BFMTV
en direct

14.380 classes fermées à cause du Covid, un record depuis le printemps 2020

14.380 classes fermées à cause du Covid, un record depuis le printemps 2020

Une classe vide dans une école de Mulhouse, en Alsace, le 18 mai 2020

La large mobilisation des enseignants contre le protocole sanitaire à l'école ce jeudi a débouché sur l'annonce de mesures par le gouvernement. Après l'échec des négociations entre députés et sénateurs, le projet de loi sur le pass vaccinal revient à l'Assemblée.

Ce direct est désormais terminé

Merci de l'avoir suivi sur BFMTV.com.

14.380 classes fermées selon le ministère de l'Éducation nationale, au plus haut depuis le printemps 2020

Le ministère de l'Éducation nationale a communiqué sur les fermetures de classes liées au Covid ce vendredi. 14.380 d'entre elles étaient fermées, soit le chiffre le plus haut depuis le printemps 2020.

Covid-19: 329.371 cas positifs détectés en 24 heures

L'épidémie ne se calme pas. 329.371 nouveaux cas de Covid-19 ont été détectés en France en 24 heures. Un chiffre supérieur à la veille, puisque 305.322 cas avaient été recensés.

À ceci s'ajoute une légère baisse des hospitalisations en soins critiques. 3895 malades du Covid s'y trouvaient ce vendredi, contre 3939 la veille. Les hospitalisations classiques, elles, continuent en revanche de progresser avec 24.511 patients actuellement admis, soit 311 de plus que jeudi.

Vaccin anti-Covid: plus de 31 millions de doses de rappel ont été injectées

Depuis le début de la campagne de rappel de la vaccination contre le Covid-19, 31.120.251 doses ont été injectées en France. En 24 heures, 692.092 ont été réalisées, soit près de 8 millions depuis le début du mois de janvier.

Les Pays-Bas annoncent assouplir leurs mesures de restriction

Les Pays-Bas vont assouplir leurs restrictions sanittaires anti-Covid, parmi les plus contraignantes en Europe, autorisant les commerces, salles de sport, coiffeurs et les sex-shop à rouvrir, a annoncé vendredi le Premier ministre Mark Rutte.

Les bars, restaurants, cafés et les établissements culturels vont pour leur part rester fermés au moins jusqu'au 25 janvier, a indiqué le Premier ministre lors d'une conférence de presse.

"Les hospitalisations des enfants augmentent" d'après la directrice de Santé publique France

"Les hospitalisations augmentent en effectif (...), particulièrement chez les moins de 1 an", a expliqué sur BFMTV Geneviève Chêne, directrice générale de Santé publique France. Une tendance qui est notamment la preuve, selon elle, d'une précaution des médecins.

"Chez ces enfants, un peu plus vulnérable, il y a une tendance à hospitaliser plus vite lorsqu'il y a des signes, en particulier des signes qui ressemblent à une bronchiolite parce qu'on est aussi dans une épidémie de bronchiolite", assure-t-elle.

Le pic de l'épidémie n'est pas encore atteint selon Geneviève Chêne, directrice de Santé publique France

"On peut dire qu'on est au pic quand on l'a passé, on n'est pas encore dans cette situation-là", a expliqué Geneviève Chêne, directrice générale de Santé publique France, sur notre antenne.

"L'ensemble des indicateurs convergent pour indiquer que ce variant est moins sévère que le Delta. (...) Mais comme il est plus contagieux, il faut s'attendre à une augmentation des hospitalisations dans les prochaines semaines", a-t-elle expliqué.

La spécialiste a par ailleurs expliqué que pour le moment, "un Français testé sur cinq est positif". Un niveau de contamination très élevé.

Loire-Atlantique: le tribunal administratif suspend le masque obligatoire en extérieur

Le tribunal administratif de Nantes a suspendu vendredi l'arrêté qui rendait obligatoire le port du masque en extérieur en Loire-Atlantique depuis le 31 décembre, a-t-on appris auprès de la préfecture.

Le préfet de Loire-Atlantique, Didier Martin, a "pris acte" de cette décision et publiera un nouvel arrêté "dans la soirée", a fait savoir la préfecture.

Cette décision intervient après celle du tribunal administratif de Paris jeudi et du tribunal administratif de Versailles mercredi, qui avaient suspendu des arrêtés similaires concernant la capitale et les Yvelines.

Premier sur le territoire national à avoir pris une décision en ce sens, le tribunal administratif de Versailles avait considéré que la mesure portait "une atteinte excessive, disproportionnée et non appropriée (...) à la liberté individuelle".

La vague Omicron recule dans plusieurs grandes villes américaines

Certaines grandes villes du nord-est des États-Unis, dont New York, premières frappées par la vague de Covid-19 liée au variant Omicron, commencent à voir le rythme des contaminations reculer, bien que la tendance reste toujours à la hausse au niveau national.

Ces premiers signes semblent indiquer que le pic pourrait avoir été atteint par endroits, suivant un schéma de flambée fulgurante rapidement suivie d'une baisse, déjà observé en Afrique du Sud ou au Royaume-Uni.

New York enregistrait ainsi en moyenne 28.500 cas quotidiens au 10 janvier, contre 42.000 quasiment deux semaines plus tôt, selon les données officielles de la ville. La tendance était également au ralentissement à Washington, la capitale américaine, durement frappée par Omicron. Même schéma à Chicago ou dans certains États comme le New Jersey ou le Maryland.

Covid-19: l'Islande renforce ses mesures de restrictions

L'Islande va de nouveau durcir son arsenal de mesures sanitaires pour lutter contre le Covid-19, avec notamment la fermeture pour deux semaines et demie des bars et des discothèques, a annoncé vendredi le gouvernement confronté à la flambée de l'épidémie.

À compter de samedi minuit, la limite des rassemblements publics est également abaissée de 20 à 10 personnes.

"La situation est tout simplement telle qu'il est inévitable de recourir à ces durcissements", a expliqué la Première ministre Katrin Jakobsdottir, invoquant la nécessité de protéger le système de santé où la situation est actuellement jugée tendue.

Les autres mesures entrées en vigueur fin décembre et prolongées mardi pour trois semaines restent inchangées : piscines, salles de sport et stations de ski peuvent accueillir jusqu'à 50% de leur capacité maximale, les restaurants peuvent rester ouverts jusqu'à 21h00 et évacuer leurs derniers clients au plus tard à 22h00.

Pass vaccinal: Éric Coquerel dénonce une "déchéance partielle de citoyenneté"

Les débats autour du pass vaccinal se poursuivent à l'Assemblée nationale ce vendredi. Le député LFI Éric Coquerel s'est fortement opposé à la mesure.

"S'il est appliqué, il va annoncer la déchéance partielle de la citoyenneté de près de 6 millions de nos concitoyens dans deux jours", a critiqué le député de Seine-Saint-Denis.

Selon lui, le pass vaccinal vise à cibler des "boucs émissaires" dans la crise sanitaire. Plus tôt, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a assumé la volonté de l'exécutif de "faire peser la contrainte sur ceux qui prennent un risque pour les autres et pour eux-mêmes", faisant référence aux non-vaccinés.

Brésil: début de la vaccination des enfants malgré les critiques de Jair Bolsonaro

La vaccination des enfants de 5 à 11 ans contre le Covid-19 au Brésil a débuté vendredi, à Sao Paulo, un mois après son approbation par les autorités sanitaires en dépit des critiques du président Jair Bolsonaro. Celui-ci avait clamé qu'il ne ferait jamais vacciner sa fille Laura, âgée de 11 ans

Davi Seremramiwe Xavante, petit garçon indigène de huit ans, a été le premier enfant brésilien vacciné, lors d'une cérémonie officielle à l'Hôpital des Cliniques de Sao Paulo.

Cette cérémonie a eu lieu en présence de Joao Doria, gouverneur de centre droit de l'État de Sao Paulo, farouche opposant de Jair Bolsonaro et candidat à la présidentielle d'octobre lui aussi.

4 candidats à la présidentielle interpellent Macron sur la levée des brevets des vaccins

Depuis plusieurs mois, la question de la levée des brevets des vaccins, pour une plus large diffusion de ceux-ci à travers le monde, se pose. Jean-Luc Mélenchon (LFI), Yannick Jadot (EELV), Anne Hidalgo (PS) et Philippe Poutou (NPA) ont demandé à Emmanuel Macron l'organisation "en urgence d'une réunion ministérielle de l'Organisation mondial du commerce".

Il faudrait que les 164 pays membres de l'OMC votent en faveur de cette mesure pour qu'elle soit appliquée. Pour le moment, plusieurs pays s'y opposent, comme l'Allemagne et le Japon, qui privilégient le don de vaccin aux pays à faible revenu.

Bientôt la fin du port du masque obligatoire en extérieur ?

Au lendemain de l'annonce par le tribunal administratif de Paris de suspendre l'obligation du port du masque en extérieur, cette mesure encore en place dans plusieurs localités pourrait disparaître.

De nombreux experts ont expliqué que cette règle était en effet "symbolique" en raison du faible risque de contamination à l'air libre. C'est pour cette raison que le tribunal administratif a jugé que la mesure était "disproportionnée". Ce qui pourrait devenir, à terme une jurisprudence.

>> Tous les détails dans notre article

Paris: quatre nouveaux centres de dépistage et un centre de vaccination ouvrent

Face aux chiffres de l'épidémie toujours aussi forts à Paris, les autorités ont décidé de renforcer ses armes. Quatre nouveaux centres de dépistage ouvrent cette semaine dans la capitale, ainsi qu'un centre de vaccination, d'après un communiqué dévoilé ce vendredi par la préfecture.

Au-delà de ces nouvelles offres, le centre hospitalier pédiatrique Necker (15e arrondissement) et celui de Robert Debré (20e arrondissement) pourront bientôt vacciner les 5 à 11 ans.

>> Tous les détails dans notre article

Un 5e vaccin, le Novavax, autorisé en France par la Haute autorité de Santé

La Haute autorité de Santé (HAS) autorisé un cinquième vaccin contre le Covid-19 en France, le Nuvaxovid de Novavax.

L'instance, dans un communiqué tout juste dévoilé, annonce aussi que le sérum développé par Janssen peut désormais être utilisé en tant que dose de rappel, lui qui devait avant être obligatoirement complété par une dose de vaccin à ARN Messager jusqu'à maintenant.

Ces derniers restent à privilégier, aux yeux de la HAS:

"La Haute autorité de Santé recommande de privilégier les vaccins à ARNm en primo-vaccination et pour le rappel" car "ils sont très efficaces, leur immunogénicité (la réponse immunitaire contre le virus) est meilleure que les vaccins à adénovirus en rappel et le recul sur leur utilisation est significatif".

Reste qu'il y a désormais une nouvelle alternative pour celles et ceux qui ne souhaitent pas se faire injecter les vaccins Pfizer ou Moderna.

Pour Gabriel Attal, "des écoles qui ferment, c'est un pays qui baisse le rideau"

Après l'importante mobilisation de ce jeudi du monde enseignant pour protester contre la gestion de l'épidémie dans les établissements scolaires, le porte-parole du gouvernement salue des échanges "constructifs".

Il y aura désormais un "dialogue continu entre le gouvernement et les représentants des personnels éducatifs. Deux fois par mois, une réunion aura lieu sur la situation épidémique et les mesures à prendre", explique Gabriel Attal.

"Des écoles qui ferment, c'est un pays qui baisse le rideau", poursuit-il, estimant que la priorité est de "maintenir le pays ouvert".

"Mobilisation absolue et totale pour continuer à tester tous les Français qui en ont besoin", explique Gabriel Attal

En déplacement à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis, le porte-parole du gouvernement a salué les "prouesses techniques, logistiques et scientifiques" du pays pour dépister massivement les Français face à la vague Omicron.

"Sur une semaine, chaque jour près d'1,7 millions de test sont réalisés en moyenne par jour, avec un record de 12 millions de tests hebdomadaires", détaille Gabriel Attal.

"Il y aurait pu il y avoir un choix de la facilité: celui d'arrêter le suivi de l'épidémie. On a fait le choix inverse, celui de garantir à tous les Français qui en ont le besoin qu’ils pourront se faire tester", affirme-t-il.

Gabriel Attal se veut rassurant: "les difficultés d'approvisionnement en autotests sont derrière nous".

Pour l'épidémiologiste Antoine Flahault, "on ne pourra pas continuer à faire des isolements prolongés"

Invité de Bruce Toussaint ce vendredi sur BFMTV, l'épidémiologiste Antoine Flahault a dessiné les contours de ce que pourrait être la suite de cette pandémie en matière de santé publique. Pour lui, impossible de continuer à isoler les personnes infectées aussi strictement.

"On ne pourra pas continuer à faire des isolements prolongés (des personnes positives). Au-delà de 5 jours, ça n'est pas raisonnable. Sinon, on est pas loin de la paralysie du pays", explique-t-il.

Il recommande aussi un changement drastique dans la politique de tests.

"On ne peut plus tester de cette façon là. Quand on a une telle imprécision avec des tests réalisés à tout-va, il vaudrait mieux disposer d'un échantillonnage plus précis sur un petit nombre de personnes, un peu comme on fait des sondages politiques pour une élection présidentielle", conclut-il.

Omicron représente 88% des tests PCR positifs mais seulement 31% des admissions en soins critiques

La DREES publie également pour la première fois une distinction des indicateurs de l'épidémie de Covid-19 selon le variant responsable de l'infection.

