BFMTV

Devant les députés, Raoult étrille le conseil scientifique

Pour le professeur de Marseille, le conseil scientifique, chargé d'apporter de l'expertise à l'exécutif dans ses décisions n'en est pas un.

Didier Raoult a tiré des leçons très sévères de la crise sanitaire. Face aux parlementaires, dans le cadre d'une commission d'enquête sur la gestion de la crise du Covid-19, le professeur de l'IHU de Marseille n'a pas mâche ses mots. Et en particulier à l'égard du conseil scientifique, qu'il n'a pas épargné.

Multipliant les affirmations difficilement vérifiables, les digressions historiques et les citations philosophiques, Didier Raoult a à plusieurs reprises au cours des trois heures d'audition mis en cause les "conflits d'intérêt" au sein des instances de recherche médicale et du Conseil scientifique créé le 11 mars pour éclairer les décisions du gouvernement.

Ephémère membre de ce conseil, il a expliqué l'avoir quitté parce que les questions qui y étaient discutées, comme le confinement, "ne (le) concernaient pas", regrettant que les choix de recommandations thérapeutiques aient été faits à l'extérieur de cette instance.

A plusieurs reprise, il a indiqué que le conseil scientifique n'en était pas un.

"Je sais ce que c'est qu'un conseil scientifique. J'en ai un à l'IHU, il fait rêver le monde entier, y'a que des stars dans leur domaine. Ce n'est pas ça", a-t-il assuré aux députés.

Devant la commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur la gestion de la crise du coronavirus, le controversé directeur de l'IHU Méditerranée Infection a en particulier critiqué l'organisation selon lui "totalement archaïque" des tests de dépistage du Covid-19 en France, centralisée autour de l'Institut Pasteur.

IV avec AFP