BFMTV

Hôpital, incidence, vaccination... Quelle est la situation sanitaire en Guadeloupe, qui se reconfine?

L'hôpital de Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, en septembre 2020.

L'hôpital de Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, en septembre 2020. - Lara Balais / AFP

En Guadeloupe, la situation sanitaire s'est dégradée rapidement courant juillet, avec le nombre de cas positifs multiplié par dix sur les trois dernières semaines.

"Nous sommes dans une situation catastrophique", a déclaré lundi Valérie Denux, directrice générale de l'Agence régionale de santé (ARS) de Guadeloupe, lors d'une conférence de presse commune avec le préfet. Les autorités sanitaires y ont annoncé un reconfinement de l'île à compter de mercredi soir, pour au moins trois semaines, en raison de la forte dégradation de la situation épidémique sur place.

"On est rentré dans une phase extrêmement difficile", a souligné le préfet Alexandre Rochatte, évoquant des "mesures indispensables".

Le couvre-feu sera avancé à 20h dès mercredi, et durera jusqu'à 5h, et à compter de jeudi, les déplacements hors du domicile seront restreints à un rayon de 10 km. Au-delà, il faudra présenter une attestation justifiant un motif dérogatoire. Si les commerces restent ouverts, ainsi que les restaurants à midi, les bars seront tous fermés, tout comme les gymnases, stades et piscines. Il sera interdit de pique-niquer sur les plages et d'y rester de façon "statique".

"On a multiplié par dix le nombre de cas positifs "

Actuellement, "le taux d'incidence est à 828 pour 100.000 habitants. On n'a jamais atteint ce taux en Guadeloupe", a déclaré Valérie Denux. Outre ce chiffre élevé, sa hausse très rapide en quelques jours est impressionante: mardi dernier, il était de 435,4, et seulement de 142,2 la semaine précédente.

Dès le 29 jullet, l'ARS alertait sur un "triplement du nombre de nouveaux cas" de Covid-19. "Pour la semaine du 19 juillet 2021 au 25 juillet 2021, le nombre de nouveaux cas positifs dépistés sur le territoire est de 1072 contre 298" la semaine précédente, écrivait l'agence.

Face à cette situation se dégradant rapidement, de premières mesures avaient d'ailleurs été mises en place, comme l'instauration d'un couvre-feu de 21h à 5h, et l'état d'urgence avait été réinstauré.

"On a un taux de positivité qui est à plus de 17%, et un facteur R qui est à 2,34, donc cela veut dire que pour un cas positif on en a 1 et demi qui vient derrière", souligne sur BFMTV Alexandre Rochatte. Ce qui signifie qu'on a "une augmentation qui arrive. En trois semaines on a multiplié par dix le nombre de cas positifs en Guadeloupe, et donc si on n'arrive pas à le maîtriser on ne sait pas comme on finira dans une ou deux semaines".

"Sélectionner les patients susceptibles d'être transférés"

Et la forte circulation du virus commence à se ressentir à l'hôpital. "Le 8 juillet il y avait environ deux passages par jour aux urgences, pour des consultations Covid, le 17 juillet on était déjà à 8, le 28 juillet à 16 passages", expliquait fin juillet sur notre antenne Dr Frédéric Martino, médecin au service réanimation du CHU de Guadeloupe. Actuellement, le nombre de patients autour de 50.

148 personnes sont hospitalisées pour des cas de Covid-19 sur l'île, dont 23 personnes en réanimation.

"Les soignants sont confrontés depuis les quatre derniers jours à une augmentation considérable du nombre de passages aux urgences dédiés aux patients Covid, avec une saturation de la structure", explique également ce mardi sur BFMTV Patrick Cortecop, chef du Samu de la Guadeloupe.

"Il nous manque les ressources en infirmiers, en personnel soignant pour y faire face, nous avons été obligés de déprogrammer", déclare-t-il, soulignant également que les soignants avaient "commencé à sélectionner les patients susceptibles d'être transférés vers la métropole, cette question est à l'ordre du jour". En Martinique, devant la saturation des hôpitaux, trois patients ont été transférés en métropole ce week-end.

Lundi, la directrice de l'ARS Guadeloupe a appelé "toutes les forces médicales qui voudraient bien nous aider" à le faire, "y compris ceux qui sont en congés sur le territoire".

Seulement 21,4% de la population avec une dose

Selon les observations du médecin, les patients Covid reçus dernièrement étaient "un peu plus jeunes mais surtout non vaccinés". Valérie Denux notait en effet lundi qu'aucun des 22 patients qui se trouvent actuellement en réanimation Covid sur l'île n'étaient vaccinés.

En Guadeloupe, seulement 21,4% de la population a reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19, et 16,3% les deux doses. Un chiffre très bas comparé aux données nationales - 63,6% de la population a reçu au moins une dose, 53% les deux, selon les derniers chiffres lundi - mais surtout très insuffisant pour avoir une incidence sur la circulation du Covid-19 et de son variant Delta, très contagieux.

Sur l'île, cette mutation représente actuellement 77,2% des tests criblés.

"Compte-tenu de l'augmentation de l'incidence, avec la multiplication du nombre de nouveaux cas, il fallait absolument des mesures de freinage suffisamment fortes pour rompre les chaînes de transmission, et espérer diminuer la pression sur le système hospitalier en Guadeloupe", déclare Patrick Cortecop. "Sur le plan hospitalier, le confinement va cetainement nous aider à y arriver".
Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV