BFMTV

Covid-19: ce qu'il est possible de faire ou non en cas de confinement le week-end

D'ici la fin de la semaine, le gouvernement pourrait annoncer de nouvelles mesures dans certains départements "sous surveillance renforcée" afin de circonscrire la diffusion du coronavirus dans le pays.

Signalés jeudi dernier lors d'une conférence de presse de Jean Castex, les vingt départements français placés sous "surveillance renforcée" en raison de la circulation du Covid-19 sur leur territoire attendent avec appréhension les prochaines prises de parole de l'exécutif. Alors que des confinements locaux sont l'une des options mises sur la table du gouvernement, une décision définitive devrait être prise ce mercredi lors d'un nouveau Conseil de défense qui se tiendra à l'Elysée.

Si de nouvelles mesures coercitives évoquées par le Premier ministre la semaine dernière sont bel et bien prises, alors la France compterait plusieurs départements confinés pour les week-ends en comptant les Alpes-Maritimes, déjà placées sous quarantaine partielle depuis plusieurs jours, mais aussi Dunkerque, dans le Nord. Localement, les modalités de ces confinements devraient être prises par arrêtés préfectoraux, mais devraient plus ou moins ressembler à celles vécues lors des derniers confinements nationaux.

· Dans quels cas peut-on se déplacer?

Afin de comprendre ce qui serait autorisé ou non ces prochaines semaines en cas de confinement avéré le week-end, il est possible d'évoquer ce qui est déjà appliqué dans les Alpes-Maritimes, mais aussi à Dunkerque et dans ses environs.

Le week-end dernier à Nice et ses environs, il était possible, à condition de présenter une attestation de déplacement disponible sur l'application AntiCovid, de seulement sortir faire ses achats de première nécessité, de réaliser des déplacements professionnels tels que se rendre sur son lieu de travail, se promener ou faire une activité physique dans un rayon de cinq kilomètres pour une heure seulement, mais aussi de se rendre à un rendez-vous médical où encore de se déplacer pour un motif impérieux (venir en aide à un proche vulnérable, entre autres).

D'après les critères définis sur l'application TousAntiCovid pour les régions concernées, il est aussi possible de se rendre dans un lieu de culte, de réaliser des démarches administratives qui ne peuvent être faites à distance, ou bien se rendre à un événement autorisé.

· Qu'est-ce qui est interdit?

A l'inverse, en se basant encore une fois sur ce qui est possible ou non dans les Alpes-Maritimes, il est interdit de sortir de son domicile sans attestation, disponible sur l'application TousAntiCovid mais aussi sur les différents sites des ministères et autres administrations. Evidemment, le masque est toujours obligatoire dans les rues des communes concernées.

· Est-il possible de partir en week-end pour échapper au confinement?

En ce qui concerne les déplacements, le couvre-feu restant de mise, ils sont interdits entre 18h et 6h du matin. De plus, les voyages inter-régions ne sont pas non plus tolérés pendant le week-end dans les zones concernées par ces confinements de fin de semaine.

Ainsi, si un Francilien par exemple possède une réservation pour un week-end dans un département qui n'est pas concerné par ces nouvelles mesures, alors il conviendrait de partir le vendredi avant 18h et de revenir le lundi. De plus amples détails devraient être données pour les déplacements trans-régionaux dans les heures à venir.

A Dunkerque et dans les Alpes-Maritimes, la vente d'alcool a également été interdite par arrêté préféctoral.

· Que risque-t-on?

Comme lors des deux premiers confinements, si vous ne présentez pas d'attestation dûment remplie ou bien si cette dernière n'est pas conforme, alors une amende de 135 euros pourra vous être adressée, et majorée en cas de récidive.

Pour les départements frontaliers, les contrôles aux frontières devraient également être renforcés, comme c'est déjà le cas depuis ce lundi en Moselle à la frontière allemande.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV