BFMTV
en direct

Jean Castex: en cas d'allègement le 1er décembre, les bars et restaurants resteront fermés

Deux semaines après le début du reconfinement des Français, Jean Castex fait un nouveau point ce jeudi sur la deuxième vague de coronavirus.

Quelles sont les principales mesures annoncées par Jean Castex?

Confinement maintenu dans les mêmes conditions jusqu'au 1er décembre, éventuelles premières mesures d'allégements uniquement pour les commerces en décembre, pas de grandes fêtes de fin d'année... Retrouvez notre récapitulatif des principales annonces du gouvernement :

>> Confinement: que va-t-il se passer après le 1er décembre?

418 nouveaux décès en 24h à l'hôpital

418 décès liés au Covid-19 ont été enregistrés à l'hôpital au cours des dernières 24 heures et 386 personnes ont été admises dans les services de réanimation, selon les chiffres publiés jeudi par Santé publique France.

Depuis le début de l'épidémie, le nombre de décès s'élève à 42.960, dont 29.697 à l'hôpital, selon l'agence sanitaire.

Le nombre de nouveaux patients admis en réanimation progresse par rapport à mercredi. Au total, 4884 patients se trouvent actuellement dans ces services, pour une capacité désormais de 7700 lits en réa et soins intensifs, avec la possibilité de monter jusqu'à 10.400 lits.

32.654 personnes sont actuellement hospitalisées avec un diagnostic Covid-19, dépassant le pic qui avait été atteint le 14 avril, lors de la première vague, avec 32.292 hospitalisations.

Le nombre de personnes contaminées a progressé, avec 33.172 nouveaux cas confirmés par rapport à la veille et le taux de positivité des tests s'élève à 18,7%, en baisse par rapport aux derniers jours. Il était au-dessus de 20% début novembre.

Le Premier ministre italien rassure les enfants: le père Noël, masqué, voyage avec une attestation

Le père Noël porte un masque et peut voyager dans le monde entier avec une attestation de déplacement, a écrit ce jeudi le Premier ministre italien sur Facebook pour rassurer les enfants de son pays sur la tenue des fêtes de fin d'année.

"Le père Noël m'a garanti qu'il possède déjà une attestation de déplacement internationale: il peut voyager partout et distribuer des cadeaux à tous les enfants du monde", écrit Giuseppe Conte en réponse à un garçon de cinq ans, prénommé Tommaso, qui lui avait envoyé une lettre lui demandant de ne pas confiner "Babbo Natale".

"Il m'a confirmé qu'il utilise toujours le masque et maintient la bonne distance pour se protéger et protéger toutes les personnes qu'il rencontre", ajoute-t-il.

L'Italie, premier pays d'Europe frappé au printemps par la pandémie de nouveau coronavirus, affronte depuis quelques semaines une deuxième vague virulente et vient de dépasser le million de cas. Des restrictions à la mobilité et au travail ont été prises au plan national et local.

Librairies: Pécresse appelle le gouvernement à "sauver Noël"

La présidente du conseil régional d'Ile-de-France Valérie Pécresse a appelé le gouvernement ce jeudi à "sauver Noël" pour les librairies en les autorisant à rouvrir à cette période cruciale pour leur chiffre d'affaires.

"Je demande au gouvernement de sauver Noël", a affirmé l'élue LR lors d'un rassemblement d'écrivains et éditeurs en soutien aux libraires à Paris.

"Ça veut dire de faire en sorte que nos petits commerces, nos commerces de proximité puissent rouvrir pour Noël. Que les Français puissent aller acheter pour Noël leurs livres dans leur librairie de proximité", a-t-elle ajouté.

Déplacements pour les vacances de Noël: des précisions "d'ici la fin du mois du novembre"

Pour l'heure, l'organisation des vacances de fin d'année reste nébuleuse. Jean Castex a affirmé que "s'agissant des déplacements pour les vacances de Noël, nous allons tout faire pour préciser les conditions aux Français dans des délais qui leur permettront de s'organiser, d'ici la fin du mois de novembre".

"Notre objectif est de permettre un nouvel allégement au moment des vacances de Noël", pour que les Français "puissent passer des fêtes de fin d'année en famille".

Une attestation pour se déplacer nécessaire au-delà du 1er décembre

Une attestation pour se déplacer sera toujours nécessaire au-delà du 1er décembre, même si une amélioration des indicateurs de l'épidémie de coronavirus permettraient un allègement du confinement, a indiqué Jean Castex.

"Oui, oui", a répondu le Premier ministre, interrogé par l'AFP pour savoir si cette attestation, actuellement obligatoire pour circuler, serait encore nécessaire après le 1er décembre, date à laquelle le chef du gouvernement envisage un allègement du confinement qui serait "strictement limité" aux commerces.

581.000 contrôles effectués depuis le 30 octobre

Les forces de police et de gendarmerie ont effectué, depuis le 30 octobre, 581.000 contrôles liés aux mesures de confinement.

"L'ennemi ce n'est pas l'Etat, mais le virus", rappelle Jean Castex

"Plus que jamais, je vous invite à respecter rigoureusement les règles du confinement, à ne sortir de chez vous que lorsque c'est nécessaire, à télétravailler au maximum, à redoubler de prudence si vous êtes vulnérables", a prévenu Jean Castex.

Face aux critiques de ces mesures, le Premier ministre a rappelé que "l'ennemi ce n'est pas l'Etat, mais le virus".

Mesures restrictives: "Il est de ma responsabilité de vous protéger contre le virus", soutient Castex

Face à la nouvelle période de confinement que traverse la France, le Premier ministre a dit ressentir "les difficultés du pays" et "mesurer les souffrances et le désespoir de beaucoup" de Français.

"Adopter des mesures difficiles constitue un crève-coeur, mais il est de ma responsabilité de le faire, et de vous protéger contre le virus et ses ravages", a-t-il poursuivi.

Un numéro vert pour venir en aide aux salariés "qui se sentent isolés"

"Le télétravail 5 jours sur 5 représente un effort pour les salariés qui souffrent parfois d'isolement", a reconnu Elisabeth Borne indiquant, selon un sondage, que "près de 6 Français sur 10 qui ont télétravaillé à 100% préféreraient venir sur le lieu travail au moins un jour par semaine. 4 sur 10, disent se sentir isolés".

Un numéro vert a été mis en place pour leur venir en aide : 0800 13 00 00

Quand il est possible, le télétravail doit être appliqué "5 jours sur 5"

La ministre du Travail Elisabeth Borne a rappelé les règles en matière de télétravail:

"Ceux dont les tâches peuvent être entièrement réalisées à distance doivent télétravailler 5 jours sur 7, ceux qui ne peuvent télétravailler que partiellement, ou qui sont dans l'impossibilité de le faire, peuvent continuer à se rendre sur leur lieu de travail".

Et d'ajouter: "Il y a encore une marge de progression pour que les actifs appliquent le télétravail. J'appelle tous les employeurs et salariés à poursuivre leurs efforts."

Au lycée, "50% du temps scolaire de l'élève" doit être fait en présentiel

Jean-Michel Blanquer a rappelé que le protocole sanitaire a évolué avec la deuxième vague, "il a été durci. Ces nouvelles mesures, applicables depuis le 2 novembre consistent surtout à la minimisation du brassage des élèves, à la généralisation du port du masque dès le CP...", a-t-il détaillé.

"Dans les lycées, la limitation du brassage est plus compliquée du fait de leurs déplacements plus nombreux. C'est pourquoi nous avons prévu depuis la semaine dernière une souplesse. Si un lycée peut le faire, la présence à 100% des élèves reste souhaitable, mais quand les conditions sanitaires ne le permettent pas, des solutions hybrides sont proposées."

Le ministre indique avoir toutefois "demandé qu"au minimum 50% du temps scolaire de l'élève soit fait en présentiel d'ici à la fin de l'année civile pour garantir un lien fort avec la classe".

"Les élèves de CP l'an dernier ont un peu pâti du confinement", annonce Blanquer

Le ministre de l'Education nationale constate que "les élèves de CP l'an dernier ont un peu pâti du confinement. En CM2, ils ont continué les progrès et nous réussissons à traverser l'épidémie en assurant la continuité des apprentissages".

