BFMTV

Covid-19: les sept ordres des professions de santé appellent tous les soignants à se faire vacciner

Des seringues ayant servi à inoculer le vaccin contre le Covid-19 à l'hôpital de Strasbourg, le 20 février 2021

Des seringues ayant servi à inoculer le vaccin contre le Covid-19 à l'hôpital de Strasbourg, le 20 février 2021 - Frédérick Florin - AFP

Les ordres des médecins, chirurgiens-dentistes, pharmaciens, sages-femmes, masseurs kinésithérapeutes, pédicures-podologues et infirmiers se sont unis pour lancer un appel commun à destination des soignants encore réfractaires à la vaccination.

Les sept ordres des professions de santé "appellent d'une seule voix l'ensemble des soignants à se faire vacciner" contre le Covid-19, soulignant qu'il s'agit d'un "devoir déontologique" pour "freiner la propagation de l'épidémie", dans une tribune publiée par le Journal du Dimanche.

"Seuls 40 % des personnels des Ehpad et 30 % des soignants en établissements hospitaliers et de ville ont reçu au moins une dose du vaccin à ce jour. C'est beaucoup trop peu", écrivent les ordres des médecins, chirurgiens-dentistes, pharmaciens, sages-femmes, masseurs kinésithérapeutes, pédicures-podologues et infirmiers.

Les soignants sont "les plus exposés au virus, tout en étant au contact des populations les plus fragiles", estiment les organisations signataires.

Ils doivent se faire vacciner "parce que cela relève de leur devoir déontologique, protéger leurs patients en toutes circonstances, et parce qu'il est impératif qu'ils puissent eux-mêmes se protéger contre le virus, ainsi que leurs proches, et freiner la propagation de l'épidémie", poursuivent-elles.

"Ce n'est pas tolérable"

Le ministre de la Santé Olivier Véran avait appelé les soignants, dans une lettre diffusée vendredi, à se faire vacciner "rapidement" au nom de la "sécurité collective". L'Ordre des médecins avait déjà souligné samedi que la vaccination contre le Covid relevait d'"une exigence éthique" pour les soignants, appelés à un "devoir d'exemplarité", dans un communiqué.

"Il faut tout faire pour convaincre les jeunes soignants qui ne se sentent pas forcément en danger eux-mêmes, qu'ils se protègent et qu'ils protègent probablement leurs patients en se faisant vacciner", relève pour sa part l'immunologue Alain Fischer, le Monsieur "stratégie vaccinale" du gouvernement, dans un entretien au JDD.

"Un tiers des soignants vaccinés, ce n'est pas tolérable", souligne-t-il. Présentant "l'obligation vaccinale" pour ces professionnels comme "un dernier recours", il estime qu'"il faut se laisser un peu de temps pour convaincre, mais pas trop".

Jé. M. avec AFP