BFMTV
en direct

Covid-19: plus de 42.000 nouveaux cas détectés ces dernières 24 heures

Des professionnels de santé dans l'unité de soins intensifs de l'hôpital Sao Joao de Porto, Portugal, le 22 octobre 2020

Des professionnels de santé dans l'unité de soins intensifs de l'hôpital Sao Joao de Porto, Portugal, le 22 octobre 2020 - PATRICIA DE MELO MOREIRA © 2019 AFP

Les deux-tiers des Français soumis à un couvre-feu, l'Irlande et le Pays de Galles confinés, des records de contaminations en Allemagne... La situation sanitaire s'aggrave en Europe.

Fin du live

Ce live est maintenant terminé, merci de l'avoir suivi.

Le Danemark renforce ses mesures pour endiguer la hausse du Covid-19

Le Danemark va renforcer dès lundi ses mesures de restriction pour tenter d'endiguer la forte hausse des infections au nouveau coronavirus.

"Nous sommes fatigués de cette maladie" mais "nous risquons de perdre le contrôle", a prévenu en conférence de presse la Première ministre Mette Frederiksen.

Pour faire face à la situation, la jauge des rassemblements, jusqu'alors fixée à 50, descendra à 10 personnes (sauf pour les événements sportifs où la limite est maintenue à 500 personnes) à compter de lundi et pour quatre semaines. Les Danois sont également appelés à ne pas avoir plus de 10 personnes hors de leur foyer et de leur travail.

L'ensemble des mesures déjà en vigueur seront également prolongées jusqu'au 2 janvier.

Il sera aussi obligatoire de se couvrir la bouche et le nez à partir de jeudi dans les lieux publics fermés, alors que les Danois étaient jusqu'à présent autorisés à s'en passer, sauf dans les transports en commun.

Plus d'un million de cas en France depuis le début de l'épidémie

Plus d'un million de cas recensés en France depuis le début de l'épidémie, d'après Santé Publique France.

  • 42.032 nouveaux cas supplémentaires de Covid-19 ont été recensés en France au cours des dernières 24 heures. Un nouveau record depuis le lancement des tests à grande échelle.
  • 11.032 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées sur les 7 derniers jours, dont 1714 en réanimation.

Bruno Lina rappelle que "le problème de la circulation du virus concerne tout le pays"

Bruno Lina, professeur de virologie au CHU de Lyon et membre du Conseil scientifique revient pour BFMTV sur l'importance du couvre-feu:

"Il est extrêmement important que chacun d'entre nous applique une règle de dire 'on va avoir une vie sociale un peu moins importante' parce que c'est lors de ces événements festifs que se fait l'essentiel de ses transmissions", rappelle-t-il.

Ce dernier ajoute que "le problème de la circulation du virus concerne tout le pays".

"On est dans une dynamique épidémique, elle n'est pas tout à fait la même que celle de la première vague mais elle est quand même très significative", affirme-t-il à BFMTV.

Selon l'OMS, "trop de pays" enregistrent une progression exponentielle des cas

L'hémisphère nord se trouve à un "moment critique" de la pandémie de Covid-19, avertit le patron de l'OMS.

"Nous sommes à un moment critique de la pandémie, en particulier dans l'hémisphère nord", a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus en conférence de presse.

"Un trop grand nombre de pays connaissent une augmentation exponentielle des cas de Covid-19 et cela conduit maintenant à ce que les hôpitaux et les unités de soins intensifs soient proches ou aient dépassé leurs limites de capacité et nous ne sommes qu'en octobre", a-t-il ajouté.

Il a estimé que "les prochains mois vont être très difficiles" alors que "certains pays se trouvent sur une voie dangereuse".

Couvre-feu: Macron affirme que "ces mesures n'ont pas vocation à être réduites"

Sur l'éventualité d'un reconfinement local, Emmanuel Macron déclare:

"On va évaluer chaque semaine l'efficacité des mesures prises (...) Au moins jusqu'à début décembre, nous aurons tout ce qui a été annoncé par le gouvernement. Ces mesures, de manière certaine je peux vous le dire aujourd'hui, n'ont pas vocation à être réduites mais elles seront peut-être renforcées si elles ne sont pas suffisamment efficaces."