"Le protocole sanitaire a permis le retour à l'école le 1er septembre et c'est une victoire", a-t-il ajouté.

Castex ne juge "pas raisonnable d'organiser de grandes fêtes" en fin d'année

Si la situation s'est légèrement améliorée, ce frémissement n'est pas encore confirmé. Castex souhaite "permettre un nouvel allégement" du confinement pour les vacances de Noël mais il avertit qu'il ne serait "pas raisonnable d'organiser de grandes fêtes" en fin d'année.

Reconfinement: un éventuel allégement le 1er décembre "strictement limité" aux commerces

A l'approche des fêtes de Noël, un éventuel allégement, "strictement limité" aux commerces, pourrait être envisagé le 1er décembre, a annoncé Jean Castex. Il précise que les bars et restaurants n'en bénéficieront pas.

"Tout faire pour sauver les petits commerces", assure Castex

Face à la situation économique critique pour les petits commerces qui ont dû fermer à cause du confinement, Jean Castex a donné son objectif: "Tout faire pour sauver les petits commerces".

"Nous devons évidemment continuer à apporter un soutien économique massif à tous les commerces et toutes les entreprises qui ont été contraints de fermer", a déclaré le Premier ministre.

"J'assume mes responsabilités en termes de protection contre l'épidémie. J'entends les assumer de la même manière pour protéger les victimes économiques du confinement".

Les règles du confinement resteront inchangées "au moins pour les 15 prochains jours"

En concertation avec le président de la République, le Premier ministre a annoncé que les règles en vigueur autour du confinement demeureront "inchangées au moins pour les 15 prochains jours".

Les commerces fermés au titre du confinement le resteront donc encore pour 15 jours supplémentaires. "Nous devons continuer à apporter un soutien économique massif à tous les commerces qui ont été contraints de fermés", assure Castex.

Confinement: "Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif"

Malgré ces améliorations, le gouvernement estime qu'il "serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif [de confinement] dès maintenant".

"Le nombre de nouvelles contaminations a ralenti", souligne le ministre

"L'évolution du nombre des nouvelles contaminations a ralenti depuis une semaine", constate Jean Castex. Le gouvernement observe environ une baisse de 16%.

Jean Castex appelle cependant à la prudence. "Cette tendance récente est fragile et ne peut produire des résultats que si elle se confirme dans la durée".

Le pic d'hospitalisations du mois d'avril a été dépassé

La pression hospitalière est extrêmement forte et le pic des hospitalisations a même dépassé celui du mois d'avril, soit au-delà de la barre des 32.000.

"Nous comptons ces derniers jours une hospilation toutes les 30 seconde, et une admission en réanimation toutes les 3 minutes. 40% des personnes admises en réanimation ont moins de 65%", précise Jean Castex.

"Un décès sur quatre est lié au Covid-19" en France, annonce Castex

En propos liminaire, Jean Castex a rappelé l'ampleur de l'impact du Covid-19.

"Au cours des deux derniers mois, il y a eu plus de 10.000 morts et entre 400 et 500 décès chaque jour au cours de la dernière semaine ", a-t-il précisé.

Au total, depuis le début de la pandémie, 42.500 personnes en sont mortes. Aujourd'hui "1 décès sur 4 est lié à la maladie".

Plus de 10.000 morts liés au Covid-19 dans le monde en 24h

Plus de 10.000 nouveaux décès liés au nouveau coronavirus ont été enregistrés dans le monde mercredi. C'est la première fois depuis le début de la pandémie que le chiffre symbolique de 10.000 décès annoncés en 24h est atteint.

Près de la moitié (4961) de ces décès (10.010) ont été annoncés en Europe, 1868 en Amérique latine et aux Caraïbes, et 1330 autres aux États-Unis, pays ayant enregistré le plus de décès en 24h.

L'Europe est depuis plusieurs semaines la région qui déclare le plus grand nombre de décès. Sur les sept derniers jours, plus de 4000 morts du Covid-19 ont été recensés quotidiennement dans les 52 pays de la région, un chiffre 25% supérieur à celui de la semaine précédente.

Vaccins: la "cavalerie arrive", selon l'immunologiste en chef américain Fauci

Quelques jours après la retentissante annonce par l'américain Pfizer et l'allemand BioNTech d'un vaccin efficace à 90%, le docteur Fauci, expert mondial des maladies infectieuses, a affirmé qu'un autre vaccin "est littéralement sur le point d'être annoncé".

Moderna, société de biotechnologie américaine qui co-développe un vaccin avec les Instituts nationaux de santé américains (NIH), a en effet indiqué qu'elle prévoyait de déposer fin novembre auprès de l'Agence des médicaments (FDA) une demande d'autorisation en urgence pour son produit.

"La cavalerie arrive, mais ne baissez pas la garde", a prévenu le docteur Fauci lors d'une intervention vidéo pour le cercle de réflexion Chatham House, à Londres. "Les secours arrivent, mais ils ne sont pas encore là", a-t-il ajouté, exhortant le public à porter le masque et à se laver régulièrement les mains.

L'immunologiste a indiqué que les futurs vaccins seront aussi mis à disposition des pays les plus pauvres, estimant que personne ne devrait "vivre ou mourir en fonction de l'endroit où (il) est né".

La Grèce, épargnée au printemps, débordée par le "tsunami" de la pandémie

En moins de deux semaines, le nombre de victimes du coronavirus a bondi en Grèce: "un tsunami" selon le Premier ministre conservateur qui, après avoir vite réagi lors de la première vague de la pandémie, se trouve désormais accusé "d'avoir tardé" à endiguer la deuxième.

Depuis fin octobre, le nombre quotidien de morts a quadruplé, à 42 décès mercredi, et celui des infections a doublé, à près de 3000 en un jour.

Face à la détérioration de la situation, après un confinement partiel fin octobre, le pays s'est reconfiné une semaine plus tard, jusqu'au 30 novembre, les Grecs ne pouvant plus circuler que sur autorisation envoyée par SMS. Et le gouvernement est encore monté d'un cran mercredi soir, avec l'imposition d'un couvre-feu nocturne dès 21h00 à partir de vendredi.

D'une population de 10,9 millions d'habitants, la Grèce déplore depuis le début de la pandémie fin février, 909 décès et 63.000 contaminations dont la grande majorité ces quatre derniers mois.

Suivez la conférence de presse de Jean Castex à 18h00 sur BFMTV

A 18h00, Jean Castex prendra la parole pour faire un point d'étape après le conseil de défense qui s'est tenu ce jeudi matin. Le statu quo sur le reconfinement devrait prédominer, malgré les appels de commerçants à plus de souplesse et des interrogations sur un éventuel durcissement des restrictions pour les lycées.

Édition spéciale à suivre dès 17h00 sur BFMTV et BFMTV.com.

"Le Pr. Raoult ne sera pas radié", assure son avocat Me Fabrice Di Vizio

Didier Raoult devrait comparaître devant la chambre disciplinaire régionale de l'Ordre des médecins dans quelques mois. Cette chambre, présidée par un magistrat administratif, peut décider de sanctions allant d'un simple avertissement à une radiation.

"J'ai une expérience incontestée de ces dossiers. Ceux qui pensent la radiation du Pr. Raoult possible n'ont jamais mis les pieds devant la chambre disciplinaire. Moi vivant, le Pr. Raoult ne sera pas radié et ne sera pas condamné", a affirmé Me Fabrice Di Vizio sur notre antenne.

Didier Raoult va être poursuivi par l'Ordre des médecins

Le professeur Didier Raoult va être poursuivi par l'Ordre des médecins, indique son avocat, confirmant une information du Parisien. "C'est assez banal", explique son conseil à BFMTV.

Cette procédure intervient après de nombreux signalements qui ont été faits à l'Ordre des médecins des Bouches-du-Rhône, précise Le Parisien. La Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF) a également porté plainte contre Didier Raoult, lui reprochant d'avoir enfreint au moins neuf articles du code de déontologie médicale: violation de la confraternité, information erronée au public, exposition à un risque injustifié ou encore charlatanisme.

L'Ordre des Bouches-du-Rhône avait convoqué le professeur le 6 octobre, avant de décider en assemblée plénière de porter plainte, selon.

Jean Castex: "Ce n'est certainement pas le moment pour desserrer la bride"

À quelques heures de la conférence de presse de Jean Castex, Le Monde publie un article dans lequel le Premier ministre évoque le contexte sanitaire du moment.

"Nous allons voir si l’on doit desserrer ou resserrer le dispositif, au vu des données épidémiologiques", répond Jean Castex au journal. Même si le Premier ministre dit constater "un petit ralentissement" de la propagation de l’épidémie, "ce n’est certainement pas le moment pour desserrer la bride".

L'épidémiologiste Antoine Flahault estime qu'on "a cassé la courbe exponentielle" du virus

Selon l'épidémiologiste Antoine Flahault, "on a cassé la courbe exponentielle" en France. Le taux de reproduction R du coronavirus sur le territoire, comprendre le nombre de malades contaminés par un premier malade, est aujourd'hui passé en dessous de 1 - 0,93, selon les estimations de Santé publique France.

"Pour qu'il y ait épidémie, il faut un R au-dessus de 1. [...] La vague va s'éteindre, pour qu'elle le fasse, il faut prolonger ces efforts. Quand le R est à 1, on est en plateau au moment du pic, c'est-à-dire la situation la plus instable. Il faut donc que le R diminue encore, il suffit de continuer ce qui est fait, pendant une quinzaine de jours, et on devrait arriver en zone de sécurité où l'on peut reprendre totalement le contrôle de l'épidémie", a expliqué Antoine Flahault, directeur de l'institut de santé globale de l'Université de Genève, sur notre plateau.

Antoine Flahault souligne cependant qu'il y a un décalage "entre le nombre de nouveaux cas rapportés et leur sévérité, leur hospitalisation". "Ce décalage est généralement de une à deux semaines. On peut espérer, comme on ne va pas alimenter les hôpitaux de nouveaux cas, revoir une décrue dans les hôpitaux"

Selon Bruno Le Maire, "aucun arbitrage n'a été rendu" sur une réouverture prochaine des commerces non essentiels

"Aucun arbitrage n'est rendu" sur la question d'une réouverture prochaine des commerces non essentiels, vient d'assurer Bruno Le Maire sur BFM Business.

"Je suis un peu stupéfait de voir tous les matins, avant même que le président de la République ait rendu ses décisions, certains qui pensent (les connaître)", a commenté le ministre de l'Économie. "Il y a un Conseil de défense à 9h, le président de la République et le Premier ministre rendent des arbitrages en fin de matinée."

"On est tous confrontés au même défi: lutter contre la circulation du virus, s'en débarrasser de façon à ce que l'activité économique puisse se poursuivre dans les meilleures conditions", a poursuivi Bruno Le Maire. "La pire des situations, c'est de laisser le virus prospérer parce que là, l'économie risquerait de s'effondrer totalement.

"Aujourd'hui, nous arrivons à concilier lutte contre la circulation du virus et maintien de l'activité économique", a-t-il conclu, tout en reconnaissant que "les commerces de proximlité, le petit commerce" souffrent particulièrement durant cette période.

Près de 90.000 PV établis en moins de 15 jours pour non-respect du confinement

Entre le 30 octobre et le 10 novembre, 88.455 PV ont été établis pour "non-respect" du confinement, selon le Ministère de l'Intérieur, rapporte ce jeudi RMC.

Dans plus de 9 cas sur 10 (91,4%), il s'agit de verbalisations pour des déplacements individuels non-autorisés, d'un montant de 135 euros. Une infime minorité de procès-verbaux concerne toutefois l'ouverture irrégulière d'établissements recevant du public ou de lieux de réunion: 315 PV au total. Parmi eux: des restaurants et des salons de coiffure.

Le tiers des verbalisations a , par ailleurs, été dressé uniquement en Ile-de-France.