On y apprend ainsi qu'entre le 3 et le 9 janvier 2022, 88% des tests PCR positifs étaient liés à Omicron, pour seulement 52% des entrées hospitalières conventionnelles et 31% des admissions en soins critiques.

Ces données confirment la réduction du risque d'hospitalisation pour les patients infectés par Omicron par rapport à ceux infectés par Delta.

Les 9% de plus de 20 ans non-vaccinés représentent 58% des entrées en soins critiques

Dans son dernier rapport, la DREES réévalue le poids des personnes non-vaccinées dans l'épidémie de Covid-19 en France. On apprend ainsi qu'entre le 6 décembre et le 2 janvier, les 9% des Français de plus de 20 ans non-vaccinés ont compté pour 44% des admissions en hospitalisation conventionnelle, 58% des entrées en soins critiques et 44% des dècès avec Covid-19.

Masques en extérieur à Paris: le tribunal administratif justifie son choix

Dans son ordonnance relative à la suspension de l'obligation du port du masque en extérieur à Paris, le tribunal administratif de la ville estime que cette règle "ne répond pas aux impératifs de stricte proportion aux risques sanitaires encourus prescrits au IV de l'article 1er de la loi du 31 mai 2021."

Pointé du doigt par la décision, le fait que cette interdiction n'est pas limitée "aux lieux et aux heures de forte circulation de population ne permettant pas d'assurer la distanciation physique et aux lieux où les personnes peuvent se regrouper tels que les marchés et les rassemblements sur la voie publique."

3000 classes fermées en France, assure Blanquer

Lors de sa prise de parole, le ministre de l'Éducation nationale a assuré que 3000 classes étaient actuellement fermées, "un chiffre qui va remonter au cours des prochains jours" en raison de la mobilisation de ce jeudi.

En ce qui concerne le protocole, la règle d'un cas positif équivalent à une fermeture ne sera pas appliquée. "Pour l’instant vu les caractéristiques du variant ce n’est pas d’actualité", explique-t-il.

"Je ne sais pas s’il y a un problème Blanquer, mais c’est pas le sujet", assure le ministre

Invité ce vendredi matin à l'antenne de Franceinfo, le ministre de l'Éducation nationale a assuré que la réunion organisée hier soir avec les syndicats d'enseignants, au terme de la forte mobilisation de ces derniers, avait été "utile car très précise."

Cependant, le ministre est également revenu sur les critiques qui le concernent depuis plusieurs jours. "Je ne sais pas s’il y a un problème Blanquer, mais c’est pas le sujet", a-t-il dit.

"La mobilisation était annoncée, j’en prend acte et je comprends pour l’essentiel, on est tous lassé par ce virus et il et normal qu’une lassitude s’exprime. Je ne suis pas parfait, je fais des erreurs et cela m’arrive évidemment, je n’ai pas de problème a dire que suis désolé pour certaines choses, mais il ne fait pas de cristallisation quand on connaît le processus de décision", ajoute-t-il.

Le visa de Novak Djokovic à nouveau annulé par les autorités australiennes

Vers une expulsion? Le visa du tennisman serbe Novak Djokovic, arrivé à Melbourne pour disputer l'Open d'Australie, a de nouveau été annulé par les autorités australiennes.

"J'ai exercé aujourd'hui le pouvoir que me confère l'article 133C(3) de la loi sur les migrations d'annuler le visa détenu par M. Novak Djokovic pour des raisons de santé et de bon ordre, au motif qu'il était dans l'intérêt public de le faire", indique le ministre de l'Immigration australien, dans un communiqué cité par le Sydney Morning Herald.

A deux jours du début du tournoi, le numéro un mondial, non-vacciné, risque donc l'expulsion pour n'avoir pas respecté les règles sanitaires liées à l'épidémie de Covid-19.

Après une journée de mobilisation, les enseignants obtiennent des mesures

Après 3h30 de réunion entre exécutif et syndicats, Jean-Michel Blanquer a annoncé une liste de mesures visant à calmer la colère des enseignants, mobilisés massivement ce jeudi dans les rues du pays.

Distribution de 5 millions de masques FFP2 aux enseignants de maternelle, recrutement de 3300 contractuels pour pallier à la vague d'arrêts maladies, report des évaluations de CP... Les mesures annoncées par le ministre de l'Education ont été favorablement reçues par les syndicats.

>> Tous les détails dans notre article

Bonjour à tous !

Bienvenue dans ce direct consacré à l'actualité de l'épidémie de Covid-19 de ce vendredi 14 janvier 2022.

BFMTV