covid-19. Des chiffres loin des seuils de l'immunité collective, et insufissants pour empêcher de nouvelles admissions à l'hôpital en cas de quatrième vague liée au variant Delta, selon les spécialistes.

"Ça reste encore trop d’avoir plus que 5% de la population non-vaccinée, en particulier dans ces groupes très à risques que sont les plus de 50 ans, mais aussi les moins de 50 ans qui ont des facteurs de risques comme l’obésité, le diabète, l’hypertension", souligne sur BFMTV Antoine Flahaut, épidémiologiste et directeur de l'Institut de santé globale de l'​Université de Genève.

Quel profil-type?

Est-il pour possible de dessiner un portrait-robot du Français qui n'est pas encore vacciné? En termes d'âge, des tendances se dessinent lorsqu'on analyse les données des autorités sanitaires. À l'heure actuelle, ce sont sans surprise les seniors, qui ont été prioritaires durant la campagne, qui sont les plus vaccinés: près de 75% des plus de 80 ans sont complètement vaccinés et ce taux dépasse les 80% chez les 70-79 ans.

A contrario, les adultes de moins de 40 ans, éligibles plus tardivement, sont aujourd'hui bien moins vaccinés: plus de la moitié d'entre eux n'ont à ce jour reçu aucune dose de vaccin, comme vous pouvez le voir sur le graphique ci-dessous.

"Si l’on arrive à vacciner le maximum de personnes jeunes, cela nous permettra d’avoir une réserve hospitalière. Plus on aura des personnes vaccines, moins on aura besoin de lits de réanimation", souligne le docteur Guillaume Darmaillacq, médecin généraliste et secrétaire général adjoint du syndicat Généralistes-CSMF.

Du côté des professionnels de santé, la vaccination deviendra obligatoire pour les personnels soignants et non soignants des hôpitaux, cliniques, Ehpad et maisons de retraite, les professionnels et bénévoles auprès des personnes âgées, y compris à domicile, ainsi que les pompiers ou les ambulanciers. Ces derniers devront se faire vacciner sous peine de ne plus être rémunérés.

Parmi eux, les personnels soignants libéraux sont les plus enclins à être vaccinés, avec plus de 80% qui sont déjà totalement ou partiellement immunisés. À l'inverse, les professionnels exerçant en Ehpad et en unités de soins de longue durée semblent plus partagés: autour de 39% d'entre eux n'ont reçu à ce jour aucune injection, comme le montre le graphique ci-dessous.

Certaines disparités apparaissent également lorsqu'on analyse les statistiques de la vaccination chez les patients atteints de comorbidités en France, dévoilés par l'Assurance-Maladie. Si la vaccination est très avancée chez les individus souffrant de différents types de cancers, de transplantation pulmonaire ou encore de transplantation hépatique, elle patine encore chez les personnes souffrant d'obésité, d'épilepsie ou encore de troubles liés à l'alcool.

Le graphique ci-dessous recense le taux de vaccination des patients atteints de comorbidité, pathologie par pathologie, à la date du 27 juin.

Des réfractaires minoritaires?

Si la vaccination peut encore largement progresser, les véritables réfractaires ne sont pas si nombreux, à en croire la dernière enquête CoviPrev, réalisée fin juin pour Santé publique France. 77% des répondants sont favorables à la vaccination contre la Covid-19 et ont déjà reçu au moins une dose ou compte prendre rendez-vous rapidement.

Ils ne sont que 12% de Français adultes à faire part de leur "non-intention certaine" et à donc être formels sur leur décision de ne pas se faire vacciner. Un chiffre qui stagne par rapport au mois de mai, mais bien en deça des enquêtes réalisées à la fin de l'année 2020.

"En France il y a 3,5% de gens irréductibles", estime Antoine Flahault. "En revanche il y a des personnes qui se posent des questions parce qu’on a affaire à un nouveau vaccin, parce qu'on a affaire à une nouvelle maladie, parce que le développement des vaccins a été rapide."
https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV