BFMTV

Covid-19: un responsable de l'OMS juge que la deuxième vague doit être combattue "sans vaccins"

Beaucoup de pays vont continuer à affronter la deuxième vague de Covid-19 "sans vaccins", a prévenu l'OMS (illustration)

Beaucoup de pays vont continuer à affronter la deuxième vague de Covid-19 "sans vaccins", a prévenu l'OMS (illustration) - JOEL SAGET © 2019 AFP

Selon Michael Ryan, responsable des situations d'urgence de l'OMS, les vaccins ne doivent pas être vus comme une "potion magique". Surtout, ils n'arriveront pas à temps pour faire face à la deuxième vague.

Les annonces encourageantes de plusieurs laboratoires n'auront pas d'impact immédiat. Les vaccins n'arriveront pas à temps pour lutter contre la deuxième vague de la pandémie de Covid-19, et beaucoup de pays "vont continuer à l'affronter sans vaccins", a prévenu ce mercredi le responsable des situations d'urgence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

>> EN DIRECT - Déconfinement, vaccin... Suivez les dernières informations sur l'épidémie de Covid-19

"Je pense que cela mettra au moins quatre à six mois avant qu'il y ait des niveaux suffisants de vaccination où que ce soit", a déclaré Michael Ryan, lors d'une session de questions/réponses sur les réseaux sociaux, soulignant que les vaccins ne devaient pas être vus comme une "potion magique".

"Nous n'y sommes pas encore en ce qui concerne les vaccins", malgré les annonces récentes prometteuses de vaccins efficaces à 90% ou plus, a-t-il souligné. "Beaucoup de pays sont face à cette vague, et ils vont la traverser et continuer à l'affronter sans vaccins", a-t-il ajouté. "Nous devons comprendre et intérioriser ça, et réaliser que nous devons cette fois gravir cette montagne sans vaccins."

Une mise en garde contre tout "laisser-aller"

Les annonces des laboratoires Pfizer et BioNTech, qui revendiquent une efficacité de 95%, et de la société de biotechnologie Moderna, qui évoque elle un taux d'efficacité de 94,5%, ont suscité une nouvelle vague d'optimisme dans le monde.

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a salué ces nouveaux développements sur le front des vaccins mais a mis en garde contre tout "laisser-aller".

F.R. avec AFP