BFMTV

Covid-19: comment les autorités comptent sécuriser l'acheminement des vaccins

Dans un document confidentiel, l'État alerte sur des risques "d'actes de malveillance, des actions émanant de militants activistes anti-vaccin ou des actes terroristes visant des sites" de stockage.

"Avec l'acheminement des vaccins, la criminalité va augmenter de manière dramatique", a alerté lundi le dirigeant d'Interpol, Jürgen Stock. À partir de dimanche démarre en France, et dans le reste de l'Union européenne, une campagne de vaccination inédite contre le coronavirus. Ce coup d'envoi représente un défi logistique pour les autorités, mais également un défi sécuritaire alors que les vaccins sont la cible de toutes les attentions.

Comment sécuriser l'acheminement des vaccins entre le site de production du vaccin Pfizer/BioNTech, installé à Puurs en Belgique, et l'ensemble des points de stockage et de vaccination? C'est l'une des principales questions à laquelle vont devoir répondre les autorités.

La crainte d'actes de malveillance

Dans un document confidentiel envoyé aux Agences régionales de Santé (ARS) et aux préfectures, dévoilé par le JDD et que BFMTV a pu consulter, l'État alerte sur des risques "d'actes de malveillance (dégradations, vols, cyberattaque), des actions émanant de militants activistes anti-vaccin ou des actes terroristes visant des sites".

De son côté, le ministère de l'Intérieur assure "qu'une gradation des dispositifs sera mise en place, de la vigilance particulière à la sécurité renforcée, selon la nature des transports et des risques associés."

Les sites de stockage sont ainsi appelés à renforcer leurs dispositifs anti-intrusion, à vérifier leurs matériels de vidéo-protection et à instaurer des contrôles renforcés aux entrées et sorties. Des systèmes de secours d'électricité doivent aussi être instaurés dans tous les sites, pour maintenir la température des conteneurs de stockage à -70°C, même en cas de panne ou d'attaque.

Risques de cambriolages et cyberattaques

"Nous allons assister à des vols, à des cambriolages d'entrepôts et à des attaques lors du transport des vaccins", a prévenu Jürgen Stock dans une interview au magazine allemand Wirtschaftswoche.

De même, le ministère des Solidarités et de la santé alerte sur le risque important de cyberattaque. Une alerte qui fait écho à la récente attaque qui a visé l'Agence européenne des médicaments, durant laquelle des documents liés au vaccin contre le Covid-19 de Pfizer/BioNTech avaient été piratés. "Le vaccin est l'or liquide de 2021. C'est la chose la plus précieuse à distribuer dans l'année à venir", souligne le président d'Interpol.

Les transports sont aussi appelés à renforcer leur sécurité. Les camions transportants les vaccins seront escortés par des drônes et des voitures banalisées. Les trajets de ces derniers auront été transmis au préalable aux ARS et aux préfets et devront se faire dans la mesure du possible sans arrêt, en évitant les lieux d'affluence.

Ce mardi, le ministre de la Santé Olivier Véran se rend dans l'une des plateformes logistiques mobilisées pour la campagne de vaccination, à Chanteloup-en-Brie, en Seine-et-Marne. Un exercice pour tester la chaîne d’acheminement des vaccins sera organisé dans la matinée, afin d'éviter le moindre couac lors du début officiel de la vaccination dimanche.

Par Sarah-Lou Cohen et Esther Paolini