"Nous nous ne débarrasserons du virus" soit "par chance", soit par "l'immunité collective", ou par un "couple vaccin-traitement", précise-t-il.

"On se projette au mieux juste qu'à l'été", a-t-il rappelé.

Emmanuel Macron: “Nous allons faire face tous ensemble”

Durant un point presse à l'issue de sa rencontre avec le personnel soignant de l'hôpital de Pontoise (Val-d'Oise), le Président de la République demande aux Français de "protéger les soignants":

"Je le dis pour tous nos concitoyens, il faut que vous nous aidiez à protéger nos soignants", a-t-il déclaré, avant de poursuivre:

"Nous allons faire face tous ensemble."

Macron affirme que "l'impact des mesures prises" sera visible en milieu de semaine prochaine

Lors d'une visite à l'hôpital de Pointoise (Val-d'Oise), Emmanuel Macron affirme que "l'impact des mesures prises" (le couvre-feu notamment) sera visible "en milieu de semaine prochaine."

Brigitte Macron testée négative au Covid-19

Brigitte Macron, qui était cas contact au Covid-19 et s'était mise en isolement depuis lundi, a été testée négative au coronavirus, a indiqué son cabinet à l'Agence France-Presse (AFP).

"Brigitte Macron a effectué le 22 octobre un test virologique (RT-PCR), soit sept jours après son dernier contact avec la personne déclarée positive au Covid-19 et le résultat est qu'elle n'est pas positive", précise son entourage.

L'épouse du président de la République avait appris lundi 19 octobre qu'elle était un cas contact, une personne qu'elle avait rencontrée le jeudi précédent ayant été déclarée positive à la maladie.

Plus de trois millions de cas de Covid-19 en Espagne

Le "nombre réel" de personnes infectées par le Covid-19 en Espagne depuis le début de la pandémie "dépasse les trois millions", a affirmé vendredi le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez.

"La situation est grave", a-t-il déclaré dans une allocution télévisée au cours de laquelle il n'a pas annoncé de nouvelle mesure et qui semblait surtout destinée à préparer les Espagnols à de nouvelles restrictions à venir prochainement, lorsque les régions, qui ont les prérogatives en matière de santé publique, se seront mises d'accord avec le gouvernement central.

Pedro Sanchez a rappelé que l'Espagne avait officiellement dépassé cette semaine le cap du million de cas de coronavirus.

Des patients transférés pour soulager les hôpitaux de Roubaix et Tourcoing

Des patients souffrant du Covid-19 ont été transférés des hôpitaux de Roubaix et Tourcoing, deux villes confrontées à une envolée du nombre de cas, vers d'autres établissements de la région, a indiqué vendredi le CHU de Lille.

Huit patients hospitalisés dans des services Covid ont été transférés dans la nuit de jeudi à vendredi vers le CHU de Lille et des établissements de Boulogne-sur-Mer, Montreuil-sur-Mer et Amiens, a détaillé lors d'une visioconférence de presse le Dr Julien Poissy, du pôle réanimation du CHU de Lille.

Pour jeudi et vendredi, l'hôpital de Roubaix a pour sa part indiqué avoir transféré une vingtaine de patients vers d'autres établissements, pour se donner "le temps de créer un nouveau volant de lits de médecine Covid à l'approche du week-end".

Les visites temporairement interdites à l'hôpital de Roubaix

Face à la recrudescence de l'épidémie, les visites ne sont plus possibles à l'hôpital de Roubaix à compter de ce vendredi, fait savoir le centre hospitalier de la ville.

Tous les services de l'hôpital sont concernés, à l'exception de la maternité et des services de pédiatrie.

La situation épidémique à Roubaix est particulièrement préoccupante avec un taux d'incidence de 1135 cas de coronavirus pour 100.000 habitants. En date du 21 octobre, 33 morts avaient été recensés dans la commune en octobre, contre 2 en septembre. La tension hospitalière est forte également dans la commune, des patients ont été transférés vers d'autres établissements de la région.

Jean Castex auditionné le 3 novembre à l'Assemblée

Le Premier ministre Jean Castex doit être auditionné le 3 novembre à 17H00 par la commission d'enquête de l'Assemblée nationale consacrée à la gestion de la crise du Covid-19, ont indiqué des sources parlementaires vendredi. Avant d'être Premier ministre, Jean Castex avait déjà été auditionné le 12 mai par cette commission en tant que coordinateur de la stratégie de déconfinement du gouvernement.

Le ministre de la Santé Olivier Véran est quant à lui attendu devant la commission mardi prochain à 18H15 et le directeur général de la santé Jérôme Salomon mercredi à 14h30.

Madrid interdit les réunions entre minuit et 6H00

Les autorités régionales de Madrid ont annoncé vendredi l'interdiction à partir de samedi des réunions entre minuit et 06H00 du matin, alors que plusieurs régions espagnoles souhaitent imposer le couvre-feu pour freiner la pandémie de Covid-19.

L'objectif de la région autonome de Madrid est d'imposer une "réduction drastique de l'activité sociale", a déclaré le responsable de la santé au sein du gouvernement régional de Madrid, Enrique Ruiz Escudero. Bars et restaurants devront fermer à minuit et n'auront plus le droit d'accepter de clients après 23H00.

Les restrictions locales durcies pour des millions de Britanniques

Des millions de Britanniques se voient imposer vendredi des restrictions locales durcies, le Pays de Galles entrant même dans un nouveau confinement, pour endiguer la deuxième vague de nouveau coronavirus au Royaume-Uni, qui aborde la question en ordre dispersé.

A partir de 18H00 (17H00 GMT), les plus de trois millions d'habitants du Pays de Galles devront "rester à la maison" jusqu'au 9 novembre, devenant ainsi la première province britannique à se résoudre à un confinement. Tous les commerces non essentiels devront fermer, mais les enfants de primaire et de certaines classes du secondaire pourront retourner à l'école début novembre après les vacances scolaires.

A Tahiti, la propagation du Covid-19 menace l'hôpital de saturation

La propagation rapide du Covid-19 en Polynésie française, où le couvre-feu sera étendu à partir de samedi, fait craindre une saturation du centre hospitalier de Tahiti, qui se prépare depuis sept mois à affronter une "catastrophe".

"On a plus de 5.000 cas depuis début août, et 200 à 300 nouveaux cas par jour ces dernières semaines, mais le dépistage cible essentiellement les personnes symptomatiques: ces chiffres, ce n'est qu'une petite partie de la réalité de la transmission actuelle", explique à l'AFP le docteur Henri-Pierre Mallet, épidémiologiste à la plateforme Covid de Polynésie française.

A Tahiti et Moorea, le taux d'incidence atteint 547 malades pour 100.000 habitants, un taux très élevé.

Des patients transférés pour soulager les hôpitaux de Roubaix et Tourcoing

Des patients souffrant du Covid-19 ont été transférés des hôpitaux de Roubaix et Tourcoing, deux villes confrontées à une envolée du nombre de cas, vers d'autres établissements de la région, a indiqué ce vendredi le CHU de Lille.

Huit patients ont été transférés dans la nuit de jeudi à vendredi vers le CHU de Lille et des établissements de Boulogne-sur-Mer, Montreuil-sur-Mer et Amiens, a détaillé lors d'une visioconférence de presse le Dr Julien Poissy, du pôle réanimation du CHU de Lille. Si ces transferts concernent des patients qui n'étaient pas hospitalisés en réanimation, l'un d'entre eux a été placé en réanimation après son arrivée au CHU de Lille.

L'ARS demande la déprogrammation de toutes les opérations non-urgentes en Auvergne-Rhône-Alpes

Lors d'une conférence de presse ce vendredi, le directeur de l'ARS Auvergne-Rhône-Alpes a annoncé avoir demandé aux services hospitaliers de "l'ensemble des départements de la région" la déprogrammation des opérations et interventions non urgentes. Jusqu'à présent, cinq départements dont le Rhône, avaient reçu cette consigne dans la région. Cette demande sera réévaluée chaque semaine.

Les hospitalisations ont augmenté largement ces derniers jours dans la région. 2717 patients Covid-19 sont actuellement hospitalisés dont 375 en "soins critiques", selon l'ARS. Le 1er septembre, on comptabilisait 36 patients en réanimation et 143 le 1er octobre.

