BFMTV

Honoraires des médecins: les dépassements augmentent

Selon l'UFC-Que choisir, les dépassements d'honoiraires des médecins spécialistes ont augmenté de 1,7% depuis un an

Selon l'UFC-Que choisir, les dépassements d'honoiraires des médecins spécialistes ont augmenté de 1,7% depuis un an - -

Dans une étude à paraître mercredi, l'association l'UFC-Que Choisir révèle que les dépassements des honoraires des médecins spécialistes ont grimpé depuis un an.

Encadrer les dépassements d'honoraires des médecins, tel était l'un des chantiers prioritaires de la ministre de la Santé, Marisol Touraine. Pourtant ces dépassements flambent. Depuis un an ils ont grimpé de 1,7 %, constate l'UFC-Que Choisir, dans une étude publiée ce mercredi. L'association s'est penchée sur l'évolution des tarifs dans trois catégories de spécialistes: les ophtalmologistes, les pédiatres et les gynécologues. Explications.

"Revoir le système de rémunération"

Ce sont dans les grandes villes que les dépassements pratiqués par les spécialistes sont les plus importants. En moyenne, au lieu de faire payer la consultation au patient 28 euros soit le tarif de la sécurité sociale, un pédiatre facturera 46,20 euros, un ophtalmologiste 49,80 euros et un gynécologue 55,70 euros.

Une différence de tarifs que l'association de consommateurs UFC-Que Choisir dénonce. L'association appelle à des réformes radicales."Il faut sans doute revoir le système de rémunération. On ne peut plus garder ce vieux système en s'accommodant des dépassements toujours plus importants des honoraires, qui font que de moins en moins de personnes ont accès aux soins", déplore Alain Bazot, président de l'UFC-Que Choisir.

Des dérapages qui peuvent continuer

En octobre dernier, l'Assurance maladie a négocié la mise en place de contrats d'accès aux soins pour enrayer les dépassements. Mais peu de médecins ont opté pour ce système et le tarif maximum fixé par ce contrat reste trop élevé pour être contraignant, affirme l’association.

Les dérapages pourraient continuer d'autant que sur les quelques 700 nouveaux spécialistes diplômés depuis un an, la très grande majorité s'installe en secteur 2, autrement dit la possibilité de pratiquer des dépassements d'honoraires.

M.G. avec Cécile Danré