BFMTV
Santé

Covid, grippe... L'hiver sera-t-il synonyme de retour du masque?

Dans les transports, dans les commerces: de nombreux Français ont choisi de remettre le masque cet automne. Mais pour beaucoup, ce geste n'est pas seulement associé à la pandémie de Covid: il est devenu une prévention contre les maladies respiratoires en général.

Le masque fait son grand retour cet automne. En cause, le nombre de nouveaux cas de Covid reparti à la hausse après la rentrée, mais aussi le retour des virus saisonniers traditionnels. Pour certains Français, le masque fera donc partie du quotidien ces prochains mois, qu'on les oblige ou non à le porter.

"Dans les endroits où il y a beaucoup de monde, je porte le masque. Pas forcément contre le Covid mais pour éviter tous les microbes, divers et variés. J'ai trouvé qu'en période de Covid, on était moins malades, pas de rhino[pharyngite], pas de gastro[-entérite]", assure une passante qui arbore la protection, y compris dans la rue.

"Il n'y a pas que le Covid, il y a tous les virus hivernaux qui reviennent, donc moi je continue à le garder", témoigne une autre utilisatrice convaincue.

Les autorités sanitaires en faveur du retour du masque

Un avis partagé par le Comité de veille et d'anticipation des risques sanitaires (Covars), la nouvelle version du Conseil scientifique. Il recommande aux Français de recommencer à porter le masque dans les transports en commun et dans les endroits peuplés.

Car la huitième vague de Covid est bien là: Covid Tracker dénombre près de 40.000 cas quotidiens, c'est 31% de plus que la semaine dernière.

S'ajoute à cela un retour en force de la grippe cet hiver, comme en Australie qui a enregistré 147.000 cas cette année, contre seulement 730 il y a un an.

"Les données ont montré qu'il y avait une efficacité plus importante pour le Covid que pour la grippe", précise l'épidémiologiste Dominique Costagliola.

"Ca pourrait aussi contribuer, finalement, à quand même diminuer la transmission de virus respiratoires qui circulent l'hiver. Je pense que dans des lieux comme les transports en commun ça pourrait être recommandé de façon générale", partage la spécialiste.

Une recommandation qui ne pourra pas se transformer en obligation. Avec la fin de l'état d'urgence sanitaire votée cette été, le masque ne peut plus être exigé dans les transports.

Par Elise Philipps, Marion Roussel, Blandine d'Alena, G. G.