BFMTV

Covid-19: Delfraissy estime qu'il faudra "probablement jusqu'à mai" pour la vaccination des "22 millions de personnes plus fragiles"

Le président du Conseil scientifique prévient par ailleurs que les premiers mois de 2021 devraient fortement ressembler à l'année 2020, malgré le début de la campagne de vaccination.

Alors que la campagne de vaccination contre le Covid-19 pourrait commencer au cours de la dernière semaine de décembre, le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy estime qu'"il va nous falloir probablement jusqu'à mai" pour vacciner les "22 millions de personnes plus fragiles en France".

"On va d'abord vacciner les personnes les plus fragiles pour éviter les phénomènes de mortalité, qui, je le rappelle, sont liés chez les personnes les plus âgées et les plus fragiles", a expliqué l'immunologue, rappelant le calendrier vaccinal prôné par les autorités.

Une production de vaccins plus lente que prévu

Y aura-t-il suffisamment de doses pour procéder dans un premier temps à la vaccination des personnes les plus fragiles? "On ne va pas être en phénomène de restriction, mais la production de vaccins va être plus lente que celle qu'on avait imaginé il y a quinze jours ou trois semaines, disons les choses comme elles sont", a-t-il admis.

"On n'aura pas de pénurie de vaccin, mais on aura quelque chose qui va être plus étalé dans le temps", a-t-il poursuivi. S'il faudra attendre "probablement" le mois de mai pour la fin de la vaccination des plus fragiles, "en population générale, vous imaginez que ça va être beaucoup plus tard".

"En terme de stratégie, on a d'un côté un espoir fort avec le vaccin et c'est ça qui va nous sortir du Covid-19, et inversement, on a six mois à passer encore difficiles, 2021 ressemblant à 2020, et en particulier les trois ou quatre premiers mois parce que ce virus est sensible au climat", a mis en garde Jean-François Delfraissy.

Clarisse Martin Journaliste BFMTV