BFMTV

Covid-19: les adolescents peuvent se faire vacciner sans la présence de leurs parents

Dose de vaccin Pfizer (illustration)

Dose de vaccin Pfizer (illustration) - LOIC VENANCE / AFP

L’autorisation des deux parents reste toutefois toujours obligatoire pour la vaccination d'un mineur.

Depuis le 15 juin 2021, les adolescents de 12 à 17 ans peuvent eux aussi se faire vacciner contre le Covid-19, avec le produit de Pfizer/BioNTech. Pour se faire vacciner, il faut "l'accord des deux parents, mais on doit avoir la présence d'un seul parent" au moment de l'injection, avait déclaré la semaine dernière sur RTL le directeur général de la Santé Jérôme Salomon.

Mais cette première règle a été édulcorée en début de semaine, comme le note Ouest-France. Dans une mise à jour datée de lundi, le site de l'Assurance Maladie explique ainsi que le "jour de la vaccination, l’adolescent de moins de 18 ans peut venir accompagné de l'un de ses parents (ou titulaires de l’autorité parentale). Il s'agit d'une recommandation et non d'une obligation".

"On le recommande vivement"

"Ce n’est pas une obligation, mais on le recommande vivement", détaille au quotidien régional le ministère de la Santé. "Tout dépend de l’âge des adolescents : pour les plus jeunes, la question ne se pose pas. Mais, en théorie, les adolescents plus âgés peuvent ne pas être accompagnés".

"Jusqu'à en début de semaine, si un jeune adolescent venait sans la présence de ses parents, même avec l'autorisation parentale, on devait lui refuser, il devait être accompagné", explique ce mercredi sur France Info Luc Duquesnel, médecin généraliste en Mayenne. Un adolescent de plus de douze ans peut donc désormais, théoriquement, aller se faire vacciner sans la présence de ses parents.

Quels documents nécessaires?

Si leur présence n'est plus obligatoire, "l’autorisation des deux parents est nécessaire à la vaccination des mineurs de 12 ans et plus", explique le ministère de la Santé. L'autorisation parentale est à retrouver en ligne, "mais elle sera aussi disponible dans les centres" de vaccination. Si un seul des deux parents accompagne, il doit de son côté s'engager sur l'honneur d'avoir recueilli préalablement le consentement du parent absent.

À noter que même pour les mineurs possédant une carte vitale à leur nom, ils devront présenter celle d'un de leurs parents, "ou une attestation de droit mentionnant le numéro de sécurité sociale d'un de leurs parents".

Enfin, le ministère de la Santé insiste sur la nécessité de recueillir le consentement des mineurs. Avant l'injection, ils doivent bénéficier d'un "entretien préparatoire à la vaccination, une information claire et adaptée à leur âge sur la Covid-19 et sur les vaccins". Le consentement de l'adolescent doit être recueilli à l’oral, lors de cet entretien.

D'après les chiffres du ministère de la Santé diffusés ce mardi, 365.000 adolescents ont déjà reçu une première dose de vaccin en France.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV