BFMTV

Déconfinement: des maires du littoral inquiets de l'invasion des plages durant le week-end de l'Ascension

À la veille du pont de l'Ascension, avec son cortège de promeneurs le long des plages, certains maires comptent prendre des mesures pour que chacun respecte le jeu de la distanciation physique.

Dans l'hôtel de Ville des Sables-d'Olonne, l'inquiétude monte. À la veille du week-end de l'Ascension, le maire LR Yannick Moreau constate bien que les consignes de distanciation physique sont difficiles à faire respecter. En particulier sur la plage - il est encore interdit de poser sa serviette sur la quasi totalité du littoral, mais pas de se promener.

"La proximité du bord de mer fait parfois baisser la garde. Les sens de circulation piétonne, les horaires, le port du masque... Ça ce n'est pas forcément des contraintes qu'on a envie de vivre quand on vient sur le lieu de vacances", dit-il a BFMTV.

"Ça va être un test"

Pour éviter ces contraintes, justement, l'édile a décidé de fermer ses plages à certains horaires. La marée va réduire l'espace et augmenter le risque de promiscuité. 

"Ça va être un test. Deux heures et demi avant la marée haute, l'appel d'un signal sonore, et nous demanderons au public et aux plagistes de quitter la plage. On n'a jamais fait ça, c'est une première pour nous", affirme Yannick Moreau. 

Tous les maires des villes du littoral n'iront pas aussi loin. Encore que celui de Saint-Malo, Claude Renoult, annonce qu'il va passer à la "vitesse supérieure en verbalisant". 

"On a fait de la pédagogie samedi et dimanche, (...) il y a quand même un petit pourcentage de gens qui n'ont pas respecté le jeu et je ne veux pas laisser passer ça. Petit à petit les gens oublient qu'on sort d'une crise", regrette-t-il. 

Certains maires sont plus souples

Dans le Morbihan, trois maires ont carrément demander à la préfecture de fermer leurs plages, quelques jours à peine après leur réouverture. Il s'agit des maires des communes de Billiers, Damgan et Erdeven, rapporte France Bleu Armorique. C'est le comportement de certains promeneurs qui, en l'espèce, est mis en cause. La préfecture du Morbihan évoque des incivilités, le non-respect de la distanciation sociale, des groupes statiques ou encore la présence de chiens sur la plage.

A contrario, les horaires d'ouverture de la plage de Berck-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais, seront élargis à partir de jeudi: longue de 4 kilomètres, elle sera accessible à partir de 10 heures, et jusqu'à 20 heures au lieu de 18 heures. Le maire Bruno Consein explique sa décision par le fait qu'il s'attend à voir "énormément de monde" y affluer. 

"Il nous a paru nécessaire, d'autant que les conditions météo vont être assez sympathiques, de permettre aux gens de profiter de cette magnifique étendue un peu plus longtemps", explique-t-il à BFMTV.

Selon Bruno Cousein, les mesures de distanciation sociale sont beaucoup plus facilement respectables sur le bord de mer que dans les rues.

"Nous avons beaucoup de mal à comprendre pourquoi nous n'avons pas l'autorisation également d'une occupation statique, qui serait plus sympathique, de pic-niquer sur la plage à quelques dizaines de mètres les uns des autres. (...) Par contre ça nécessite des moyens de médiation, d'expliquer aux gens la nécessité de respecter la distanciation", a-t-il admis. 

Patrouilles

D'autres édiles vont renforcer les effectifs de surveillance. Il y aura par exemple deux 4x4 qui patrouilleront à Palavas-les-Flots, dans l'Hérault, et des brigades équestres à Lacanau, en Gironde. "Nous avons mobilisé beaucoup de personnes pour que ça se passe bien", rapporte Laurent Peyrondet, le maire de Lacanau.

"Ces 15 jours vont être déterminants pour valider l'étape suivante du déconfinement, puisqu'au 2 juin on passera sur un autre mode, et là on proposera justement de poser la serviette et pouvoir reprendre des activités normales sur la plage", promet-il. 
Jules Pecnard