BFMTV

Covid-19: "un ralentissement" de l'épidémie observé dans les villes où le couvre-feu a été mis en place

La circulation du virus a commencé à ralentir dans les métropoles qui ont bénéficié d'un couvre-feu. Mais la prudence et la vigilance restent de mise, souligne le directeur général de la Santé ce lundi.

"La mobilisation solidaire et collective crée les solutions favorables de demain." Lors d'une conférence de presse ce lundi soir, le directeur général de la Santé a une nouvelle fois appelé les Français à la plus grande prudence face à la deuxième vague de coronavirus. "La plus grande vigilance doit être maintenue", a martelé Jérôme Salomon, qui a toutefois évoqué une légère amélioration des indicateurs.

"Partout où ont été appliquées des mesures de freinage, l'épidémie ralentit. C'est encourageant et cela nous incite à continuer collectivement les efforts", a-t-il déclaré.

Les "efforts payent"

Ce frémissement s'observe notamment dans les métropoles où un couvre-feu a été mis en place avant le reconfinement. L'évolution y est "un peu plus favorable. Cela prouve que quand on fait des efforts, ils finissent par payer", a souligné Jérôme Salomon, saluant un "signe d'espoir".

Mais la pression dans les hôpitaux demeure encore forte: 31.925 personnes sont actuellement hospitalisées, dont 4690 en réanimation, et la France déplore 551 nouveaux décès à l'hôpital au cours des dernières 24 heures.

Le directeur général de la Santé a rappelé qu'il convenait d'attendre "dix jours" après la mise en place de mesures de freinage afin de pouvoir observer leur impact. Le nombre de nouveaux cas et la pression hospitalière vont donc "continuer à progresser plusieurs jours après les restrictions", a-t-il expliqué. Un délai de latence s'impose également pour apprécier les conséquences du reconfinement sur l'évolution de l'épidémie.

Ambre Lepoivre Journaliste BFMTV