La Belgique prend de nouvelles restrictions

Alors que l'épidémie de coronavirus progresse en Belgique, qui n'exclut plus un reconfinement, de nouvelles mesures ont été prises, rapporte la RTBF:

-Les compétitions sportives professionnelles se dérouleront à huis clos

-Pour les étudiants, la capacité des auditoriums est limitée à 20%

-Le télétravail doit être privilégié

Plus de 500.000 personnes ont installé TousAntiCovid en 24 heures

Nouvelle dynamique pour TousAntiCovid, anciennement StopCovid. Après ce changement de nom, plus de 500.000 personnes ont installé l'application de traçage du gouvernement ces dernières 24 heures: ils n'étaient que 2.785.681 personnes à l'avoir téléchargée et activée, ils sont 3.318.351 ce matin.

Emmanuel Macron va se rendre dans un hôpital du Val-d'Oise

Emmanuel Macron revient sur le front sanitaire. L'Élysée vient d'annoncer un déplacement du président de la République dans un hôpital de Pontoise, dans le Val-d'Oise. Le chef de l'État doit échanger à partir de 16 heures "avec les équipes qui répondent à la vague épidémique de Covid-19".

Martin Hirsch craint une deuxième vague "pire que la première"

Le directeur général de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch, a estimé vendredi "possible" que la "deuxième vague" du Covid-19 en France "soit pire que la première", soulignant que la situation était "redoutable pour chacun d'entre nous".

Le directeur de l'AP-HP a par ailleurs confirmé que des congés avaient été déprogrammés pour nombre de personnels de ses hôpitaux, à l'approche de la Toussaint. "Mais pour d'autres, on a préféré qu'ils prennent des vacances maintenant, avant ce mois de novembre redoutable", a-t-il indiqué.

Martin Hirsch a également mis en garde contre un nombre journalier de cas positifs "probablement trois fois" supérieur aux 30.000 cas confirmés. "Il y a beaucoup de personnes positives sans le savoir", a-t-il fait valoir.

Lyon: la Fête des Lumières maintenue "à cette heure"

Les annulations d'événements se multiplient dans le contexte de la crise sanitaire, mais "à cette heure", la Fête des Lumières a Lyon est maintenue, assure le maire Grégory Doucet sur Twitter.

"Nous travaillons actuellement en coordination avec le préfet du Rhône afin d'étudier les différents scénarios possibles. Je prendrai ma décision à la mi-novembre, en fonction de l'évolution de la crise sanitaire", ajoute l'élu.

L'application TousAntiCovid à nouveau fonctionnelle après une saturation

Les problèmes rencontrés sur la nouvelle version de l'application de traçage du Covid-19, rebaptisée "TousAntiCovid", ont été résolus durant la nuit, assure le secrétaire d'État chargé de la Transition numérique Cédric O.

"Il y a eu un trop grand afflux de personnes en même temps sur l'application", au moment de la conférence de presse du Premier ministre jeudi, et en conséquence "les systèmes ont eu du mal à tenir', a-t-il expliqué lors d'une interview sur France 2.

Il est désormais à nouveau possible "d'activer sans problème" l'application, a-t-il ajouté, afin d'être informé en cas de contact avec une personne positive au coronavirus, d'avoir des informations sur la circulation du virus autour de soi ou de connaître les lieux de dépistage.

"Le dépistage doit être ciblé", juge Arnaud Fontanet

Selon le Pr Arnaud Fontanet, invité de BFMTV et RMC, nous n'avons pas aujourd'hui "les capacités de faire tester tout le monde deux fois par semaines". Il souligne toutefois qu'il peut être pertinent de faire tester régulièrement certaines catégories de la population. "Le dépistage doit être ciblé", affirme le membre du Conseil scientifique.

"On pourrait imaginer que les personnes qui viennent en aide aux personnes âgées" en fassent partie, évoque-t-il. Idem pour celles qui travaillent dans des abattoirs. "Pour les autres, ça va être 'je suis symptomatique' ou 'je suis contact d'un cas'", complète-t-il.

Le Covid-19 "est exactement le même" qu'en mars

L'épidémiologiste Arnaud Fontanet explique que, contrairement à ce que l'on pourrait penser, le Covid-19 "est exactement le même" qu'au moment de la première vague, au printemps. Les symptômes sont identiques, tout comme ses modes de transmission.

Un reconfinement? "Tout est sur la table", estime Arnaud Fontanet

Selon le Pr Arnaud Fontanet, l'option d'un reconfinement au moins localisé n'est pas à exclure. "Tout est sur la table", reconnaît-il, quand bien ce reconfinement ne serait pas généralisé en raison des conséquences économiques d'un tel scénario.

"Les choses ont commencé à dégénérer surtout en août. (...) On aurait pu vraiment se poser la question de mesures plus fortes", juge-t-il, mais il estime que cela aurait été "très peu audible" en pleine rentrée de septembre.

"Dans la durée, il faut le voir comme un marathon", prévient Fontanet

La crise sanitaire va s'incrire dans le temps long. "Dans la durée, il faut le voir comme un marathon", estime le Pr Arnaud Fontanet, qui préconise d'observer le nouveau geste barrière consistant à ouvrir les fenêtres de son domicile au moins "10 minutes par jour".

Selon Arnaud Fontanet, "le virus se transmet mieux quand il fait froid"

D'après le Pr Arnaud Fontanet, membre du Conseil scientifique, la semaine de froid qui a traversé l'Europe durant le mois de septembre a fait passer tous les indicateurs "au rouge". "Le virus se transmet mieux quand il fait froid", prévient-il auprès de BFMTV. Ce qui laisse augurer de l'hiver. "La situation est grave", confirme-t-il par ailleurs.

En France, tous les indicateurs sont au rouge

Hausse du nombre de cas confirmée, augmentation du nombre d'admissions à l'hôpital et d'entrées en réanimation... Santé publique France a dressé un constat alarmant ce jeudi, dans son dernier bilan hebdomadaire sur l'épidémie. Voici les derniers chiffres.

"On ferme!", "Chacun chez soi": le couvre-feu à la une de la presse

"Ce virus est inarrêtable", titre ce vendredi Paris-Normandie. L'extension du couvre-feu à 38 nouveaux départements fait sans surprise la une de la presse ce matin. "Chacun chez soi", enjoint La Montagne. "On ferme!", résume La République des Pyrénées.

Les unes de la presse quotidien régionale au lendemain de l'annonce de l'extension du couvre-feu, le 23 octobre 2020.
Les unes de la presse quotidien régionale au lendemain de l'annonce de l'extension du couvre-feu, le 23 octobre 2020. © DR

Biden étrille à nouveau Trump sur sa gestion du Covid

Le Covid a été l'un des enjeux du dernier débat entre Joe Biden et Donald Trump cette nuit. En ouverture de ce face-à-face, le démocrate a étrillé l'actuel président des États-Unis pour sa gestion de la crise sanitaire, qui le disqualifie selon lui pour rester au pouvoir.

"Quelqu'un qui est responsable d'autant de morts ne devrait pas pouvoir rester président des États-Unis d'Amérique", a taclé Joe Biden, avant de prédire "un hiver sombre" pour le pays, déjà le plus endeuillé au monde par l'épidémie.

Donald Trump, lui-même diagnostiqué positif au Covid-19 il y a trois semaines, a assuré que son administration combattait "très fermement" la pandémie et a accusé son opposant de vouloir "reconfiner" les États-Unis.

46 millions de Français concernés par le couvre-feu

Jean Castex l'a annoncé hier: pour faire face à l'aggravation de la situation sanitaire, le couvre-feu va être étendu dès ce vendredi soir minuit à 38 nouveaux départements et à la Polynésie.

Le couvre-feu "s'appliquera de 21h00 à 6h00 sur l'ensemble du territoire des départements concernés et, normalement, pour une durée de six semaines", a annoncé le Premier ministre.

Êtes-vous concerné? Découvrez notre carte qui récapitule les départements soumis à cette nouvelle restriction.

La France approche du million de contaminations confirmées

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau direct consacré à l'évolution de l'épidémie de Covid-19. Les derniers chiffres ne sont pas bons: les autorités sanitaires ont annoncé ce jeudi que 41.622 cas ont été rapportés positifs en 24 heures, un nouveau record.

La France approche ainsi un million de personnes de contaminées (999.043) et le taux de positivité ne cesse de grimper à 14,3% contre 13,7% la veille, et seulement 4,5% début septembre.

BFMTV