BFMTV

Covid-19: Véran va lancer "un message d'alerte", mais sans doute sans "bascule" de nouvelles villes

Le ministre de la Santé devra apporter, lors de son point hebdomadaire prévu ce jeudi, apporter de la clarté sur le direction prise par l'exécutif dans la gestion de la crise du coronavirus.

De nouvelles zones vont-elles être soumise au même régime que Marseille, Aix-en-Provence, ou encore la Guadeloupe? À quelques heures de la conférence de presse hebdomadaire d'Olivier Véran, prévue ce jeudi à 18 heures, de nombreuses questions se posent sur la situation sanitaire dans les grandes métropoles: Paris par exemple, où les indicateurs poursuivent leur dégradation avec un taux d'incidence de 253 cas de Covid-19 pour 100.000 habitants sur sept jour, mais aussi Lyon, Lille et Grenoble.

Pas de "bascule" ce jeudi?

Jean Castex doit échanger ce jeudi avec les maires et présidents de métropoles de ces quatre villes pour discuter d'"éventuelles adaptations" des mesures de restriction, selon Matignon.

Mais pour autant, une source gouvernementale indique à BFMTV qu'il "ne faut pas s'attendre à la bascule de nouveaux territoires" ce jeudi, lors des annonces d'Olivier Véran.

En réalité, l'exécutif estimerait qu'il est encore trop tôt pour prendre ce genre de décision à une échelle plus grande, une semaine seulement après la fermeture annoncée des bars et restaurants à Aix-Marseille et en Guadeloupe. Il préférerait attendre le bilan de ces régions déjà basculées en zone d'alerte maximale afin d'évaluer l'impact de ces nouvelles restrictions sur l'épidémie.

Une mise en garde

Lors de sa prise de parole, Olivier Véran devrait une nouvelle fois insister sur le côté pédagogique de son action et prodiguer quelques conseils de bonne conduite en privé - la semaine passée, le ministre de la Santé appellait déjà les Français à "ne pas multiplier les dîners" et à "éviter de sortir plusieurs fois par semaine avec des personnes différentes". Une mise en garde est à prévoir.

"Un message d’alerte sera adressé, si la situation ne s’améliore pas, de nouvelles décisions seront prises", reprend cette même source gouvernementale.

Le risque d'un message brouillé

Pour autant, la situation actuelle expose le gouvernement à deux risques politiques majeurs. Celui d'un message brouillé, dans un premier temps, puisque si de nouvelles décisions sont prises dans les semaines à venir, il reste le risque que les populations concernées ne comprennent pas la direction prise par l'exécutif.

Puis, il existe également la possibilité d'un retour de l'opposition entre Paris et Marseille, souvent mise en avant par le professeur Didier Raoult. En effet, à chiffres similaires, les situations des deux villes seraient alors différentes.

Lors d'une conférence de presse tenue mercredi depuis la Lettonie, Emmanuel Macron avait de son côté rappelé que l'exécutif pouvait "prendre des mesures additionnelles" de manière hebdomadaire.

Benjamin Duhamel avec Hugo Septier avec AFP