BFMTV
en direct

Confinement: Emmanuel Macron va annoncer "une nouvelle étape" ce mercredi soir à 20h

Le président Emmanuel Macron parle à la presse le 23 octobre 2020 à Pontoise

Le président Emmanuel Macron parle à la presse le 23 octobre 2020 à Pontoise - Ludovic MARIN © 2019 AFP

C'est l'heure de trancher pour Emmanuel Macron: face à l'aggravation de l'épidémie de Covid-19, le président de la République doit annoncer à 20 heures de nouvelles restrictions.

Ce direct est désormais terminé

Ce direct est désormais terminé. Pour suivre les dernières informations sur le confinement, qui sera mis en place dès ce jeudi soir minuit, vous pouvez suivre notre nouveau live ici.

Emmanuel Macron garde "l'espoir de célébrer en famille Noël et les fêtes de fin d'année"

Emmanuel Macron a expliqué mercredi qu'il "cultive l'espoir de célébrer en famille ce moment si précieux de Noël et des fêtes de fin d'année" après le confinement national décidé à partir de vendredi jusqu'au 1er décembre.

"Je demande un très gros effort, tenons-le avec beaucoup de rigueur pendant 15 jours. Si d'ici 15 jours, nous maîtrisons mieux à la situation, nous pourrons alors réévaluer les choses et espérer ouvrir certains commerces, en particulier dans cette période si importante avant les fêtes de Noël", a-t-il précisé.

Un confinement différent du 1er

L'un des principaux changements est l'ouverture des crèches, écoles, collèges et lycées. Les cours devront se faire en revanche à distance à l'université. Autre inflexion par rapport au confinement du printemps, qui avait duré deux mois : les visites seront possibles dans les maisons de retraites et la plupart des services publics seront ouverts.

"L'activité continuera avec plus d'intensité", a dit le président. "L'économie ne doit ni s'arrêter ni s'effondrer".

Macron reconfine la France, "submergée" par le Covid-19

Confinement, acte 2. Emmanuel Macron a annoncé mercredi que les Français allaient devoir "au maximum rester chez eux", à partir de vendredi jusqu'au 1er décembre, pour tenter de faire face à "l'accélération soudaine" de l'épidémie de Covid-19 qui "submerge" toute l'Europe. Le chef de l'Etat a averti les Français sur un ton grave que la deuxième vague "sera sans doute plus dure et meurtrière que la première" qui avait fait plus de 30.000 morts au printemps. Pour éviter une flambée des décès, "j'ai décidé qu'il fallait retrouver, à partir de vendredi, le confinement" sur "tout le territoire national", a-t-il annoncé. Jusqu'au 1er décembre "a minima", "vous pourrez sortir de chez vous uniquement pour travailler, vous rendre à un rendez-vous médical, porter assistance à un proche, faire vos courses essentielles ou prendre l'air à proximité de votre domicile", a-t-il détaillé en annonçant le retour de l'attestation. Avec toutefois trois changements majeurs par rapport au confinement du printemps: les écoles, collèges et lycées resteront ouverts, le travail pourra continuer, les Ehpad et les maisons de retraite pourront être visités". A l'université, les cours en ligne seront privilégiés.

Quid des écoles et crèches?

L'hypothèse qui semble la plus probable serait un confinement d'une durée de quatre semaines, c'est-à-dire jusqu'à la fin novembre, éventuellement renouvelable. Il serait moins strict que celui de mars puisque les crèches, écoles et collèges, ainsi que des commerces essentiels, resteraient ouverts, à l'image de celui imposé en Irlande. L'incertitude demeure sur l'ouverture des lycées et des universités.

L'Allemagne reconfine partiellement

L'Allemagne va fermer à partir de lundi et pour un mois les restaurants ainsi que les institutions sportives et culturelles dans le cadre de nouvelles restrictions drastiques pour combattre la deuxième vague du Covid-19, a annoncé mercredi Angela Merkel. Ces mesures "dures" et "valables pour tout le pays" doivent permettre de limiter autant que possible les contacts et ainsi endiguer la propagation rapide du virus, a déclaré la chancelière lors d'une conférence de presse, ajoutant que les écoles et crèches resteraient ouvertes.

Dernière ligne droite avant l'allocution d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a pris sa décision: le président annoncera mercredi à 20h "la nouvelle étape", peut-être le reconfinement des Français, de la course de vitesse contre la progression exponentielle du Covid-19. Des projections alarmantes de l'Institut Pasteur, remises à jour lundi et d'après lesquelles 98% des lits de réanimation seraient occupés à la date du 6 novembre par des patients Covid, ont nourri les conseils de défense qui se sont déroulés mardi et mercredi matin.

Suivre en direct l'allocution d'Emmanuel Macron

Pour suivre toutes les annonces d'Emmanuel Macron, nous vous donnons rendez-vous ici.

Activation du plan blanc pour l’ensemble des établissements de santé bretons

Face à la dégradation des indicateurs épidémiques liés au Covid-19 et leur impact sur les services de réanimation, les hôpitaux et cliniques de la région Bretagne ont déclenché leur plan blanc à la demande de l'ARS, indique cette dernière dans un communiqué.

Le plan blanc est un plan spécifique en cas de situation sanitaire exceptionnelle, afin de planifier la mise en œuvre rapide des moyens indispensables dans un établissement de santé.

Il permet notamment à l’établissement d’engager des déprogrammations d’interventions (non urgentes et sans perte de chance avérée pour les patients), de réaffecter du personnel au sein des établissements, voire de rappeler du personnel lorsque les renforts ne sont pas suffisants.

Plus de 500.000 contaminations recensées en une journée dans le monde

Plus de 500.000 nouveaux cas de contaminations par le nouveau coronavirus ont été annoncés dans le monde mardi, un nouveau record selon le comptage réalisé mercredi à partir des bilans fournis par les autorités de santé.

Au total, 516.898 nouvelles infections ont été déclarées, pour 7723 nouveaux décès. Cette augmentation du nombre de cas déclarés dans le monde ne s'explique qu'en partie par la hausse du nombre de tests réalisés depuis la première vague de l'épidémie en mars-avril dans le monde.

Attal: Macron annoncera "une nouvelle étape" lors de son allocution ce soir

Vers un reconfinement national? Emmanuel Macron va annoncer "une nouvelle étape" lors de son allocution télévisée ce soir à 20 heures, a expliqué le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal à l'issue du Conseil des ministres.

"Nous avons mis en œuvre de nombreuses mesures pour ralentir cette seconde vague", a-t-il affirmé. "Mais comme partout en Europe, elle nous touche très fortement et nous devons tout faire pour qu'elle ne nous submerge pas, pour qu'elle n'emporte pas des dizaines de milliers de nos compatriotes."

L'Union européenne engage 100 millions d'euros pour acheter des tests rapides

L'UE va engager 100 millions d'euros pour l'achat et la distribution de test rapides, dont elle recommande l'usage aux États membres pour enrayer la nouvelle flambée de Covid-19, a annoncé mercredi la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, qualifiant la situation pandémique de "très grave".

À la veille d'un sommet par visioconférence des 27, la chef de l'exécutif européen a par ailleurs appelé de nouveau à harmoniser les règles pour les voyageurs à travers l'Europe, réclamé une interopérabilité accrue entre les applications de traçage nationales et demandé aux États d'intensifier le partage des données sanitaires.

Le Conseil des ministres est terminé

Après le Conseil de défense ce matin, où Emmanuel Macron devait plancher sur de nouvelles mesures de restrictions anti-Covid, le traditionnel Conseil des ministres était organisé à l'Élysée. Il vient de se terminer.

Le maire de Lyon annonce l'annulation de la Fête des lumières

En pleine crise sanitaire, la décision n'est pas surprenante: le maire de Lyon Grégory Doucet vient d'annoncer à France 3 Rhône-Alpes l'annulation de l'édition 2020 de la Fête des lumières.

La Fédération hospitalière appelle à un "reconfinement national immédiat"

Pour "éviter la submersion du système de santé", la FHF (Fédération hospitalière de France) appelle dans un communiqué ce mercredi à "un reconfinement national immédiat".

"Face à l’accélération de la propagation du virus en France et en Europe, les hospitaliers appellent à un reconfinement le plus large possible. Ce choix apparait comme l’unique solution pour réussir à soigner tous les Français, qu’ils soient atteints du Covid, de toute autre pathologie lourde ou d’accidents graves de la vie", écrit la FHF.

"Le pays est au bord d’une véritable 'submersion du système de santé'. Une surmortalité très importante, notamment chez les publics les plus vulnérables, s’annonce dans les prochaines semaines", alerte encore la FHF.

