BFMTV
en direct

Réouverture des restaurants: pour Le Maire, "les dates qui circulent sur les réseaux, c'est du vent"

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, veut réfléchir aux possibilités de consolidation pour Alstom.

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, veut réfléchir aux possibilités de consolidation pour Alstom. - ERIC PIERMONT / AFP

Face au risque de propagation des nouveaux variants en France, le ministre de la Santé Olivier Véran a demandé aux Français de ne plus utiliser de masques artisanaux. Ce jeudi soir, plus de 22.000 personnes supplémentaires ont été testées positives en France.

Ce live est désormais terminé.

Merci de l'avoir suivi sur BFMTV.

Réouverture des restaurants: pour Le Maire, "les dates qui circulent sur les réseaux, c'est du vent"

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a démenti les informations selon lesquelles les restaurants ne rouvriraient que le 6 avril.

Invité de LCI ce jeudi soir, il a assuré que "personne ne (connaissait) le calendrier". "Toutes ces dates qui circulent sur les réseaux sociaux" concernant une réouverture des restaurants, "c'est du vent", a-t-il déclaré.

L'objectif est d'avoir vacciné 70 millions de personnes fin août

Le ministre de la Santé a déclaré, ce jeudi soir sur TF1, que l'objectif est "d'avoir vacciné 70 millions de personnes fin août" en France "si la totalité des vaccins commandés sont validés par les autorités sanitaires européennes et mondiales".

Le ministre, qui était l'invité du 20 heures de TF1, a dit s'attendre à ce que "probablement 1,3 à 1,4 million" de personnes soient vaccinées fin janvier, soit plus que le million annoncé".

"Ensuite, le nombre de personnes vaccinées monterait à "4 millions fin février, 9 millions au mois de mars, 20 millions à la fin d'avril, 30 millions à la fin mai, 43 millions à la fin du mois de juin, 57 millions à la fin du moins de juillet et 70 millions, c'est-à-dire la totalité de la population française, d'ici à la fin août", a-t-il énuméré.

Olivier Véran recommande de ne plus utiliser les masques artisanaux

Sur le plateau de TF1, Olivier Véran recommande de ne plus utiliser les masques artisanaux dans les lieux publics.

"Le HCSP (Haut conseil de la santé publique, ndlr) recommande aux Français, et c'est la recommandation que je leur fais également, de ne plus utiliser le masque artisanal qu'on a fabriqué chez soi", a déclaré Olivier Véran.

Il a précisé que 7 millions de masques seraient envoyés dès vendredi "aux Français défavorisés".

"Nous pourrions être amenés à" reconfiner si nécessaire

"Nous pourrions être amenés à prendre des mesures supplémentaires", à savoir annoncer un éventuel reconfinement si cela était nécessaire, si les chiffres continuaient de se dégrader, a fait savoir le ministre de la Santé au Journal de TF1.

Un nouveau confinement est réclamé par de nombreux représentants de la communauté scientifique afin de lutter contre les variants du virus.

500.000 créneaux de vaccination ouvriront mardi en France

La campagne vaccinale française "se déroule de manière remarquable", a estimé Olivier Véran ce jeudi soir au JT de TF1, se félicitant d'un rythme de vaccination du "double par rapport à nos voisins allemands".

Interrogé sur les difficultés à obtenir un rendez-vous pour se faire vacciner, Olivier Véran a répété avoir "toujours dit au Français que nous ne (pourrions) pas vacciner tout le monde et tout de suite". Le ministre a précisé que 500.000 créneaux de vaccination ouvriraient mardi sur le territoire.

823.567 personnes désormais vaccinées en France

823.567 personnes ont été vaccinées contre le Covid-19 en France depuis le début de la campagne vaccinale, a-t-on appris du ministère de la Santé ce jeudi.

Olivier Dussopt juge que "les dispositifs d'aide exceptionnels" devront progressivement être éteints

"En même temps que la fin de la crise, nous devons retrouver un niveau de dépenses publiques qui soit soutenable", a déclaré ce jeudi sur BFMTV Olivier Dussopt, ministre délégué aux Comptes publics, précisant qu'il espérait lui-aussi "sortir de la crise sanitaire et économique en 2021".

"Il faut avoir en tête que les dispositifs d'aide massifs que nous avons mis en place, qui sont exceptionnels par leur montant puisque ce sont quelques dizaines de milliards d'euros que nous avons mobilisés, ne peuvent être des dispositifs qui deviennent totalement perennes", a-t-il poursuivi, expliquant que ceux-ci devaient être éteints progressivement au fur et à mesure de la fin de l'épidémie, "avec des paliers et des resserrements".

L'agence européenne des maladies appelle à "préparer" des mesures plus strictes

Face aux nouveaux variants du Covid-19 qui commencent à être détectés dans de nombreux pays, l'agence européenne des maladies a appelé à "préparer" des mesures plus strictes.

Covid-19: l'Irlande veut vacciner tous ses citoyens d'ici septembre

L'Irlande compte avoir vacciné tous ses citoyens contre le nouveau coronavirus d'ici septembre si les stocks de vaccins le permettent, a indiqué jeudi le ministre de la Santé Stephen Donnelly. "Nous établissons notre programme (de vaccination) sur la base d'un stock de vaccins qui permettrait à chaque citoyen d'être vacciné d'ici septembre", a déclaré le ministre devant la chambre basse du Parlement.

"Il s'agit d'un calendrier provisoire" et "indicatif", basé "sur des hypothèses" qui dépendent des futures livraisons de vaccins, dont certains doivent encore être approuvés par l'Union européenne, a-t-il expliqué aux députés. L'Irlande ne publie pas encore de bilan quotidien sur les injections des vaccins Pfizer/BioNTech et Moderna, les deux seuls pour l'instant à avoir été autorisés dans le pays, comme dans le reste de l'UE.

Cependant, Stephen Donnelly a déclaré que dimanche dernier, 94.000 personnes avaient reçu leur première dose de vaccin. Selon lui, l'Irlande est "sur la bonne voie" pour avoir vacciné 140.000 habitants d'ici la fin de la semaine. Selon les derniers chiffres officiels, l'Irlande dénombre 2.768 morts dus au nouveau coronavirus, sur une population de cinq millions d'habitants.

Covid-19: Pfizer adapte ses livraisons de vaccin en se basant sur 6 doses par flacon

Le laboratoire américain Pfizer, qui a développé avec la biotech allemande BioNTech l'un des deux premiers vaccins autorisés en Europe contre le Covid-19, a indiqué jeudi avoir commencé à adapter ses livraisons après avoir relevé le nombre de doses disponibles par flacon.

Jusqu'à récemment, le laboratoire livrait les pays acheteurs sur la base de cinq doses de vaccin par flacon. Mais les centres de vaccination parvenaient à en tirer six doses, ce qui alimentait l'espoir de pouvoir vacciner davantage de personnes.

En se basant sur une recommandation, le 8 janvier, de l'Agence européenne du médicament, qui "a autorisé l'utilisation de l'extra-volume présent dans les flacons de vaccin, considérant qu'il correspondait à une sixième dose", il est "donc possible désormais d'extraire six doses et non plus cinq dans les flacons", précise Pfizer, jeudi, dans un courriel à l'AFP.

Le producteur adapte donc ses livraisons en conséquence, ce qui revient à diminuer le nombre de flacons distribué à chaque pays.

Covid-19: le Portugal ferme ses écoles pendant 15 jours

Les autorités portugaises viennent d'annoncer la fermeture des écoles du pays durant 15 jours. C'est le Premier ministre Antonio Costa qui l'a annoncé ce jeudi, devant l'explosion des cas liée à la progression du variant britannique et sa "vitesse de transmission".

"Le principe de précaution nous impose d'interrompre toutes les activités d'enseignement pendant les quinze prochains jours", a déclaré le chef du gouvernement socialiste à l'issue d'un conseil des ministres.

Hauts-de-France, Alpes-Maritimes, Bas-Rhin: déprogrammations en série de vaccinations, faute de doses

L'ARS Hauts-de-France a indiqué jeudi à l'AFP que des reprogrammations, en mars, de rendez-vous de vaccination contre le Covid-19 étaient nécessaires faute d'un approvisionnement suffisant en doses, une situation qui touche d'autres régions. "Malgré une allocation supplémentaire de 15.600 doses obtenues cette semaine à la demande de l'ARS et de la préfecture de région, le nombre de doses disponibles" pour janvier "ne permet pas (...) d'honorer en même temps tous les rendez-vous", explique l'ARS.

Les centres ne pourront "plus ouvrir de plages supplémentaires pour les primo vaccinations jusqu'à nouvel ordre" et devront "reprogrammer une partie des rendez-vous déjà planifiés au cours des deux prochaines semaines" pour les primo vaccinations courant mars.

Dans les Alpes-Maritimes, "des déprogrammations" ont aussi été "faites sur des rendez-vous qui ont été pris", a indiqué jeudi sur France Bleu Azur le président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Renaud Muselier. La mairie de Nice a confirmé à l'AFP 250 reports entre les 17 et 19 janvier.

Mardi, l'ARS du Grand Est avait également rapporté que plusieurs centres du Bas-Rhin avaient dû repousser d'une semaine leur date d'ouverture et fait état d'un "report des vaccinations prévues lundi 25 et mardi 26 janvier".

Covid-19: la deuxième vague, plus meurtrière en Afrique

La deuxième vague de l'épidémie de Covid-19 se révèle plus meurtrière en Afrique, où le taux de mortalité dépasse désormais la moyenne mondiale, a annoncé jeudi le Centre de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC).

Le taux de mortalité du nouveau coronavirus en Afrique s'établit désormais à 2,5% des cas recensés, au-dessus de la moyenne mondiale de 2,2%, a expliqué le directeur cette agence spécialisée de l'Union africaine (UA), John Nkengasong, lors d'une conférence de presse. Le nombre de cas sur le continent a augmenté de 14% par semaine lors du mois dernier.

Depuis le début de la pandémie, l'Afrique reste officiellement l'un des continents les moins touchés, avec 3,3 millions de cas de Covid-19 et presque 82.000 morts, selon l'organisme. Mais l'augmentation du taux de mortalité marque une rupture avec la première vague, lors de laquelle il était resté en-dessous de la moyenne mondiale, a rappelé John Nkengasong.

"Nous sommes en train d'assister à un retournement", a-t-il ajouté. "C'est une des caractéristiques notables de la deuxième vague, que nous devons combattre âprement." A l'heure actuelle, 21 pays africains enregistrent des taux de mortalité supérieurs à la moyenne mondiale de 2,2%.

Entre autres exemples donnés par le CDC, le Soudan enregistre un taux de mortalité de 6,2%, l'Egypte de 5,5%, le Liberia de 4,4% et la République arabe sahraouie démocratique (RASD) - un Etat membre de l'UA - de 11,8%. Cette surmortalité est provoquée par l'accélération du nombre de cas, qui engorge les systèmes de santé sur le continent, selon John Nkengasong.

La situation sanitaire s'aggrave en Afrique.
La situation sanitaire s'aggrave en Afrique. © BFMTV


La demande d'asile en France a chuté de 41% en 2020 sous l'effet du Covid, selon la Place Beauvau

Selon le ministère de l'Intérieur ce jeudi, la demande d'asile en France a chuté de 41% en 2020 sous l'effet du Covid. La délivrance des visas a chuté de 80% en 2020, avec l'effondrement du tourisme chinois, a encore ajouté la Place Beauvau qui a enfin expliqué que les expulsions du territoire ont chuté de moitié en 2020, toujours en lien avec l'épidémie.

Macron évoque une nation de "66 millions de procureurs", un député LR s'en agace et fait l'éloge des "Gaulois résilients"

Après qu'Emmanuel Macron a dit faire face à "66 millions de procureurs", le député LR élu dans les Bouches-du-Rhône, Eric Diard, a dit sa colère: "Qu'il s'en prenne à l'opposition, c'est de bonne guerre, mais là il s'en prend à 66 millions de Français. Les Français sont plutôt indulgents et résilients. ce ne sont plus les Gaulois réfractaires mais des Gaulois résilients".

"On vivra d'autres crises en Europe", estime Emmanuel Macron

"On s'était tous collectivement habitué à vivre sur un continent dont on pensait qu'il ne vivrait plus les crises. Ce n'est plus le cas. Il y en aura d'autres", a lancé Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron ne voit pas de retour à la normale avant le premier semestre de l'année universitaire prochaine

"Le retour à la normalité ne se fera pas avant le premier semestre de l'année universitaire prochaine", averti Emmanuel Macron. Il a voulu rassurer les étudiants: "Les prochaines semaines, je vais être honnête avec vous, seront dures. On a conscience que c'est beaucoup plus dur pour vous, on en a conscience, vos diplômes ne seront pas dévalorisées". Le président de la Réopublique a ensuite pris congé et la réunion qui se déroulait à Saclay a pris fin.

Emmanuel Macron veut construire un "parcours de soin" à destination des étudiants en ayant besoin

"On ne va pas construire un pays où des soignants iront voir tous les étudiants. Mais il faut une prise de conscience. Quand on est mal, qu’on se sent mal", a lancé le président de la République. Il a ajouté:

"Dans les semaines qui viennent pour faire ce fameux 'chèques-psy', c'est de pouvoir travailler entre les hôpitaux et les universités, où tout étudiants de lui même, ou sollicité par un proche, puisse avoir accès à un parcours de soin et éventuellement à une consultation qui soit prise en charge. On ne pourra pas envoyer un mail à tous les étudiants, ça serait fou, mais dans ce cas-là je réfléchis avec vous, il faut qu'il y ait un système d'alerte".

Emmanuel Macron veut accorder 20% de présentiel aux étudiants

Emmanuel Macron a annoncé son intention de "faire en sorte de donner 20% de présentiel, soit un jour par semaine, aux étudiants" pour répondre au malaise des étudiants. " Un étudiant doit avoir les mêmes droit que quelqu’un qui travaille. S’il en a besoin, il doit pouvoir revenir en presentiel pour une journee. Il a le droit d’avoir 20% de son temps en presentiel", a-t-il en effet déclaré.

"Jusqu'à l'été, on va vivre avec ces contraintes", déclare Macron à Saclay

"On reste dans une période d'incertitude. Donc je ne vais pas vous mentir, pour le sport, par exemple, vous parliez du sport, la vraie difficulté qu'on a, c'est que je ne sais pas vous dire avec certitude pour dans 15 jours, comment l'épidémie va évoluer et quelles sont les contraintes qu'elle portera sur la vie sociale.

On doit donc rentrer dans une stratégie collectivement, où on doit se dire, ça fait plusieurs mois d'ailleurs que je le répète, que jusqu'à l'été on va devoir vivre avec ces contraintes", a encore déclaré Emmanuel Macron à Saclay.

Macron annonce deux repas à un euro pour tous les étudiants

En déplacement à Saclay, Emmanuel Macron a estimé que pour aider les étudiants dans cette période sanitaire difficile, deuxrepas à un euro pour les étudiants, même non-boursiers, serait proposés d'ici la fin du mois.

"Pour tous les étudiants qui le demandent, des repas à 1 euro au restaurant universitaire, y compris pour ceux qui ne sont pas boursiers, les étudiants internationaux", a-t-il dit.

Dans les Hauts-de-France: jusqu'à 37% des rendez-vous de vaccination vont devoir être reprogrammés

Un très forte demande et pas assez de vaccins. Dans le Nord et le Pas-de-Calais, les centres de vaccination ont dû interrompre les prises de rendez-vous, faute de doses. Malgré une allocation supplémentaire de 15.600 doses obtenues dans la région cette semaine, le nombre de doses "ne permet pas de répondre intégralement aux demandes", reconnaît ce jeudi l'ARS.

