BFMTV

Grippe aviaire: un foyer épidémique détecté dans les Ardennes, 45 communes sous surveillance

Quarante-cinq communes des Ardennes ont été placées sous surveillance après la détection d'un foyer épidémique de grippe aviaire dans les Ardennes (illustration)

Quarante-cinq communes des Ardennes ont été placées sous surveillance après la détection d'un foyer épidémique de grippe aviaire dans les Ardennes (illustration) - GUILLAUME SOUVANT / AFP

Depuis décembre, 418 foyers ont été confirmés sur l'ensemble du territoire et plus de deux millions d'animaux d'élevage ont été abattus.

Quarante-cinq communes des Ardennes ont été placées sous surveillance après la détection d'un foyer épidémique de grippe aviaire, le premier dans la région Grand-Est, a indiqué la préfecture qui a mis en place des mesures de restriction. Une zone dite de "protection", dans un rayon de 3 km, et une autre de "surveillance" dans un rayon de 10 km ont été définies autour de la basse-cour concernée, située à proximité de Rethel, à une quarantaine de kilomètres au nord-est de Reims, a indiqué la préfecture dans un communiqué.

Une série de mesures ont été mises en place dans ces communes, parmi lesquelles l'interdiction de tout transport de volailles et d'oeufs, des rassemblements de volailles sur des foires ou marchés ainsi que de "tout transport d'oiseaux vivants en provenance ou à destination des zones concernées".

Contactée par l'AFP, la préfecture a précisé ce dimanche qu'aucun abattage "autre que ceux réalisés dans la basse-cour infectée", n'était prévu à ce stade. Par ailleurs, "l'enquête épidémiologique et les contacts pris avec les professionnels du secteur avicole ne montrent pas d'extension de la maladie à ce jour", a-t-elle indiqué.

Des contrôles sanitaires auront lieu à partir de lundi "dans toutes les exploitations commerciales de la zone pour s'assurer que la filière avicole n'est pas touchée sur ces zones", a-t-elle ajouté.

418 foyers confirmés depuis décembre

Selon le dernier bilan du ministère de l'Agriculture, publié vendredi, 418 foyers ont été confirmés depuis décembre au niveau national par le laboratoire de référence de l'Anses, dont 406 concernent des élevages du sud-ouest, principalement de canards. Onze cas ont également été enregistrés dans la faune sauvage parmi une grande variété d'espèces, dont des oies, cygnes, goélands, buses ou mouettes.

Au total, plus de deux millions d'animaux d'élevage, essentiellement des canards, ont été abattus depuis décembre en France pour tenter de contenir la vague de contamination.

Mélanie Rostagnat avec AFP Journaliste BFMTV