Olivier Rogeaux, infectiologue au Centre hospitalier de Métropole Savoie, alerte sur un manque de vigilance "dans les contacts avec nos aînés"

La Savoie est désormais le département de France le plus touché par l'épidémie avec 1167 cas positifs pour 100.000 habitants, 448 malades hospitalisés et 127 morts à l'hôpital.

Olivier Rogeaux, infectiologue au Centre hospitalier de Métropole Savoie, rappelle, sur notre plateau, que la région Auvergne-Rhône-Alpes est "l'épicentre de l'infection depuis plusieurs semaines". Il estime que le couvre-feu "a été mis en route plus tard" sur la Savoie et la Haute-Savoie et qu'il existe "des effets de transmissions des gens avec les autres lors d'un confinement qui n'est peut-être pas encore assez bien respecté".

Le virus circule activement "dans l'ensemble de la population" mais des "chiffres extrêmement préoccupants" existent chez les plus de 65 ans.

"Il y a un manque de vigilance dans les contacts avec nos aînés et des personnes plus âgées", a-t-il alerté.

60% des Français ont transgressé les règles du nouveau confinement, selon un sondage

Plus de la moitié des Français ont transgressé au moins une fois les règles du confinement, utilisant l'attestation de déplacement à d'autres fins que celles indiquées ou en recevant de la famille ou des amis, selon un sondage réalisé par l'Ifop pour consolab.

Depuis le 30 octobre, annonce du second confinement mis en place pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, 60% des personnes interrogées ont transgressé au moins une fois le confinement, selon cette enquête.

Les Français ont surtout utilisé les attestations de déplacement pour d'autres motifs que ceux indiqués (24%), se sont promenés au delà de la limite autorisée d'une heure (17%), mais ont aussi vu des membres de leur famille chez les uns ou les autres (23%, soit 8 points de plus qu'au printemps), ou des amis (20%).

Que va annoncer Jean Castex ce soir? Les pistes

De derniers arbitrages doivent être rendus ce jeudi matin lors du désormais traditionnel Conseil de défense, mais a priori, Jean Castex ne devrait pas annoncer d'assouplissement du confinement ce soir, selon les informations du service politique de BFMTV. ll devrait faire un point sur le télétravail, la situation dans les transports et le soutien aux commerces fermés.

L'exécutif ne veut pas donner l'impression que tout serait réglé car, comme l'a récemment dit Jérôme Salomon, "le pic est devant nous". L'entourage d'Olivier Véran évoque notamment un point de vigilance, s'interrogeant sur l'effet que pourrait avoir une prochaine baisse des températures sur l'épidémie.

La réouverture des commerces ne devrait donc pas être annoncée, mais Jean Castex pourrait donner une perspective, une échéance, avec un point d'étape au 1er décembre prochain.

Reste la question de l'éventuelle fermeture des lycées, l'un des principaux sujets de débat ce matin au Conseil de défense. En l'état, ils devraient rester ouverts. Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, est très hostile à l'idée d'une fermeture. Mais un resserrement du protocole sanitaire est envisageable, avec potentiellement la possibilité de passer jusqu'à deux tiers des enseignements en distanciel, contre 50% aujourd'hui.

Jean Castex prendra la parole à 18h

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau direct consacré à l'évolution de l'épidémie de coronavirus. Deux semaines après le reconfinement des Français, Jean Castex promet un point ce jeudi sur la deuxième vague de coronavirus. Alors que le nombre de malades ne cesse d'augmenter, le Premier ministre risque de doucher les espoirs d'un assouplissement des restrictions.

La conférence de presse du chef du gouvernement est prévue à 18h, après le rituel désormais hebdomadaire du Conseil de défense, qui devrait rendre d'ultimes arbitrages dans la matinée. Édition spéciale à suivre dès 17h sur BFMTV et BFMTV.com.

Jean Castex tient une nouvelle conférence de presse sur l'épidémie de coronavirus, le 12 novembre 2020.
Jean Castex tient une nouvelle conférence de presse sur l'épidémie de coronavirus, le 12 novembre 2020. © BFMTV
BFMTV