BFMTV

En Israël, le retour du Covid-19 inquiète les autorités qui évoquent une "nouvelle vague"

Des touristes vaccinés arrivent à l'aéroport de Tel-Aviv, le 23 mai 2021 en Israël

Des touristes vaccinés arrivent à l'aéroport de Tel-Aviv, le 23 mai 2021 en Israël - JACK GUEZ © 2019 AFP

Dès lundi, 125 nouveaux cas avaient été identifiés, un chiffre qui est monté à 146 pour la journée de mercredi. Au début du mois de juin, seuls 0 à 30 cas quotidiens était recensés.

Israël se pensait définitivement sorti d'affaire. Dès le début de la crise sanitaire liée au Covid-19, le pays avait immédiatement pris les choses en main, imposant plusieurs confinements stricts à sa population et proposant un schéma vaccinal efficace et rapide.

A date, plus de 5 millions d'habitants d'Israël (sur 9 millions) sont totalement vaccinées, et les images des réouvertures précoces des terrasses et lieux publics avaient été partagées il y a déjà plusieurs semaines, bien avant que les mesures d'allègement ne soient prises dans d'autres pays.

• Vers une "nouvelle vague"

Cependant, le variant Delta du coronavirus, auparavant appelé variant indien, pourrait être sur le point se rebattre entièrement la stratégie israélienne. Comme le signale Le Point dans un reportage effectué sur place, les quartiers de trois villes du pays, Binyamina, Modiin et Netanya ont récemment été transformés en clusters.

Immédiatement, le nouveau Premier ministre, Naftali Bennett, a mis en garde contre le risque d'une "nouvelle vague". Dès lundi, 125 nouveaux cas avaient été identifiés, un chiffre qui est monté à 146 pour la journée de mercredi. Au début du mois de juin, seuls 0 à 30 cas quotidiens était recensés.

"Nous avons décidé de réagir comme si nous étions face à une nouvelle vague" du virus, a déclaré Naftali Bennett, en visite à l'aéroport international de Tel-Aviv. "Notre objectif est d'y mettre fin, de prendre un seau d'eau et de le verser sur le feu tant que celui-ci est encore limité".

Plus de 1000 personnes ont été obligées de se placer en quarantaine à Binyamina (nord de Tel-Aviv) après que des voyageurs soient rentrés de Chypre, a ajouté le Premier ministre lors d'un point presse, appelant à éviter de voyager à l'étranger. Selon les autorités, un centre de dépistage additionnel sera mis en place à l'aéroport Ben Gourion pour s'assurer que tous les voyageurs effectuent un test PCR à l'arrivée.

• Le retour du masque

Mais l'exécutif serait prêt à aller encore plus lois. Ces dernières heures, la presse israélienne s'est fait l'écho de discussions autour du Premier ministre où les ministres se sont accordés sur un point au fil de ces discussions: l'obligation du port du masque en intérieur s'imposera de nouveau, et nationalement, si le pays observe une moyenne d'au moins cent nouvelles contaminations par jour pendant une semaine.

"Je vous le demande solennellement: si vous n'avez pas besoin de prendre l'avion pour l'étranger, ne le faites pas", a de son côté ajouté le successeur de Benyamin Netanyaou.

Avant de statuer sur le retour éventuel de l'obligation du port du masque en intérieur, le gouvernement a en tout cas choisi de réinstituer son "Cabinet coronavirus", une structure émanant de l'exécutif et chargée de piloter la campagne de lutte contre le fléau.

• Pas de rouverture au tourisme

Ce mercredi, le pays a dû reporter la réouverture de son territoire aux touristes et se préparer à de nouvelles mesures pour endiguer l'épidémie de coronavirus.

"En raison d'inquiétudes concernant la propagation possible du variant Delta, le gouvernement a reporté l'entrée des touristes d'un mois, au 1er août", a affirmé le ministère israélien du Tourisme.

Certains touristes vaccinés, voyageant en petit groupe et en provenance de certains pays seulement, seront néanmoins autorisés à entrer en Israël mais devront faire deux tests PCR -un réalisé 72 heures avant le départ et un à l'arrivée - ainsi qu'un test sérologique, a indiqué à l'AFP une porte-parole du ministère du Tourisme.

• Exemple à suivre?

Pour l'heure, les chiffres ne sont pas impressionnants mais restent significatifs d'un retour de la maladie. Interrogé par Le Parisien, le Pr Michael Edelstein, professeur de santé publique à l’Université de Bar Ilan, va dans ce sens et prévient de possibles rebonds.

"Il faut remettre les choses en perspective : une centaine de cas par jour, ce n’est pas énorme. Mais on s’attend à une poursuite de cette remontée", explique-t-il.

En réalité, Israël avait insisté sur les vaccinations des personnes les plus fragiles, puis des adultes, laissant les adolescents en dernière position dans leur stratégie. Une tendance qui est en trans de s'inverser puisque des communications bien plus fermes de la part du gouvernement sont attendues.

"Israël est pour nous un laboratoire très intéressant et on va avoir chez les jeunes, pendant encore quelques mois, des risques de résurgence importants", conclut auprès du quotidien francilien l'épidémiologiste suisse Antoine Flahault.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV