BFMTV

Covid-19: le patron de Moderna espère que son candidat-vaccin sera approuvé avant la fin de l'année

Le PDG de Moderna a annoncé sur BFMTV qu'il allait déposer d'ici "quelques semaines" un dossier d'approbation aux États-Unis, et dans le même temps en Europe.

"Aux États-Unis, d'ici quelques semaines, on va pouvoir déposer le dossier". Le PDG du laboratoire Moderna, qui a annoncé ce lundi avoir développé un candidat-vaccin efficace à 94,5% contre le Covid-19, a détaillé sur BFMTV les protocoles en cours pour mettre sur le marché son produit.

"Aux États-Unis, d'ici quelques semaines, on va pouvoir déposer le dossier pour ce qu'on appelle le 'Emergency Use Authorizations [sic]', une approbation accélérée, qui peut donc nous donner une approbation du produit en 2020", explique Stéphane Bancel.

Le dossier en cours de dépôt pour l'Europe

En Europe, il explique avoir "commencé les discussions qui avancent bien avec l'Agence Européenne du Médicament (AEM)", organisation qui autorise, ou non, la mise sur le marché européen de produits médicaux. "Nous serons en mesure, pratiquement le même jour, si ce n'est le lendemain à cause du décalage horaire, de déposer le même dossier à l'Agence Européenne pour une approbation européenne".

Stéphane Bancel assure avoir déjà commencé à déposer "le dossier industriel de production, les études pré-cliniques sur les animaux et aussi la phase 1 et la phase 2", des essais Moderna auprès de l'AEM, "de façon à ce que les dernières données de la phase 3 soient le dernier maillon qui leur manque pour pouvoir faire la revue intégrale du produit".

Samedi, l'AEM déclarait à l'AFP avoir reçu vendredi "les premières données cliniques de Pfizer pour son vaccin" - qui a annoncé une efficacité à 90% - et pour celui d'AstraZeneca "les données précliniques, celles des essais sur les animaux qui sont déjà en cours d'évaluation et enfin nous avons eu plusieurs discussions avec Moderna".

"Tant que ce n'est pas approuvé, ce n'est pas approuvé"

Le candidat-vaccin de Moderna va "potentiellement avoir un énorme impact au niveau de la santé publique", déclare le PDG, expliquant également: "Notre priorité, c'est de vacciner la population à risque soit en fin d'année, soit début 2021". Il rappelle toutefois que la phase trois de l'étude de son produit n'est pas terminée.

"Tant que ce n'est pas fini, ce n'est pas fini", explique Stéphane Bancel. "C'est une première étude intérimaire à 95 cas, l'étude de phase 3 se terminera à 151 cas, que j'estime à entre 7 et 15 jours à compter d'aujourd'hui. Mais rien n'est sûr en développement de médicaments, tant que ce n'est pas approuvé, ce n'est pas approuvé".
Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV