BFMTV
en direct

Covid-19: moins de contaminations lors des réunions privées qu'à l'automne

Le reflux de l'épidémie en France a permis à Jean Castex d'annoncer que le port du masque à l'extérieur ne serait plus obligatoire à partir de ce jeudi, sauf dans certaines circonstances comme les regroupements, les lieux bondés ou les stades.

1799 patients atteints du Covid-19 actuellement hospitalisés en réanimation en France

1799 patients atteints du Covid-19 sont actuellement hospitalisés en réanimation, 46 personnes ont été admises au cours des dernières 24 heures, a indiqué Santé publique France ce jeudi.

Au total, 11.114 patients sont hospitalisés à l'heure actuelle et 225 personnes ont été admises au cours des dernières 24 heures.

56 personnes sont décédées dans les dernières 24 heures des suites du Covid-19 dans les hôpitaux français.

17 millions de personnes pleinement vaccinées contre le Covid-19 en France

677.573 injections de vaccin contre le Covid-19, premières et secondes doses confondues, ont été réalisées au cours de ces dernières 24 heures, a indiqué la direction générale de la Santé ce jeudi.

Au total, depuis le 27 décembre dernier, 31.393.190 ont reçu une première dose de sérum, et 17.363.854 ont désormais un schéma vaccinal complet.

Moins de contaminations lors des réunions privées qu'à l'automne

Les réunions privées n'apparaissent plus comme des moments particulièrement à risque de transmission du Covid-19, contrairement à l'automne dernier, a indiqué jeudi l'épidémiologiste Arnaud Fontanet, qui y voit un signe d'efficacité des messages de prévention.

Ces derniers mois, "il n'y a pas de surrisque" associé avec le fait d'avoir fréquenté une fête entre amis ou un repas avec la famille élargie, a-t-il indiqué lors d'un point presse en ligne de l'ANRS-Maladies infectieuses émergentes.

Ces résultats proviennent de l'actualisation de l'étude ComCor, dirigée par l'épidémiologiste à l'Institut Pasteur, qui analyse les "facteurs sociodémographiques, comportements et pratiques associés à l'infection par le SARS-CoV-2", à partir de questionnaires remplis par des Français contaminés par le virus.

En octobre et novembre, le risque de contamination lors de réunions privées ressortait clairement comme plus élevé que dans d'autres situations, a rappelé le membre du Conseil scientifique.

"J'ai le secret espoir que c'est le travail de prévention qui a porté ses fruits", a-t-il ajouté, évoquant les nombreuses déclarations "à la période de Noël sur les risques associés" avec ces situations, et les conseils pour les réduire (limiter le nombre de convives, aérer les pièces, etc.)

La France passe les États-Unis et le Canada sur sa "liste verte"

Les voyageurs étrangers pourront enfin revenir en France cet été - mais pas dans n'importe quelles conditions. Le gouvernement a mis en place une classification avec trois codes couleurs.

Les États-Unis et le Canada rejoignent ce jeudi la "liste verte": les touristes venus des deux pays pourront ainsi entrer librement en France s'ils sont vaccinés. Si ce n'est pas le cas, il faudra qu'ils présentent un test PCR ou antigénique datant de moins de 72h à l'embarquement.

La Turquie bascule en orange, avec un test PCR négatif à présenter à l'embarquement, et un auto-isolement de 7 jours à l'arrivée pour les personnes non vaccinées.

Les Maldives, le Paraguay et l'Afghanistan sont classés en rouge: le voyage en direction de la France est interdit sauf en cas de motif impérieux.

Fin du masque en extérieur: pour Bertrand, c'est un "cadeau" du gouvernement en vue des régionales

À l'image du RN Jordan Bardella, Xavier Bertrand, président (ex-LR) des Hauts-de-France et candidat à sa réélection, considère que l'annonce anticipée de la fin du port du masque en extérieur par le gouvernement était "un cadeau" à quelques jours du premier tour des élections régionales.

"Je dis merci le premier tour des élections régionales. Je ne suis pas dupe (...). Je pense que la politique n'était pas loin", et "la question qu'on se pose c'est: on a quel cadeau la semaine prochaine ? Parce qu'il y a le deuxième tour des élections régionales, donc on a forcément une bonne nouvelle qui va arriver", a-t-il lancé sur France Info.

"Mais en attendant, la fin du masque, tant mieux", a-t-il toutefois reconnu, "ça fait du bien, on a envie de respirer, j'ai envie de respirer, les Français ont envie de respirer".

Quant à la fin anticipée du couvre-feu, il a remarqué qu'il était de toute façon "mort depuis la semaine dernière" à cause du "deux poids deux mesures" du gouvernement qui avait "accordé une dérogation pour ceux qui étaient à Roland-Garros pendant que les jeunes étaient évacués des Invalides.

Blanquer assure qu'un nouveau protocole va être réalisé pour la rentrée scolaire

Lors de sa prise de parole, le ministre de l'Education a assuré qu'un nouveau protocole pour la prochaine rentrée scolaire devrait être décidé dans les semaines à venir.

"Le protocole sanitaire sera élaboré au cours des premiers jours de juillet, quand on aura tout le retour d’expérience de l’année actuelle, le travail avec les autorités de santé, nous sommes très liés avec la Haute autorité de santé publique pour l’élaboration d’un tel protocole.

Il y aura des éléments qui différeront un peu de l’année dernière mais ce sera toujours la même logique, c’est-à-dire la définition de règles dont le curseur peut évoluer en cours d’année en fonction de l’amélioration ou l’aggravation de la situation", explique-t-il.

Puis, Jean-Michel Blanquer a également fait le point sur les possibles changements de ce protocole.

"On rendra publique dans la première semaine de juillet cette nouvelle donne, avec beaucoup d’éléments qui ressembleront par exemple sur les gestes barrière. On peut imaginer une rentrée non masquée dans les classes, je l’espère de tout cœur, ça ne veut pas dire que c’est certain et même en juillet ce ne sera pas défini, c’est fin aout qu’on décidera de cela."

Blanquer confirme la fin du masque en cour de récréation

Au lendemain de la prise de parole du Premier ministre Jean Castes, qui a annoncé l'assouplissement de plusieurs mesures, le ministre de l'Education Jean Castex a, sur Fance Inter, précisé que ces aménagements étaient aussi effectifs en milieu scolaire.

"C’est la conséquence logique de la décision générale qui a été prise de ne plus porter les masques en extérieur. C’est une bonne chose car on a toujours considéré que les enfants et adolescents étaient prioritaires dans les mesures que l’on prenait. C’est normal qu’ils soient concernés par cette mesure", explique-t-il.

Par la suite, ce même ministre a rappelé que cette décision était cohérente avec la politique menée par le gouvernement depuis le début de la crise.

"Je sais que beaucoup d’enfants et adolescents trouvaient pénible à le porter pendant la récréation, c’est évidemment une bonne chose. C’est cohérent avec ce que nous avons toujours dit, les choses ne sont pas les mêmes en plein air et à couvert et c’est normal de commencer en plein air."

Olivier Véran: "En juillet, les discothèques sont amenées à rouvrir"

Interrogé sur les discothèques, fermées depuis de longs mois, le ministre de la Santé a assuré qu'une sortie de crise était possible courant juillet.

"Alain Griset continue de travailler sur un protocole sanitaire. A partir du 21 juin on en saura plus, l’objectif c’est de les rouvrir. Notre objectif n’a jamais été de fermer des choses, est-ce que ça passe par un pass sanitaire, c’est assez logique de le faire, est-ce qu’il y aura les aérations requises, c’est cela qui nous sommes en train de peaufiner", assure Olivier Véran.

Vaccination obligatoire pour les personnels des Ehpad d'ici la fin de l'été?

Olivier Véran a pointé du doigt les soignants, pas assez vaccinés selon lui: il estime que certains n'ont pas "franchi le cap de la peur".

"50% et quelques en Ehpad, ce n’est pas suffisant. On ne prendra pas le risque à la rentrée d’exposer des personnes fragiles et âgées du fait que les soignants ne se font pas vacciner", assure-t-il estimant que l'obligation "pour ces publics particuliers", pouvait alors être une question majeure.

En ce qui concerne le personnel hospitalier, "ça s'aléliore, j'attends de voir", ajoute-t-il.

Olivier Véran appelle les Français à se faire vacciner

Lors de sa prise de parole, le ministre de la Santé a de nouveau appelé les Français à se faire vacciner afin de circonscrire la maladie et d'atteindre l'immunité collective.

"Avec ou sans mesure le vaccin est une chance pour l’humanité. On a en quelques mois des vaccins ultra-efficaces, surs, et qui permettent de mettre fin à cette pandémie mondiale. Il est gratuit, dans des conditions facilitées à tous les Français de 12 ans et plus vite on se vaccine plus vite on se dira que c’est du passé", explique-t-il.

En ce qui concerne l'immunité des plus jeunes, le ministre rapporte "plus de 600000 rendez-vous la première journée, j’ai facilité les délais entre les deux doses, ça fait un mois de battement pour le rappel. Ce mardi on a 25% de prises de premier rendez-vous en plus."

Où doit-on porter le masque?

Olivier Véran est revenu sur la fin de l'obligation du port du masque en extérieur.

"Il y a plusieurs situations. Si dans ne rue bondée avec une queue oui, il y a une cartographie des préfets, comme on l’a connu avant la généralisation. Si je suis dans des tribunes, le masque reste la règle. Si je suis dans un parc, sur une place, le port du masque n’est pas indispensable", explique-t-il.

En outre, le ministre a affirmé avoir encore vu ce jeud de nombreux Français portant encore le masque. "Il y a une pratique qui persiste et je demande à ce que les Français aient ce reflexe, et les Français l’ont."

"La situation épidémique le permet": Véran évoque l'arrêt de certaines restrictions

Invité ce jeudi sur les antennes de BFMTV et RMC, le ministre de la Santé Olivier Véran a souligné que l'abandon de certaines mesures avait été possible car "la situation épidémique le permet. On a été dans la juste proportion entre les contraintes et les risques. On est a 3000 diagnostics par jour et dans une dynamique de baisse. Ca baisse de 40% par semaine", estime-t-il.

"L'épidémie n'est pas terminée", mais elle est "en déclin rapide", a insisté le ministre.

Pour Bardella, "difficile de ne pas voir un lien" entre la fin du masque en extérieur et les régionales

Jordan Bardella voit un lien entre les annonces de Jean Castex sur le port du masque et le couvre-feu et le calendrier électoral. "Les élections ont du bon", commente le candidat RN en Île-de-France sur RTL. "À quatre jour des élections, ca a quand même du bon. Ça fait des semaines qu’on nous explique que le port du masque, du moins son retrait n’est pas pour tout de suite."

"Et comme par le plus grand des hasards, à quatre jours des élections régionales, on nous annonce la fin du couvre feu, la fin du port du masque en extérieur", ironise-t-il.

"Peut-être va-t-on nous annoncer des baisses d'impôts, l'arrêt de l’immigration, un tour de vis en matière pénale", poursuit Jordan Bardella. "Il est quand meme difficile de ne pas y voir un lien alors qu’il y a quelques jours encore M. Véran et M.Macron indiquaient que la fin du port du masque à l'extérieur ne serait pas pour tout de suite, en tout cas pas avant juillet."

Premiers résultats décevants pour le candidat vaccin de CureVac

Le laboratoire allemand CureVac a annoncé ce mercredi que son principal candidat vaccin contre le COVID-19 n'avait démontré qu'une efficacité de 47%, selon l'analyse intermédiaire d'un essai clinique à grande échelle, et ne remplissait pas à ce stade les critères exigés.

"L'efficacité finale pourrait encore changer", prévient  Franz-Werner Haas; le PDG du laboratoire, qui a signé un important contrat de commande avec l'Union européenne pour ce vaccin à ARN messager.

Il met en cause notamment les difficultés posées par l'apparition des variants du nouveau coronavirus. "Nous avions espéré des résultats plus solides dans l'analyse intermédiaire, mais nous avons constaté qu'il est difficile d'obtenir une efficacité élevée avec cette gamme de variants sans précédent. Nous poursuivons l'étude jusqu'à l'analyse finale", ajoute-t-il.

CureVac s'est lancé dans la course au développement d'un vaccin en janvier 2020, en même temps que les laboratoires BioNTech/Pfizer et Moderna qui ont été les premiers à obtenir le feu vert de différentes autorités de régulation pour commercialiser leur produit, également basé sur la technologie innovante de l'ARN messager.

Il s'agit du premier résultat d'efficacité publié par le laboratoire allemand qui mène la phase finale de ses essais cliniques à grande échelle, avec environ 40.000 volontaires en Europe et en Amérique latine.

La décrue se poursuit dans les hôpitaux, moins de 12.000 patients

Du côté des hôpitaux, la pression de l'épidémie a continué à se relâcher, avec 11.519 patients atteints du Covid-19 hospitalisés, contre 12.008 la veille, selon les données de Santé publique France ce mercredi. 1873 d'entre eux se trouvaient dans les services de soins critiques, qui prennent en charge les cas les plus graves, contre 1952 mardi.

L'arrivée de nouveaux patients a fortement ralenti: 1702 hospitalisations ont été recensées ces sept derniers jours, contre 1898 annoncés mardi. Fin mai, ce rythme était encore d'environ 3300 hospitalisations par semaine. 379 malades du Covid ont été admis en réanimation ces sept derniers jours, contre 436 annoncés mardi et environ 900 il y a seulement deux semaines.

Plus du quart de la population complètement vaccinée

Plus du quart de la population française est désormais complètement vaccinée contre le Covid-19, selon les chiffres publiés ce mercredi par le ministère de la Santé.

"16.953.092 de personnes ont un schéma vaccinal complet", c'est-à-dire qu'elles ont reçu deux injections, ou une seule si elles ont été vaccinées avec le produit de Janssen (dose unique) ou si elles avaient déjà eu le Covid auparavant.

Cela représente environ 25,4% de la population (et 32,3% de la population majeure), contre environ 24,7% mardi.

Depuis le début de la campagne de vaccination, fin décembre, 31.083.259 personnes ont reçu au moins une injection (soit 46,4% de la population totale et 59,2% de la population majeure), précise le ministère dans un communiqué.

Le port du masque en extérieur, c'est terminé (sauf exceptions)

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau direct consacré à l'évolution de l'épidémie de Covid-19. Vous allez pouvoir respirer à partir de ce jeudi: le reflux de l'épidémie a permis à Jean Castex d'annoncer que le port du masque à l'extérieur ne serait plus obligatoire dès aujourd'hui, sauf dans certaines circonstances comme les regroupements, les lieux bondés ou les stades.

Il a également annoncé la levée du couvre-feu fixé à 23h00 à compter de ce dimanche. Cette décision a été prise car la situation sanitaire "s'améliore plus vite que nous l'avions espéré", a expliqué Jean Castex.

BFMTV