Une situation qui conduit l'agence de santé et les préfectures de la région à formuler plusieurs demandes aux centres de vaccination, au cas où la région "ne pourrait pas bénéficier de nouveaux approvisionnements supplémentaires".

Il est donc demandé aux centres de vaccination de ne plus ouvrir de plages de rendez-vous "jusqu'à nouvel ordre" pour les premières injections. L'ARS demande aussi aux centres de reprogrammer une partie des rendez-vous planifiés les deux prochaines semaines pour les primo-vaccination, et de les reprogrammer en mars.

"En l'état actuel du stock et au regard des livraisons allouées à la région, cette reprogrammation pourrait concerner environ et en moyenne 37% des rendez-vous programmés en région dans les 15 prochains jours", précise l'ARS.

Le message de la biochimiste dont les recherches sont à l'origine des vaccins à ARN Messagr

BFMTV s'est rendu en Pennsylvanie, à la rencontre de la biochimiste hongroise Katalin Kariko, l'une des premières à avoir cru à la technique de l'ARN messager et à avoir obtenu des résultats déterminants sur cette méthode au coeur des premiers vaccins contre le Covid-19. Ses découvertes scientifiques ont notamment permis la création des vaccins Moderna et Pfizer/BioNTech, qui pourraient à terme endiguer la pandémie.

"Nous vaincrons, et même si d'autres mutations surviennent, et que le vaccin actuel n'est plus efficace, grâce à l'ARN il sera possible d'en faire un nouveau très rapidement", déclare-t-elle, alors que différents variants ont été identifiés dans le monde ces dernières semaines.

Un reconfinement pour les "plus à risque"?

Sur BFMTV-RMC ce jeudi matin, la professeur Odile Launay, infectiologue et membre du comité vaccin Covid-19, préconise un reconfinement limité "aux gens les plus à risque".

Dans l'Oise, l'hôpital de Compiègne très durement touché

Les hospitalisations pour Covid-19 repartent à la hause en France, 10.655 nouvelles hospitalisations ont été recensées ces sept derniers jours, dont 1601 en réanimation. Le centre hospitalier de Compiègne-Noyon (Oise) illustre particulièrement cette poussée du nombre de cas: 170 patients y sont soignés pour Covid-19 et 75 membres du personnel ont été testés positifs.

Participation décevante au dépistage massif à Saint-Étienne

La campagne de tests massifs de détection du Covid-19 qui s'est terminée mardi à Saint-Étienne s'est révélée un échec avec moins de 4% de la population dépistée, a-t-on appris mercredi auprès de parlementaires de la Loire.

"Avec 6800 habitants venus se faire dépister sur 175.000 habitants, on est très en décalage avec les intentions affichées de dépister 40.000 personnes", a déclaré à l'AFP le député Génération.s de la Loire Régis Juanico, citant des chiffres de l'Agence régionale de santé Auvergne Rhône-Alpes.

"Parmi les dépistés, 137 ont été testés positifs, soit le taux de positivité (2%) le plus élevé parmi les quatre opérations de dépistage massif conduites par l'État", au Havre (Seine Maritime) et à Charleville-Mézières (Ardennes) en décembre, puis à Roubaix (Nord) la semaine dernière, selon l'élu.

Vers un 3e confinement?

L'ombre d'un troisième confinement plane sur la France. Dans les hôpitaux, le nombre de patients en réanimation - 2852 malades atteints de formes graves du Covid-19 - est au plus haut depuis la mi-décembre, selon les chiffres de Santé publique France mercredi. Les hospitalisations courantes liées à la maladie infectieuse sont également en hausse, avec un total de 25.686 patients dans les établissements de santé, au plus haut depuis le 8 décembre.

Face à de telles statistiques et à la menace des variants - plus contagieux que le virus initial - un renforcement des restrictions semble inévitable à court terme, a appris BFMTV auprès d'un responsable gouvernemental important. Si l'on semble vouloir donner sa chance au couvre-feu de porter ses fruits, il sera malgré tout "difficile" d'échapper à un reconfinement général in fine, selon cette source.

BFMTV