"L'inventeur" du gel hydroalcoolique recommande d'en utiliser un flacon par semaine

Didier Pittet a plusieurs casquettes. Chef du service épidémiologie des Hôpitaux Universitaires de Genève, président de la mission indépendante d'évaluation de la gestion de la crise du coronavirus en France, il est aussi l'homme qui a démocratisé la solution hydroalcoolique qui a envahi notre quotidien ces derniers mois.

Dans les colonnes du journal helvète Le Temps, il s'alarme de l'usage trop faible qui en est fait par ses compatriotes suisses. " Un habitant devrait consommer un flacon par semaine", estime-t-il. "Nous sommes très loin du compte."

"Un virus sur une main peut vivre des heures, il faut le détruire en se lavant", insiste-t-il. "Le masque est visible et rassure. Les gens imaginent qu’ils sont protégés et qu’ils protègent. Mais cela ne marche que s’il y a une bonne hygiène des mains. De plus, nous avons tous la sale manie de nous triturer le masque."

Le président de la Fédération hospitalière de France plaide pour un reconfinement "total"

Pour éviter une nouvelle vague qui serait "dévastatrice" pour le système hospitalier, Emmanuel Macron doit annoncer un reconfinement "total", a plaidé ce matin le président de la Fédération hospitalière de France (FHF), Frédéric Valletoux. "Le couvre-feu n'a pas donné tous les résultats que l'on pouvait attendre, il faut en tirer très vite les conclusions et prendre des mesures radicales", a-t-il déclaré sur France inter.

"On rentre dans l'hiver, le combat va être long, la sollicitation des hôpitaux va être marquée, il y a d'autres épidémies... Nous ne pourrons pas déprogrammer comme nous l'avons fait au printemps", a justifié Frédéric Valletoux, appelant à un "reconfinement total" qui laisse néanmoins accès aux écoles maternelles et primaires.

Les écoles, collèges et lycées devraient rester ouverts

Quelles seront les restrictions annoncées ce soir par Emmanuel Macron? Les écoles, collèges et lycées devraient en tout cas rester ouverts, même en cas de renconfinement, a appris BFMTV de sources concordantes. Même chose pour certains services publics.

Haut-commissaire au Plan, François Bayrou ne veut pas d'un "reconfinement généralisé"

Pour François Bayrou, "on ne peut pas ne rien faire" face à cette épidemie de coronavirus qui "galope , explose, et met à l’épreuve notre système hospitalier". Mais sur France Inter ce matin, le Haut-commissaire au Plan se dit hostile à "un reconfinement généralisé, l’idée que l’on refermerait tout".

"Notre devoir est d'essayer de l'éviter tout en gardant les précautions sanitaires qui s'imposent", plaide-t-il. "Reconfinement généralisé, ça veut dire qu'on ferme les lieux de travail et les écoles... (...) Dès cet instant-là la vie du pays s'arrête et c'est évidemment un risque, à mon sens."

La France "à nouveau dans l'impasse du confinement?": le Covid à la une de la presse ce matin

Après avoir été le "monsieur déconfinement" du gouverment, Jean Castex est en passe de devenir le "monsieur reconfinement". À quelques heures de l'annonce de nouvelles restrictions en France, c'est ce titre qui est à la une de Libération ce mercredi matin.

Les autres quotidiens nationaux et régionaux consacrent également une large place à la situation sanitaire et à la prochaine allocution d'Emmanuel Macron, programmée à 20 heures. "On saura ce soir", titre Le Parisien. Sera-t-on "à nouveau dans l'impasse du confinement", s'interroge La Marseillaise? Est-ce le "seul remède" possible, se demande La Dépêche du midi? C'est en tout cas la piste privilégiée par l'exécutif ce matin.

Les unes de plusieurs journaux nationaux et régionaux, le 28 octobre 2020.
Les unes de plusieurs journaux nationaux et régionaux, le 28 octobre 2020. © BFMTV

En Italie, de nouvelles manifestations violentes contre les restrictions

Des manifestations chaque jour un peu plus violentes. En Italie, de nouveaux rassemblements ont été organisés, notamment à Rome et Milan, pour protester contre les mesures de restrictions imposées par le gouvernement italien.

L'exécutif a imposé ces derniers jours un couvre-feu dans plusieurs grandes régions, la fermeture des bars et des restaurants à 18h, ainsi que celle des salles de sport, de cinéma et de concert.

À Wuhan, berceau de l'épidémie, la vie est (presque) revenue à la normale

Et pendant qu'en Europe, l'épidémie flambe, à Wuhan, berceau du Covid-19, la situation sanitaire est presque revenue à la normale. "À chaque entrée de l'université, on doit passer sous une tente et il y a une caméra thermique qui prend notre température, mais ce sont les seules traces encore du coronavirus", témoigne Jean, étudiant français sur place, à BFMTV.

Comment expliquer ce succès en terme de gestion de l'épidémie? "Le système sociétal fait que les décisions viennent d'en haut et sont appliquées très rapidement en bas, c'est-à-dire un confinement strict mais en même temps associé à une identification des cas positifs et de leurs contacts", explique le docteur Philippe Klein, médecin chef de la clinique internationale de Wuhan.

"Les Chinois n'ont pas eu le choix, non seulement pendant le confinement mais aussi pendant le déconfinement, qui est un moment critique", résume Alain Ducardonnet. Le consultant santé de BFMTV évoque le "suivi" des cas mais aussi les "tests massifs (réalisés) en population générale".

"Vous avez là 3 cas dans une ville et 4 millions de personnes sont testées", analyse-t-il. "(En France, la stratégie de déconfinement va être l'élément important - au bout de 4 semaines on devrait avoir une ciruclation minimale du virus. À partir de là, ce qui va être important, ça va être d'identifier les personnes qui peuvent être contaminées pour faire enfin un traçage efficace. Là, on a perdu tout contrôle."

Quels sont les points qui restent à trancher?

Tous les détails d'un éventuel reconfinement national ne sont pas encore actés. Emmanuel Macron réunit ce matin un dernier Conseil de défense où plusieurs points doivent encore être étudiés:

• Quelles sont les activités qui pourront continuer? Selon nos informations, en l'état actuel, le BTP, les services publics, les petites entreprises agricoles pourraient continuer à fonctionner mais les commerces non alimentaires et les bars et les restaurants devraient fermer.

• Tous les établissements scolaires resteront-ils ouverts? Les écoles devraient rester ouverts, mais le gouvernement doit encore trancher sur le cas des collèges et des lycées. À l'heure actuelle de la réflexion, les lycées devraient rester ouverts mais des aménagements sont envisagés, avec par exemple avec des enseignements en demi-classe

• Comment sera-t-il mis en place? On devrait partir sur une durée de 4 semaines, dès jeudi minuit, avec une tolérance pour ceux qui reviennent des vacances de la Toussaint.

Quelle est la piste privilégiée par l'exécutif?

C'était à tout prix ce que voulait éviter l'exécutif: Emmanuel Macron et le gouvernement planchent sur un reconfinement national pour au moins quatre semaines. "L'une des craintes de l'exécutif aujourd'hui, c'est que si rien n'était fait, à la mi-novembre tout le système hospitalier serait embolisé", explique Bruno Jeudy, éditorialiste de BFMTV.

Ce nouveau confinement pourrait être instauré dès la nuit de jeudi à vendredi, partout en France métropolitaine, et serait plus souple qu'au printemps: les services publics resteraient ouverts et les activités stratégiques seraient maintenues.

Le gouvernement souhaite au maximum que les Français puissent continuer à travailler. "L'idée c'est de confiner peut-être la vie sociale, ces moments notamment dans les bars ou les restaurants où la diffusion du virus est très facile et conserver malgré tout le travail, soit en entreprise, soit en télétravail", résume Jérémy Brossard, du service politique de BFMTV. Les derniers détails doivent être tranchés ce matin en Conseil de défense.

Vers un reconfinement national?

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau direct consacré à la pandémie de coronavirus. C'est l'heure des choix pour Emmanuel Macron: le président de la République réunit ce matin un Conseil de défense, qui doit examiner de nouvelles restrictions pour faire face à la flambée de l'épidémie en France.

Deux semaines après avoir annoncé un couvre-feu pour 46 millions de Français, l'exécutif envisage désormais un reconfinement national, pour un mois, dès ce jeudi minuit. Ce dernier serait plus souple que le premier que nous avons connu.

Emmanuel Macron doit annoncer ses arbitrages ce soir à 20 heures, dans une allocution télévisée, à suivre en direct sur BFMTV et BFMTV.com.

BFMTV