BFMTV

Covid-19: la situation jugée "tendue" dans les hôpitaux franciliens, plus de 800 patients en réanimation

Le directeur général de l'Agence régionale de Santé Île-de-France a indiqué ce vendredi qu'un système de "régulation" avait été mis sur pied pour mieux répartir les malades.

Si les départements d'Île-de-France ont été placés "sous surveillance renforcée" par les autorités, c'est parce que les indicateurs sanitaires se dégradent dans la région. Aurélien Rousseau, le directeur de l'Agence régionale de Santé (ARS) Île-de-France, a fait état ce vendredi d'une "situation tendue" dans les hôpitaux.

"On a franchi cette semaine la barre des 800 patients Covid en réanimation, a-t-il indiqué sur BFMTV. 72% des capacités de réanimation sont occupées par des patients Covid."

Face à cet afflux de malades, un "système de régulation" a été mis sur pied. "On ne laisse pas un hôpital tout seul face à des malades Covid, a détaillé l'intéressé. Si un hôpital ou une clinique à côté a de la place, on transfère les malades pour répartir à l'échelle de la région".

Deux tiers des tests criblés

Le directeur général de l'ARS Île-de-France constate parmi les patients un nombre grandissant de personnes atteintes par un variant du coronavirus.

"On fait chaque semaine entre 400 et 500.000 tests PCR. À peu près 10% sont positifs, selon Aurélien Rousseau. Ces tests, on les passe au criblage. Aujourd'hui, on crible deux tiers des tests."

Ces criblages révèlent que les variants pèsent désormais "plus de 50%" des tests positifs séquencés. Dans 90% des cas, il s'agit du mutant britannique. La part restante concerne des cas de variant sud-africain ou brésilien.

Ces derniers font l'objet d'une attention particulière. Aurélien Rousseau assure que l'ARS, en partenariat avec l'Assurance maladie, mène un "tracing agressif" pour "limiter leur progression". Car subsistent des "interrogation sur l'efficacité du vaccin sur ces variants".

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions