BFMTV

Covid-19: les manifestations anti-pass sanitaire favorisent-elles les contaminations ?

L'absence de gestes barrière et de distanciations sociales chez un public à majorité non-vaccinée laisse poindre le risque de nouveaux clusters.

La journée de samedi devrait une nouvelle fois être placée sous le signe de la contestation. Alors que ce jeudi le Conseil constitutionnel a confirmé l'extension du pass sanitaire en France, provoquant le courroux chez ses détracteurs, de nombreux appels à la manifestation ont déjà été lancés pour ce samedi à Paris et dans l'ensemble du territoire national.

Sur son compte Twitter, le chef de file des Patriotes et opposant de la première heure au pass sanitaire, Florian Philippot, a d'ores-et-déjà appelé au rassemblement devant l'Ecole militaire de Paris à partir de 14h30 pour une manifestation sous la bannière "Pour la liberté!" D'autres défilés sont organisés dans la capitale, où une forte mobilisation est attendue.

Samedi passé, signe que les files des mécontents grossissent progressivement, ils étaient 200.000 à battre le pavé à travers le pays, contre 161.000 et 110.000 les semaines précédentes.

Attention aux aérosols

À la vue de ces rassemblements massifs, plusieurs interrogations demeurent. Parmi elles, d'un point de vue strictement sanitaire, la question de la création de clusters lors de ces manifestations. Pendant ces rassemblements, la majorité des participants ne sont pas vaccinés et les gestes barrière et la distanciation sociale ne peuvent pas être correctement respectés. "Cela tombe sous le sens!", estime Karine Lacombe, cheffe de service des maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Antoine à Paris, auprès du Figaro.

Dans sa réflexion, cette dernière est rejointe par Jean-Pierre Thierry, conseiller médical France Assos Santé, interrogé par notre antenne. Lui met en garde sur les aérosols et gouttelettes diffusées lors des rassemblements.

"Le fait de chanter, de rester statique, de ne pas avoir de masque, pour ceux qui ne sont pas vaccinés, cela augmente le risque d’attraper le coronavirus y compris à l’extérieur. La charge virale est beaucoup plus importante, ça veut dire que quelqu’un qui peut ne pas avoir de symptômes, qui est dans une foule qui ne porte pas de masque, peut excréter plus de virus qu’avec les variants précédents et donc si on est dans des conditions ou on ne sait pas respecter les distances, le risque est important", alerte-t-il.

En ce qui concerne justement cette mutation du Covid-19, qui était auparavant appelée variant indien, Karine Lacombe pointe elle aussi la capacité de ce dernier de créer des foyers de contamination au sein de cette population logiquement plus fragile.

"Avec un variant très contagieux, des personnes non-vaccinées donc plus susceptibles d'être infectées et de transmettre le virus, et une grande promiscuité, il y a de quoi créer de beaux clusters", ajoute-t-elle, toujours auprès du quotidien.

Quels risques en extérieur?

Cependant, si la logique voudrait que ces rassemblements soient bien à risques, la réalité pourrait être toute autre. À notre micro, Olivier Bouchaud, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Avicenne à Bobigny, tempère d'ailleurs la gravité de ces manifestations.

"Ça ne va pas révolutionner de façon fondamentale l’évolution épidémiologique actuelle. Le virus se transmet actuellement avec une telle vélocité que des manifestations de ce type vont aggraver, mais ne vont pas fondamentalement changer la face des choses", nuance-t-il.

Et surtout, il est encore bien difficile d'estimer si les rassemblements situés en extérieur sont des vecteurs importants du Covid-19 ou non. Comme le précise une nouvelle fois Le Figaro, plusieurs études internationales soulignent que le taux de clusters survenue en extérieur reste extrêmement faible et l'une d'entre elles, synthèse de cinq travaux différents, assurait que les contaminations en extérieur ne représentaient que 10% du total.

Selon le quotidien, cette donnée n'induit pas que les clusters n'existent pas, mais qu'ils sont également bien plus difficiles à retracer lors d'événements de ce type, puisqu'il devient alors impossible de savoir, si l'on est contaminé, quelle personne a transmis le Covid-19.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV