BFMTV

Déconfinement: les Hauts-de-France peuvent-ils passer en vert avant le 2 juin?

Médecins d'une unité de post-réanimation respiratoire qui accueille des patients atteints du Covid-19 (illustration)

Médecins d'une unité de post-réanimation respiratoire qui accueille des patients atteints du Covid-19 (illustration) - PATRICK HERTZOG / AFP

De nombreux indicateurs sont au vert depuis plusieurs jours dans la région. Le député Daniel Fasquelle a lancé une pétition pour accélérer le déconfinement.

Semaine décisive pour le déconfinement dans les Hauts-de-France. Après le lancement de la première phase il y a deux semaines, les indicateurs vont être surveillés d'encore plus près pour déceler une possible deuxième vague de contamination.

Des indicateurs au vert

Le coronavirus possédant un temps d'incubation de 14 jours, c'est à partir de cette semaine qu'il sera possible d'observer les possibles retombées négatives du déconfinement. Toutefois, si les indicateurs restent positifs, les Hauts-de-France pourraient passer en vert, à l'instar des autres régions françaises. 

Cette décision est basée sur trois indicateurs: la circulation du virus, la capacité de dépistage et le taux d'occupation des lits de réanimation. Or, chacun d'entre eux apparaît bien dessous des niveaux requis pour amorcer la deuxième phase du déconfinement.

Depuis le 11 mai dernier, les capacités de dépistage sont également au vert sur l'ensemble du territoire. Au niveau de la circulation du virus, soit le taux de passage aux urgences pour des suspicions de cas de coronavirus, les Hauts-de-France dépassent à peine les 2% sur la semaine du 18 au 23 mai, selon France Bleu. Soit bien moins que la limite de 6% fixée par les autorités.

Une pétition pour accélérer le déconfinement

Du côté de l'occupation des lits de réanimation, le taux doit être inférieur à 60% de la capacité totale d'avant la crise. Selon nos calculs, elle atteint seulement 35%, avec 159 patients encore en réanimation dimanche soir selon les chiffres de Santé Publique France.

Persuadé que la région va basculer, le député LR Daniel Fasquelle a lancé une pétition pour accélérer le processus du déconfinement, alors que le gouvernement doit faire plusieurs annonces, concernant la réouvertures des bars et restaurants, les théâtres, les cinémas ou encore la limite de déplacement de 100 km. 

"Ce que me disent tous ceux qui, dans ma circonscription, sur la Côte d'Opale tiennent des bars et restaurants, c'est qu'il ne faudra pas les prévenir à la dernière minute. Il y a besoin d'anticiper et on ne pourra anticiper que si le gouvernement accepte de revoir ses cartes plus tôt", martèle l'élu. 

Néanmoins, le message ne passe pas auprès de tous les soignants, qui craignent toujours un deuxième vague. Pour eux, la prudence s'impose alors que la région comptait 1612 personnes hospitalisés dimanche, soit cinq de plus en 24 heures, et 1679 décès.

Benjamin Rieth